Bienvenue dans l'ouest sauvage Invité, nous sommes en début d'année 1874
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Malcolm Donnely [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Malcolm Donnely

avatar

Messages : 29
Points XP : 15

MessageSujet: Malcolm Donnely [Terminé]   Mar 10 Jan - 8:58




WANTED
         

    Nom: Donnely
    Prénom: Malcolm
    Surnom: Mal' pour les intimes
    Age: 27 ans
    Taille: 1m87
    Métier: Chasseur de prime/pianiste
    Signes particuliers: Outre son charme immense ? Aucuns tant qu'il est habillé.




Votre héros
Description physique: Il en impose le gaillard. Quand il entre dans une pièce elle paraît tout de suite un peu plus petite, faut dire qu'il est grand, et épais. Mais généralement son attitude fait vite passer le moment de silence. Mal' à une bonne humeur communicative, avec ses yeux rieurs et son sourire enfantin. D'ailleurs c'est le mot clef. On croirait voir un môme dans un magasin de jouet, du moins la plupart du temps, les yeux qui brillent de curiosité et le sourire cloué aux lèvres. Car quand il se fâche la donne change. Son regard devient dur, son expression glaciale. De chaleureux et aimable il devient inquiétant, mais ce visage là seules les crapules peuvent le voir.
Puis il est pas vilain le bougre. Pas franchement beau, faut bien l'avouer, mais il a un petit quelque chose qui se dégage de lui qui fait que l'œil des femmes s'attarde avec gourmandise, et que celui des hommes se fixe avec jalousie. C'en est agaçant.
Pourtant il n'y a pas de quoi être vraiment jaloux. On ne peut pas dire qu'il à l'air riche. Il porte presque toujours les mêmes fringues un peu sales, usées, et n'a même pas de chapeau, sauf quand il en pique un à une prime sur patte.
Enfin si ses habits sont vieux ce n'est pas par manque de moyen, mais par confort. Ce sont de vielles fripes faites sur mesure, faut dire qu'il a pas le choix, et qui tombent parfaitement sur ses épaules carrées et ses grandes jambes. Puis son manteau, si long qu'il lui arrive au cheville, à une certaine classe.
Pour résumé hormis sa taille et son charisme, il n'a rien de particulier, jusqu'à ce qu'il se déshabille. Alors là on voit qu'il a un vécu, dont il ne parle pas, mais qui n'a pas dut être de tout repos. Sur le ventre il y a les cicatrices de deux impacts de balles, et dans son dos, entre les omoplates et jusqu'aux reins, une vilain cicatrice laissée par la hache d'un indien. Mais c'est une histoire qui sera contée plus bas.

Caractère: On peut dire que c'est un homme bon et juste, curieux et ouvert. Quand il arrive dans une ville il met généralement peu de temps à faire la connaissance des habitants, à être apprécié d'eux. Le fait qu'il aime trainé au saloon, payer sa tourner quand il le peut, et jouer quelques morceaux de piano même gratuitement, aide beaucoup. Mais il n'y a pas que ça. Il aime prendre le temps de parler au gens, de les connaître. C'est dans sa nature, et puis c'est plus pratique dans son métier, les gens vous aident plus facilement quand ils vous apprécient. Mais bon, si il n'y avait que la parlotte personne ne se souviendrait de lui. Ce qui attire le plus les faveurs des gens c'est son sens de la justice, exacerbé dirons nous. Que ce soit un soulard qui veut forcer la main à une prostituée ou un petit malin qui terrorise la veuve et l'orphelin, il n'hésitera pas à intervenir, que ce soit en collant son poing dans la figure du soulard, ou en défiant en duel le petit malin.
Mais si il est ouvert ce n'est pas qu'envers l'homme blanc et sa jolie femme. Mal' à toujours été attiré par la culture indienne, par leurs rites et leur respect de la nature. Alors il essaie tant qu'il peu de respecter leurs règles comme il le ferait avec les lois de son peuple, et, en de rares occasions, aime également échanger avec eux. Le fait qu'il parle Apache, ce sera expliqué plus bas, aide grandement ces échanges, et tout comme pour les autres, il n'hésite pas à prendre la défense d'un indien qui se ferait brutaliser ou railler.

