Bienvenue dans l'ouest sauvage Invité, nous sommes en début d'année 1874
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Partenaires Particuliers [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leroy Fargo



Messages : 31
Points XP : 21

MessageSujet: Partenaires Particuliers [Terminé]   Sam 2 Juin - 12:46

Une journée tranquille sur Sunset Hill. Flint balayait mécaniquement le plancher poussiéreux derrière le bar, plongé dans ses pensées. Il n'y avait pas grand monde à cette heure de fin d'après midi mais le rush du soir allait bientôt commencer. Pour le moment le saloon était vraiment calme, les trois seuls clients, trois vieux Cow boy crasseux, jouaient aux cartes et ne parlaient que pour leurs annonces de poker, laissant le champ libre aux mouches et à leur concerto de bourdonnements. De temps en temps, un des joueurs se penchait pour expulser un mollard, avant d'essuyer avec sa manche un sourire unidentaire cerné par une barbe poivre et sel d'une semaine. Il restait encore deux trois coups à donner avant que Flint ne puisse se mettre à essuyer les verres pour le reste de la soirée, et servir par la même occasion les quelques soiffards habituels du quartier. Il pensait, calant le rythme de son balayage au tic tac de l'horloge rouillée, qu'il avait lui même accrochée au dessus du bar, mais il regardait tout de même du coin de l'oeil le moindre mouvement en provenance des portes battantes, prêt à lâcher son balai pour servir un éventuel consommateur.

* Je m'demande bien ce que Leroy fait...*

Une journée chaude sur Sunset Hill. Leroy était assis dans son grand fauteuil de velours rouge devant son bureau en chêne massif sur lequel on avait soigneusement appliqué une couche de verni. Il tirait sur son cigare en laissant des volutes de fumée s'échapper lentement des commissures de ses lèvres. Il avait retiré son chapeau. La chaleur lui faisait perler le front et il dû plusieurs fois se lever afin de prendre l'air à la fenêtre pour tenter de se rafraichir, mais sans succès. La mine dépitée, il se rassis sur le fauteuil et compta une nouvelle fois la recette de la veille pour passer le temps, puis il en profita pour réfléchir ce qu'il pourrait offrir à sa mère et améliorer son quotidien. Il pourrait lui acheter un nouveau vêtement chez le tailleur, ou pourquoi pas un de ces livres qu'elles aime tant lire, à la librairie du quartier.

*Après tout, je la laisserais choisir...*

Après avoir rallumé son cigare, il ouvrit un des nombreux tiroirs du bureau et en sortit une feuille manuscrite qu'il se mît à lire. C'était la feuille sur laquelle il avait noté les "coups" qu'il comptait proposer aux quelques mercenaires sans foi ni loi qui viendraient à sa rencontre après qu'ils aient lu l'annonce affichée devant le bar. Leroy espérait que les intéressés comprendraient le réel sens de l'expression "diverses tâches". Il tapota sa cendre au dessus d'un gros cendrier de bronze qui représentait un dé avec un six gravé sur chacune de ses face, et le porta de nouveau à sa bouche en ayant préalablement humidifié ses lèvres d'un bref coup de langue. Leroy entendit soudain l'escalier de la salle principale craquer sous les pas lourds de Flint et à en juger par la fréquence des craquements, il devait être accompagné d'une seconde personne. Sûrement un postulant. Son sourire un brin provocateur illumina son visage et il s'était redressé devant la porte qui commençait maintenant à s'entrebâiller dévoilant lentement le visage d'un potentiel complice...


Dernière édition par Leroy Fargo le Jeu 12 Juil - 14:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billy Jewel



Messages : 47
Points XP : 30

MessageSujet: Re: Partenaires Particuliers [Terminé]   Mar 5 Juin - 19:57

- Enfin Sunset Hill à l’horizon!