Défaut(s) choisi(s): Agit avant, réfléchit trop tard (lorsqu'il assiste à une scène qu'il considère comme injuste)

Votre histoire:
Cette histoire, comme tant d'autres, commence dans une ville, une ville nommée Leadville dans le Colorado. Mais elle commence surtout avec un homme, un comme on en fait rarement. Il s'appelait Henry "Hank" Donnely et il était juge, un bon juge. La population le respectait, certains l'aimaient, c'est pour dire. Hank était toujours juste, il faisait respecter la loi, mais plus encore, la justice. Il n'a jamais condamné personne qui ait volé pour se nourrir, et il n'a jamais laissé s'en tirer tranquillement aucun voleur, aucun tueur. Il avait une femme, Mary, belle comme il ne pensait pas le mériter, mais la vie tardait à leur donner un enfant. Comme pour compenser ils avaient recueillit une indienne qu'un malin avait cherché à vendre comme esclave, mais Leadville était pas une ville où on fait ce genre de chose. Elle avait 7 ans quand ils ont eut la petite et qu'ils l'ont appelée Jane. Elle en avait 17 quand Dieu a décidé d'offrir un enfant à eux aux Donnely, en échange de la vie de la belle Mary, morte en couche. De ce jour Jane est devenue nourrice et grande sœur, deux en un comme dirait l'autre. Pas que Hank l'ai traitée différemment, c'est elle qui a choisit, elle voulait juste que le petit Malcolm ait toute l'attention qu'il méritait, en petit miracle qu'il était.

Les années ont passées et jamais Hank ne s'est remarié. C'était comme si une part de lui était morte avec sa femme, et que ce qui restait était pour son fils et sa fille. Malcolm, lui, il avait maintenant 13 ans et il passait son temps dans les jupons de sa sœur, s'accrochant à elle comme jamais il avait put le faire avec sa mère. Hank le voulait médecin pour plus tard, lui préférait jouer du piano, comme sa mère le faisait avant, et il était doué pour ça, avec ses grandes mains toutes fines qui couraient à toute allure sur les touches noires et blanches. Hank râlait quand il jouait, mais au fond il aimait ça, c'était un peu de sa femme qui reprenait vie pour un instant. Ce qu'il n'aimait vraiment pas c'était que Jane et le petit parlent en apache quand ils se croyaient seuls. Elle lui avait appris sa langue natale depuis le début, elle disait que si il apprenait à aimer les indiens il pourrait devenir un homme au moins à moitié aussi bon que son père. Mais Hank pensait que ça lui attirerait des ennuis plus qu'autre chose, même si il ne cherchait pas à les en empêcher; ce gosse avait bien le droit d'avoir un monde à lui, le vrai avait été assez dur comme ça en lui retirant sa mère.