Voilà que j’étais enfin arrivé à ma destination! Bien que le voyage en train de New York à Canyon City ainsi que le tour de diligence de Canyon City à cette fameuse ville avait été d’une durée gigantesque, voilà que je n’avais pas vu le temps passer. Certes, les nombreux mouvements répétitifs pouvaient en déranger certains. Mais pour ma part, en tant qu’inventeur, je m’assurais d’utiliser ce temps à l’élaboration de nouvelles idées. Eh oui! Je ne pouvais m’empêcher de trainer quelques feuilles ainsi qu’un crayon afin de prendre en note chacune de mes idées. Après tout, celles-ci pouvaient sans doute me permettre d’obtenir l’éloge de nombreux inventeurs… et surtout afin d’espérer recevoir l’acceptation de mon défunt père.

Alors que j’entendis le cocher crier à ses chevaux de freiner, je m’empressa de ranger les nombreuses feuilles éparpillés ici et là sur mon siège. Par chance, la diligence n’était pas bien garnie. Elle ne comportait que moi ainsi qu’un vieil homme, démuni du sens de la parole qui n’avait pu s’empêcher de me dévisager tout le long du voyage. Malaise? Oui, sans aucun doute!

Le véhicule finalement arrêté, le chauffeur sauta de sa place habituelle afin de venir nous ouvrir. De là, je fis les premiers pas, mettant les premiers pas à Sunset Hill, ville dont mon père m’avait tant parlé lors de ses fameuses lettres. Une ville qui pouvait sembler visuellement paisible mais horriblement remplis de mystères ténébreux.

Tentant un contact visuel auprès d’un des citoyens, je me rendis rapidement compte qu’un premier contact ne serait pas des plus simples. En effet, bien que les étrangers pouvaient parfois être maléfiques pour certains, il me fallait donner les bouchées doubles afin que mon nom puisse sortir du lot, et ce, le plus rapidement possible.


- Hmmm… Ou pourrais-je bien offrir ce premier contact? Les écuries? Hmmm…. Nah… mauvaise pioche… les marchés…. Non plus….


Miser sur la première impression pouvait sans doute être l’une des responsabilités les plus difficiles à endosser. Tout cela se résumait presque à une partie de poker ou chacun des mouvements restait décisifs. Je ne devais donc pas me planter. Plus vite je me faisais connaitre des autres, plus vite j’allais passer à autres choses.

C’est alors que je vis, non loin de mon point d’origine, un saloon! L’un de ces endroits mythiques tant fréquentés par de vrais cow boys. Certes, habillé de mon costar brun et de mon chapeau melon de même couleur, passer inaperçu dans un tel endroit restait pour moi tout un défi. Mais comme le disait si bien mon père : Qui ne risquait rien n’avait rien! Sur ces pensées remplies de positivisme, je m’exécutai, poussant les volets papillons de l’entrée du saloon.

M’avançant vers le barman, je lui demanda un liquide :


-Barman! Une bonne tasse de thé, s’il vous plait!

Le barman me lança l’un de ces regards interrogatifs, donnant presque l’impression que je venais d’une autre planète.

-Mais oui… un thé… hum…. Ces trucs avec une tasse et des feuilles… vous avez pas ça?... hummm…. Enfin… laissez tomber! Vous avez trouvés les bons arguments pour m’enlever ma soif…


C’était officiel! La première impression s’avéra un pitoyable échec. Après tout, pourquoi n’avais-je pas fait comme tout bon cow boy et demander un simple whisky? Oh mince! La honte venait à m’emparer pour un rien. Je décida de faire profil bas pendant quelques minutes, m’installant sur le coin du comptoir, explorant du regard tout ce qui m’entourait. C’est ainsi que j’aperçus une enseigne se démarquant des autres, recherchant ainsi une personne apte à accomplir certains services.

-Un homme à tout faire? Mince! Voilà ma chance!


Je devais l’avouer! N’ayant été qu’un homme de ville, il pouvait m’arriver d’offrir certains raisonnement erronés sur quelques sujets. Cela pouvait sans doute me rendre lunatique à un certain point. Cette situation n’en fit pas exception. Afin de me laisser une seconde chance, j’entrepris une seconde approche vers le barman.


-Hum… barman! Cette recherche de personnel, vous savez de qui elle vient? J’aimerais bien offrir mes services à cette personne. Je…

Inutile de continuer, le barman, toujours aussi bavard (sarcasme!) me fit signe de le suivre. Trainant ainsi mes quelques bagages avec moi, je monta les escaliers avec lui, ce qui me mena vers un bureau situé au second étage. Le barman cogna, ce qui suivit par une invitation à entrer. Le barman me demanda de passer devant, ce dont je fis sans hésiter. À peine entré dans la pièce, la porte se referma aussitôt derrière, me laissant hors de mes moyens face à un homme d’affaires assis à son bureau, fumant fièrement le cigare. J’y déposa mes affaires à coté du portique avant de m’avancer pour les présentations.

-Bonjour monsieur! Billy Jewel! On m’a annoncé que vous étiez à la recherche d’une personne afin d’exécuter certains travaux… je me trompes?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/luduc
Clive Simpleton Palmer



Messages : 59
Points XP : 45

MessageSujet: Re: Partenaires Particuliers [Terminé]   Mer 6 Juin - 11:55

Clive Simpleton Palmer était assis dans sa chambre du Shiny Spade Saloon, établissement qui venait récemment de changer de propriétaire. Un type qui se faisait appeler Leroy Fargo venait de racheter ce saloon, et à ce qui se disait en ville, il recherchait des hommes à recruter. Dans la tête de Simpleton, tout était clair : enfin, pas totalement tout, mais il était clair pour lui que se faire embaucher par le patron du saloon était une occasion en or de boire à l'oeil, et peut être même, avec un peu de chance, d'avoir une bouteille perso. Le vieux pistolero se rallongea sur son lit les bras en croix, en fermant les yeux, avec un sourire satisfait. Il s'imaginait arriver devant le bar fier comme Artaban et frapper fermement sur le comptoir pour ordonner qu'on lui serve un verre de sa réserve personnelle, tout en appelant le barman par son prénom. Le rêve de toute une vie en somme. Il n'y avait plus aucun doute, il fallait qu'il travaille pour ce Fargo, peut importe ce qu'il lui demanderait de faire. Dans un claquement sec, battant de la fenêtre se referma et Clive fut arraché à ses songes. Il se releva péniblement de son lit et se demandait ce qu'il pourrait faire pour mettre toutes les chances de son côté. Un brin de toilette ainsi qu'un nettoyage de ses frippes crasseuses aurait sûrement été un bonne idée pour commencer, mais le vieux cow boy n'avait pas pris l'option bain à ce qui servait de réception, et dû se contenter de secouer sa chemise souillée à la fenêtre dans le but de lui enlever cette odeur de sueur mélangée à celle de la poussière. Quelques courtes minutes après, il avait de nouveau enfilé son ensemble et, après avoir frotté ses bottes à l'aide d'un chiffon plus sale que ses autres vêtements, il poussa la frêle porte de bois qui était censée verrouiller sa chambre.
Il descendit les escaliers décidé à obtenir sa place dans l'établissement, sans trop réellement savoir à quoi s'attendre à propos de ce qu'on pourrait lui demander de faire. Il s'avançait devant le bar et observait le tenancier qui lui tournait le dos, essuyant mécaniquement un verre troublé de poisse, ou de poussière, ou... peu importe, les verres ne sont beaux que lorsqu'ils sont remplis d'après Clive. Le barman, assez imposant, tournait toujours le dos à son client, aussi, comme pour attirer son attention, Clive se mit à tousser. Discrètement d'abord, puis, une réelle quinte plus importante lui pris la gorge, le genre de quinte de toux qui arrive après qu'on en simule une pour rire et qui a du mal à s'arrêter. Interpelé par les cris d'un animal qu'on semblait égorger dans son bar, l'homme qui essuyait son verre s'était retourné prêt à agir pour arrêter le massacre. Toujours pris par une toux bien grasse et avec le visage d'un rouge relativement écarlate, Simpleton pointa le comptoir avec son index et commença à le tapoter frénétiquement pour faire comprendre qu'il souhaitait consommer, tout en se tenant la bouche de son autre main. Le barman s'éxécuta et Clive ne laissa pas la moindre chance à son verre d'être plein plus de deux secondes. Rapide comme l'éclair, Clive avait saisi le verre et avait bu d'un trait le whisky contenu, pour ensuite jeter une pièce sur le comptoir en même temps qu'il y posa son verre. Il était requinqué, et s'essuya copieusement la bouche avec sa manche tout en regardant Flint qui attendait sûrement que l'énergumène devant lui en commande un second. Clive n'y fit rien, à l'inverse, il reggardait le barman avec son air creux habituel, comme s'il cherchait ses mots pour prendre la parole.