Puis un jour, la vie a décidé que cette petite famille n'avait pas encore eut son lot de malheur. Depuis peu il y avait un nouveau venu en ville, Laurence Stern, un sale type, propriétaire terrien qui avait racheté la moitié des terres autour de Leadville. Sauf qu'il n'était pas venu seul. On aurait dit qu'il avait embauché les trois quarts des crapules de l'Ouest à son service, un vrai foutoir, un vrai cauchemar. Rapidement il s'était mit à faire pression sur tout les autres propriétaires pour leur racheter leurs terres. Ce qu'il ignorait c'est qu'en ville Hank ne laisserait pas passer. À peine 15 jours après son arrivée, Stern passait devant le juge et était condamné à l'exile. Si il remettait les pieds en ville c'était la potence. Une condamnation claire, qui aurait put servir d'exemple. Oui mais voilà, des fois les méchants sont plus forts que les gentils. Le lendemain de la condamnation une quarantaine de types débarquaient en ville armes aux poings, Stern en tête. C'était le massacre assuré, pourtant il n'y eut que huit morts ce jour là. D'abord ça a été le shérif et ses cinq adjoints. Ils étaient à peine sortit sur le porche du bureau pour voir ce qui se passait qu'ils étaient criblés de balles. Puis Stern avait tranquillement trotté jusqu'à la maison du juge. Puis il était entré avec deux hommes seulement. Il y avait eut huit coups de feu, puis pendant près d'une demi-heure les hurlement de Jane avant que l'on entendant un dernier BANG. Puis Stern et ses hommes étaient partit sans rien dire, laissant une population traumatisée.

On avait retrouvé Malcolm sur le sol, baignant dans son propre sang, à côté de sa sœur les jupons retroussés et le visage détruit par la balle qui lui avait été fatale. Le petit c'était prit deux balles dans le ventre et pourtant il rampait vers le corps de sa sœur comme si rien d'autre ne comptait. Il était encore inconscient chez le médecin quand on enterra son père et qu'on brula le corps de Jane. C'était une peau rouge et personne n'était certain qu'elle avait été baptisée. En ville tout le monde pensait qu'il n'allait pas tarder à mourir, mais personne ne s'en préoccupait vraiment. Stern était revenu deux jours après la fusillade et en une journée il avait obtenu les titres de propriété de presque toute la ville. Désormais travailler pour lui était une obligation, et ce n'était pas le genre d'homme à payer généreusement. Alors la préoccupation première des gens fut rapidement le vide dans leurs assiettes, et le moyen de faire partir ce type.

Malcolm mit plus de huit mois à se rétablir, le docteur, qui l'avait accueillit chez lui, disait à qui voulait l'entendre que c'était un miracle, mais personne ne s'en souciait. Il y avait quelque chose de plus palpitant qui arrivait en ville, un chasseur de primes. Personne ne sut son nom, il se présentait toujours comme étant Bill tout court, mais tout le monde avait une once d'espoir. Il était là pour Stern. L'homme avait une prime sur sa tête, lancée depuis l'est, pour avoir pillé six petites villes avec sa bande. Au début le dénommé Bill se contentait de trainer dans les trois saloons de la ville, posant des questions ci et là sans jamais trop insister. Ça faisait quatre jours qu'il était à Leadville quand il croisa Malcolm. Le garçon avait maintenant quatorze ans et il faisait déjà la taille du dit Bill, qui n'était pas bien grand non plus. Et quand le chasseur de prime prononça le nom de Stern pour lui demander un renseignement ou deux, le gamin a enfoncé son poing si violemment dans la mâchoire de Bill qui celui-ci y laissa deux dents.

Ce fut le docteur, témoin de la scène, qui évita un drame. Il emmena Bill chez lui pour le soigner et lui raconta l'histoire du petit, lui demandant de lui pardonner. Mais avant que l'homme ne puisse répondre quoi que ce soit, Malcolm fit irruption dans la pièce et demanda au chasseur de tête si il pouvait l'aider à tuer Stern. La réponse, contre toute attente, fut oui. Bill et Malcolm quittèrent la ville durant une semaine entière, laissant les habitants dans le désespoir. Tous pensaient que le fameux Bill avait renoncé face à la bande de Stern, un homme contre quarante c'était du suicide après tout. Pourtant ils revinrent, et Malcolm avait changé. Lui qui, suite à sa blessure, marchait la tête basse et l'air triste, avait maintenant une allure droite, et le regard dur. Bill alla au Saloon où les hommes de Stern avaient leurs habitudes, Malcolm se dirigea vers son ancienne maison, celle de son père, désormais demeure de son meurtrier. Il passa trois heures dans une cachette dont il se servait enfant, jusqu'à ce que la nuit tombe et que du boucan se fasse entendre en provenance du saloon. Bill y avait déclenché une bagarre avec les hommes de Stern, c'était le plan. Malcolm n'eut qu'à se glisser hors de sa cachette et attendre face au perron que Stern sorte voir ce qui se passait dans sa ville. Il eut tout juste le temps de voir le colt de Malcolm se dresser que déjà il sentait la douleur lui envahir le ventre. L'adolescent vida son chargeur sans cligner des yeux, des larmes coulant sur ses joues. Il venait de venger son père et sa sœur