- Euh... Au sujet d'l'annonce, j'aim'rais bien voir ton patron. Il hésita un instant. Et pis, vas y... Sers moi z'en un aut' pour la route. Mais bon, là, c'est par pure gourmandise hein ?

Flint lui remplit une nouvelle fois le verre sans un mot, et Clive le vida de nouveau d'un trait. Comment pouvait on boire de la sorte ? Le liquide n'avait même pas le temps de réveiller les papilles du buveur, s'il n'y avait pas de saveur, comment pouvait il y avoir du plaisir ? Le vieux pistolero tendit sa main devant lui la paume vers le sol, et marqua un temps d'arrêt pour l'observer, pendant que le barman commençait à contourner le comptoir pour inviter son client à le suivre. Clive emboîta le pas sur celui de Flint après quelques secondes et tout deux prirent la direction du bureau de celui qui allait peut être faire l'erreur d'engager un alcoolique comme Simpleton sans le savoir. Devant la porte du bureau de Leroy, Flint stoppa Clive d'un geste de la main, et entrouvrit la porte après avoir frappé et attendu le "oui entrez" en retour. Quelques murmures inaudibles plus tard, Clive fut invité à entrer dans le fameux bureau. L'intérieur était assez luxueux, et ressemblait à l'image que l'on peut se faire des bureaux de patrons. Du mobilier propre et scintillant, des cigares aussi longs qu'un canon de cavalerie, des verres en cristal avec des bouteilles dont le bouchon à lui seul devait valoir une fortune, servaient d'objets décoratifs dans cette pièce où l'on était submergé par une forte odeur de tabac. On aurait même pu parier sans risque qu'un coffret fort devait se cacher quelque part derrière un des tableaux accrochés aux murs. Deux hommes plutôt bien habillés étaient déjà présent lorsque Clive fit son entrée, l'un était assis derrière son bureau, et devait probablement être Leroy, tandis que l'autre se trouvait encore debout et trainait des bagages avec lui, ne rappelant aucun nom dans l'esprit limité du vieux pistolero. Ce dernier salua l'inconnu debout, puis se tourna vers Leroy Fargo en essayant de sourire mystérieusement afin d'augmenter son charisme - pour visualiser ce sourire, on peut imaginer l'expression faciale d'une personne atteinte d'aérophagie, qui voudrait se "soulager" dans un lieu public sans se faire remarquer - :

- Bien le bonjour futur Patron ! J'suis venu parce que vous cherchez un homme à tout faire, et qu'j'en suis justement un ! J'sais tout faire, et j'le fais bien ! Donc en fait je suis un "homme à tout faire bien" !

Puis il effaça son sourire et marqua une pause, il semblait subitement douter de quelque chose.
- Euh.... ça correspond toujours à c'que vous recherchez ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tequila Jo



Messages : 302
Points XP : 14

MessageSujet: Re: Partenaires Particuliers [Terminé]   Mer 6 Juin - 21:38



Le bruit d'une pièce d'un dollar que l'on fait tourner sur elle-même jusqu'à ce son devienne entêtant... Les doigts fins d'un poignet gracieux recommençait à l'infini cette danse avec ce bout de métal.

Tequila était assise sur une table du saloon à reluquer l'affiche dont l'énoncé lui triturait savamment l'esprit. Les affaires allaient doucement en ce moment et la concurrence était rude à Sunset Hill. Restait encore à voir si le braquage de la banque allait fonctionner; mais c'était jouer dans la cour de l'incertitude. Il lui fallait un métier dans ses cordes qui rémunère bien et de façon régulière, parce que mine de rien, habiter au saloon n'était pas très heureux pour son porte-monnaie.
mais bien sûr de l'autre côté, il y avait le risque d'être tuée...