Suite à cette nuit la bande du mort fut rapidement convaincu de partir de Leadville, aucun d'eux ne possédait quoi que ce soit, et le meurtre de leur patron avait donné la hargne nécessaire aux habitants pour se rebeller contre eux. Quant à Bill, il accepta de prendre Malcolm avec lui. Le garçon était amer, sa vengeance ne lui avait pas apporté la paix, et au contraire il devait apprendre à vivre avec son acte, chose qu'il ne se sentait pas capable de faire dans cette ville qui lui avait pris tout ceux qu'il aimait. Alors tout deux prirent la route, l'un formant l'autre à la vie de chasseur de prime, l'autre formant l'un à la vie à deux.

Plus les années passaient et plus Malcolm était imposant. À 19 ans il avait enfin atteint sa taille finale et d'apprenti, il était passé au rang de partenaire. Il se montrait plus qu'utile lors des rixes aux poings, qui étaient, en raison de son caractère, plus que récurrentes, mais surtout c'était avec un fusil ou un colt qu'il était le plus à l'aise. Les chasses s'enchainaient forçant le duo à une vie de nomade dans laquelle le jeune homme se complaisait. Il aimait les nouvelles rencontres, découvrir l'histoire de nouvelles personnes et laisser sa trace dans celles-ci. Au fil des ans il s'était de plus en plus affirmé, développant un sens de la justice quelque peu exacerbé, trop selon Bill. Lui pensait que dans leur métier il valait mieux se montrer souple quelques fois, les primes ne venant pas toujours du côté de la loi. Ces deux façon de voir la vie créaient parfois des tensions, mais qui ne duraient jamais. Malcolm savait ce qu'il devait à Bill, alors si il voulait prendre par moment des primes auprès de gens peu recommandables, c'était à lui de décider. Bref ils avaient leur routine, et du Mississippi à la Caroline du Nord leurs noms circulaient. Oh ce n'étaient pas des légendes, loin de là, juste deux chasseurs de primes fiables efficaces qui savaient où étaient leur limites.

Mais ça c'était jusqu'il y a un an de ça. Depuis quelques mois une nouvelle bande faisait parler d'elle, ou plutôt laissait la rumeur se répandre. On ne lui connaissait pas de nom, c'était simplement les braqueurs de Salt Canyon. Un petit coin paumé plus à l'ouest que ce que Malcolm n'était jamais allé. Ils attaquaient les diligences en direction de Canyon City, assez peu pour que personne ne fasse de battue pour les débusquer, mais juste assez pour qu'une prime rondelette soit sur leurs têtes, quelles qu'elles soient. Bill et Malcolm avaient sautés sur l'occasion, surtout que Bill commençait à avoir envie de se poser et que Canyon City semblait parfaite pour ça. Ils avaient suivit une diligence de loin, en chevauchant hors de la route afin de rester discrets. Puis ils avaient assistés sans rien faire à l'attaque. Ces types étaient quatre mais ça semblait suffire. Pas un coup de feu, pas un cri. Bill et Mal' les avaient ensuite suivit dans le canyon, et là le cauchemar avait commencé.

Quand les deux chasseurs de têtes avaient rattrapé la petite bande les coups de feu avaient commencés. Mais au lieu que la scène se transforme en affrontement digne de se nom les quatre bandits s'étaient dispersés en laissant leur butant derrière eux, laissant leurs poursuivants perplexes. Mais l'explication vint rapidement. En un clignement d'œil Bill s'était retrouvé avec huit flèches dans le corps, un vrai porc-épic. Quant à Malcolm, il sentit une déchirure dans son dos et s'effondra en tombant de cheval. Tout devenait flou, jusqu'au moment où il sentit de nouveau la douleur au même endroit. Il fut alors retourné sur le dos, et il compris que c'était le tomahawk ensanglanté de l'indien qui allait l'achever qu'il avait reçut dans le dos. Comme un réflexe, ce fut en apache qu'il se mit à implorer pardon, clamant qu'il ne savait pas, qu'il ne voulait pas les offenser. Le tout de manière fort peu cohérente. Mais la surprise provoquée chez l'indien en entendant ce blanc parler sa langue suffit à laisser à Malcolm le temps de sombrer dans l'inconscience avant le coup fatal.

Lorsqu'il se réveilla, des jours plus tard, il était dans un tipi emplit de fumée et dans lequel régnait une odeur étrange. Il était allongé sur une paillasse, sur le ventre, et attaché. À côté de lui une jeune femme, pas franchement jolie, préparait ce qui semblait être un onguent. Il comprit que les indiens, pour une raison ou une autre, avaient décidé de le soigner. Puis il ressombra dans le sommeil. Ce fut ainsi que se passèrent les semaines qui suivirent, il se réveillait quelques instant puis s'évanouissait de nouveau. Puis un jour il se réveilla sans sentir l'odeur ni la fumée. La jeune femme était toujours présente s'occupant de lui, appliquant l'onguent sur sa blessure. Dans les jours suivant, on lui présenta le chef, Soleil couchant, et il apprit que la jeune femme était sa fille, Lune de feu. On lui présenta également Loup des montagnes, l'indien qui l'avait blessé puis épargné. Il lui fut alors expliqué qu'il était rare de voir un blanc parler apache, et qu'ils avaient pris Bill et Malcolm pour les hommes qui occupaient le territoire de la tribu sans autorisation. En revanche personne ne lui dit le nom de la tribu, ils voulaient rester secrets, afin que l'homme blanc ne les mettent pas dans une réserve.

Mal' passa huit mois auprès de cette tribu sans nom. Si au début il essaya d'aider à la chasse, il comprit bien vite qu'il était une gène plus qu'un atout. Alors il se contenta de récupérer de sa blessure, d'essayer d'aider les femmes aussi peu qu'on le laissait faire. Peu à peu il se sentait accepté. Durant de longues heures il parlait avec le chef, se racontant l'un l'autre leurs vies, leurs mythes. Sur la fin Mal' crut avoir trouvé un foyer, il se sentait chez lui dans cette tribu dont il ignorait toujours le nom. Ce ne fut pourtant qu'à ce moment là qu'il fut sommé de partir. Sa blessure était guérie, et si il n'avait pas retrouvé toutes ses capacités il était désormais capable de se débrouiller suffisamment pour rejoindre une ville, voir reprendre son activité de chasseur de primes. Il tenta de protester au début, mais il respectait trop ces hommes et ces femmes pour s'imposer, alors il accepta le cheval qu'on lui offrait et ce fut seul qu'il quitta ces terres et le canyon, trottant vers l'Ouest. Sa route le mena jusqu'à Canyon City, après une semaine de chevauché. Mais il n'y resta pas bien longtemps. On lui avait parlé d'une ville animée de l'autre côté de la rivière, une ville qui avait besoin d'hommes sachant manier le colt pour faire régner la justice. C'était bien le genre de ville dans laquelle il pourrait s'installer. Après tout sans Bill, la vie de nomade n'aurait plus la même saveur.