L'entrée d'un dandy dans cette antre du vice lui fit lever la tête et arrêter son jeu. La musique s'arrêta et chacun regardait d'un œil torve le pied-tendre s'approcher du bar. A Sunset, on voyait arriver deux catégories de nouveaux: les gens pauvres qui n'ont plus rien à perdre et les pieds-tendres en mal d'aventure. lui faisait parti de la deuxième catégorie et déjà on pouvait entendre certains parier sur le nombre de jours qui lui restait à vivre.
Lorsqu'il commanda du thé au barman, Joanna faillit recracher sa tequila et des ricanements s'élevèrent dans la salle.
Sa côte de survie chutait. Elle dégringola définitivement lorsqu'il montra son intérêt pour la fiche qui faisait réfléchir la despérados depuis tout à l'heure.

Flint en gaspilla pas sa salive pour un mort en sursis mais suivit simplement les directives de son patron en amenant le gus à l'étage. Il revint à son poste aussitôt. Bien lui pris car déjà un nouveau client arrivait étancher sa soif. Il avait tout pour être défini comme un alcoolique notoire et s'envoyait par deux fois un petit brun sans prendre le temps de le savourer.
Peut-être pour se donner du courage, car lui aussi était intéressé par l'annonce.

Le même cinéma que tout à l'heure se renouvela et tequila rangea sa pièce au fond d'une de ses poches. Si deux abrutis pouvaient être engager, elle ne risquait finalement pas grand chose, l'intelligence et l'intuition féminine était une denrée rare dans le coin... Elle se leva et suivit le couple. Lorsque Palmer fut invité à rentrer, Flint se retira et allait refermer la porte derrière lui lorsqu'il se retrouva face à la jeune femme.

Elle ne dit mot et d'un simple geste balaya un coin de son poncho vers son épaule, laissant apparaître son colt. Elle releva lentement la tête jusqu'à ce que son chapeau sombre bien vissée sur sa tête laisse entrevoir son regard félin. implicitement, Leroy comprit rapidement et laissa la porte ouverte en partant vaquer à nettoyer ses verres crasseux.

Telle une panthère, elle se glissa sans bruit dans le bureau de Leroy en écoutant les inepties perpétrées par le buveur de whisky.
Son pied droit appuya assez fort sur le plancher pour le faire grincer et signifier ainsi sa présence. C'était à son tour de jouer, de montrer à tous ses talents d'actrice. Elle se déplaça à pas de velours tout en jaugeant de façon dédaigneuse les deux autres postulants avant de plonger son regard noir et profond dans celui de Leroy. Ses lèvres charnues dessinaient un sourire alors que la grâce de ses courbes commençait sa danse hypnotisante aux yeux des hommes. Son accent roucoulant donna une touche exotique à la scène.


- Si l'entrée d'oune femme dans votre équipe ne vous déranye pas, yé pense qué yé vous serez plus outiles que ces deux-là... Au moins dou point de vue de la jugeote...


La jeune femme continua son avancée vers le bureau avant de dévier vers un des tableaux du bureau. Ces yeux de braises se posèrent dessus tandis que sa main le frôlait tandis que ces messieurs pouvait admirer les deux collines délicieuses que formaient ses jolies fesses que son pantalon avait du mal à cacher. Elle tourna la tête à moitié pour dévoiler son profil.

- Vous avez l'air d'être un homme de goût Monsieur Leroy, y'imagine que les salaires de vos hommes hommes de main suivent la même logique. Mes services sont loin d'être gratouits...


Une question cachée, c'était maintenant l'heure de voir si son futur employeur avait lui aussi un peu d'esprit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leroy Fargo



Messages : 31
Points XP : 21

MessageSujet: Re: Partenaires Particuliers [Terminé]   Ven 8 Juin - 18:39

- Bien bien bien...

Leroy arborait un petit sourire satisfait et regardait un à un les trois personnages qui se tenaient devant lui. On pouvait observer un certain mélange de styles, qui laissait penser à des spécialités différentes pour chacun des intéressés. Une allure poussiéreuse et fatiguée, une joie de vivre assez prononcée et des valises qui suivaient, le premier devait être un pied tendre. Le second se passait de commentaires tant son allure négligée était éloquente à propos de sa façon de vivre. La troisième rafraîchissait un peu plus l'atmosphère malgré son air un peu dur, mais la jeune femme était plutôt jolie et restait gracieuse à l'instar de son style vestimentaire de garçon vacher. Free Hands se redressa dans son large fauteuil en velours rouge, doucement, comme au ralenti, puis ouvrit l'un des tiroirs de son bureau pour en sortir une petite boite d'allumettes écornée et la secoua afin d'en vérifier le contenu. Il en sortit une fine allumette qu'il gratta pour l'enflammer tout en invitant d'un signe de la main ses trois postulants à s'asseoir à leur tour dans de petits fauteuils en cuir, rouges eux aussi. Dans le silence des plus studieux, il ralluma son gros cigare en tirant de généreuses bouffées qui dégageaient des nuages de fumée pestilentielle et quasi opaque. Après avoir secoué l'allumette pour l'éteindre, il se pencha vers son bureau pour y poser ses bras croisés, et créer une ambiance un peu plus intime. Il commença sur un ton calme et mesuré.

- Je vous remercie tout d'abord quant à l'intérêt que vous portez à mon établissement, et en même temps, je dois dire que je le comprends assez facilement... Il sourit de nouveau avant de reprendre. Je me nomme Leroy, Leroy Fargo, et je suis l'heureux-récent propriétaire de cet établissement. On m'appelle également "Free Hands" par rapport à ma...prédilection quant au jeu en général. Soyez les bienvenus donc. Il tira une nouvelle bouffée et reprit posant son regard sur Tequila Jo. Pour répondre à vos questions, oui, je suis un homme qui, je pense, apprécie la beauté en général ma chère, et oui, je suis ouvert à toute proposition de services quelle qu'elle soit, mais laissez moi vous dévoiler ce pourquoi vous êtes ici. Je pense être dans le juste lorsque j'avance que vous ignorez ce que j'attends de la part "d'homme à tout faire" comme écrit dans l'annonce, car "tout faire" reste assez vague n'est ce pas ? Il marqua un temps d'arrêt en regardant Clive d'abord, puis, voyant l'air vide du pistolero, il observa Billy. Ses yeux se posèrent enfin sur Tequila Jo, qu'il ne regarda pas comme les deux autres.

- Donc, je souhaite vous proposer un marché. Etant un homme assez... occupé, j'ai besoin de personnes compétentes, et je sens que vous l'êtes, afin d'accomplir des petites tâches pour me rendre service. Je reviendrais sur les tâches plus en détails quand nous serons d'accords, mais sachez que cela ne vous demandera pas d'accomplir des actes de barbarie. Par contre voici, la partie intéressante : ce que je vous propose en retour... En guise de remerciement pour vos services, je vous propose une chambre au Shiny Spade, tout compris, il regarda Clive du coin de l'oeil, le bain également, ainsi q'une prime pour chaque service rendu. Naturellement, si le contrat n'est pas totalement rempli, la prime en sera affectée. Si vous ne désirez pas loger au Saloon, je peux vous offrir un petit pécule hebdomadaire en contrepartie.

Leroy avait la gorge sèche à force d'étaler sa présentation. Il voulu tirer sur son cigare de luxe, mais le foyer s'était éteint faute d'avoir été entretenu, ainsi, Leroy finit par le déposer dans son gros cendrier en bronze. Il chercha tout d'abord un verre afin de s'humidifier les lèvres, puis regarda ses convives.

- Où ai-je la tête ! Puis je vous offrir un rafraichissement ? Leroy regarda Jo en souriant. Je n'ai que du whisky ou de l'eau ma chère, mais je peux toujours appeler Flint pour vous apportez une autre boisson de votre choix.

Sans même attendre de réponse, il reprit une dernière fois la parole avant de laisser les candidats réfléchir à la proposition :

- Quoi qu'il en soit, si vous vous sentez de taille, je vous répète que je suis prêt à vous engager tous les trois, je ne suis pas du genre a jouer petit, et je ne prends que très rarement des risques... Je vous laisse donc me donner votre réponse chers amis, et potentiels collaborateurs, je tiens juste à préciser que même si vous ne serez sûrement pas amenés à tuer, il se pourrait que vous soyez mouillés dans certaines affaires d'extorsion ou autre petits délits... Dans tout les cas, vous bénéficierez de mon entière protection au niveau des forces de l'ordre, qui soit dit en passant, sont en pleine réorganisation.

Il reprit son sourire insolent, ralluma son cigare, et regarda de nouveau les trois candidats.

- Alors ? Que puis je vous servir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billy Jewel



Messages : 47
Points XP : 30

MessageSujet: Re: Partenaires Particuliers [Terminé]   Ven 8 Juin - 20:08

À croire que tout candidat était le bienvenu, cette scène donnait l’impression d’être une salade de fruits mixe, offrant ainsi tous les stéréotypes du Far West dans une même pièce : le riche homme d’affaire qui ne pouvait compter qu’en l’argent, les cigares ainsi que l’alcool, l’ivrogne pour qui la beuverie faisait partie de ses activités principales ainsi que ce fameux cliché de la fille cow boy, ne se servant que de son propre corps à des fins personnelles. Certes, si ce boulot ne nécessitait qu’un seul employé, la lutte allait se résumer à une belle guerre afin d’y prouver lequel de nous serait le plus apte à obtenir la faveur du grand patron.

Pour ma part, je ne m’en fis pas pour rien! Après tout, j’avais sans doute ce que plusieurs ici n’avaient pas : la créativité! Si jamais ce fameux emploi demandait une tête forte, ces deux concurrents pouvaient aller se rhabiller, laissant ainsi place à ma intelligence inégalée.

L’homme d’affaire se présenta finalement sous le nom de Leroy Fargo. Alors que celui-ci fumait joyeusement son cigare, ne se gênant pas à regarder de désir cette fameuse cow girl aux allures d’une calamité, quelques informations lui sortirent de la bouche, dévoilant ainsi la raison de notre venue. À première vue, tout sembla normal pour ma part. Bien sur, je fus rassurer que ces fameuses responsabilités ne nécessitaient pas de tuer qui que ce soit. Après tout, que serait-il arrivé si jamais c’avait été le cas? Ma propre fierté m’aurait sans doute empêché de quitter cette pièce malgré ma peur des armes à feu.

Mais bref, Leroy continua son petit discours, s’amusant à étirer la sauce sur le dévoilement de ce fameux emploi dont nous tous étions venus nous informer. Je crois que malgré tout, mon impatience se fut sentir un tantinet. Sans doute était-ce ce regard insistant que je lançais à Leroy… ou bien était-ce mon pied qui fracassait à répétition le plancher de bois en signe d’impatience. Va savoir!

Mais avant de se prononcer, Leroy, tel un bon vendeur se permit d’énoncer les avantages sociaux d’un tel contrat. Une chambre ans le saloon ainsi qu’une prime? Mouais! Ce type savait nous faire saliver. Bien que je n’avais pas à me plaindre au niveau financier et que mon logement était assuré dans l’entrepot de « Jewel Productions », je devais admettre qu’un peu de luxe ne pouvait pas me faire de mal. Après tout, quel genre d’ingénieur ne serait pas content d’obtenir un plus grand budget afin d’y financer ses prochaines inventions? Je me permis de rêver quelques minutes, me déconnectant ainsi de la réalité.

*Wow! Si cela se trouve, je pourrais enfin me construire ce fameux chariot à la vapeur dont je rêves de construire depuis des années. Oh non mieux! Je devrais plutôt mettre toutes mes énergies sur l’acquisition d’un nouveau chapeau! Oh oui! Un chapeau! À moins que… me payer une femme pour le restant de ma vie et ainsi