Aujourd'hui il entre enfin dans Sunset Hill, son cheval a soif et lui aussi. Cette ville ressemble à mille autres et pourtant il s'en dégage quelque chose d'unique, un truc qui résonne en lui comme un appel. Son regard traine sur les palissades de la grande rue, l'odeur lui emplit les narines et il pousse un soupir. Une question lui vient à l'esprit, et si il était enfin chez lui ?


Quêtes et
concours...
Vos caractéristiques :
  • Force: 3
  • Dextérité: 3 +2
  • Agilité: 1
  • Perception: 1


Vos talents : rapidité du serpent, increvable

Vos armes: Colt, Fusil



Dernières
questions...


"Nathan Fillion" ----> "Malcolm Donnely"


Avez-vous des liens avec les personnages présents ? non

classe de personnage désirée ? Pistoleros

Avez-vous le menu du jour ?

Comment avez-vous connu le forum ? Il a bien longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine, vivait un zélosien rendu fou par le côté obscur de la Force.

Vitesse d'écriture ? ça dépend des périodes

Premier compte ? : yep

Avez-vous un parrain sur le forum ? nop



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malcolm Donnely

avatar

Messages : 29
Points XP : 15

MessageSujet: Re: Malcolm Donnely [Terminé]   Mar 10 Jan - 19:10

Voilà terminé. Bon, je suis pas fier de l'histoire, surtout du style mais bon, je ferais mieux en jeu ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'esprit de l'Ouest
Conteur
avatar

Messages : 1067
Points XP : 73

MessageSujet: Re: Malcolm Donnely [Terminé]   Mar 10 Jan - 19:52

Attention, le Mal' entre en ville ^^

Moi je la trouve bien faite ta fiche...

Il y a ça qui m'a beaucoup fait rire au début:

Spoiler:
 

A croire que j'ai l'esprit mal placé XD

Tout est bien, juste un truc qu'effectivement tu n'as pas pu voir (le forum est en béta-test, du coup, il y a des petites choses qui bougent encore)
Ainsi le fusil demande au moins une perception de 3

En gros, tu peux utiliser le fusil, mais simplement en tir instinctif (à porter de révolver quoi mais en plus encombrant)
Donc à toi de voir, tu peux le garder pour l'instant et faire progresser plus tard ta perception pour pouvoir utiliser le fusil en mode sniper...
Ou tu as encore le droit de changer d'arme ou de stat...

Je commence à faire ta validation en attendant, donne moi ta décision entre temps ^^

Et sinon

[Au passage les xp donnés pour les belles fiches risquent aussi de sauter, c'est très dur au final de décider à qui donner des points ou pas ^^ Donc pas d'inquiétude, ta fiche, elle est bien ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Malcolm Donnely

avatar

Messages : 29
Points XP : 15

MessageSujet: Re: Malcolm Donnely [Terminé]   Mar 10 Jan - 20:28

je prends le compliment alors. Et oui pour le détail qui t'a fait rire c'était un peu le but ^^ pour ça que je n'ai mit les signes particuliers une fois nu que dans la description physique.

Pour ce qui est du fusil j'avais noté, mais ça va avec l'histoire selon moi. Il a échappé à la mort il y a peu il va lui falloir un peu de temps avant de redevenir l'excellent tireur qu'il était. J'aurais put faire jouer ce manque à gagner sur autre chose mais avec des types comme empty barell en ville je préfère garder une chance de survie. C'est que je veux jouer mon perso un peu plus que deux rp lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'esprit de l'Ouest
Conteur
avatar

Messages : 1067
Points XP : 73

MessageSujet: Re: Malcolm Donnely [Terminé]   Mar 10 Jan - 20:41

La résurrection est ton amie ^^

Ok, c'est noté pour le reste ^^

Bon jeu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Malcolm Donnely [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Malcolm Donnely [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Aux frontières de l'Arizona :: Le sanctuaire des héros :: Présentation de votre héros :: Personnages validés-
Sauter vers: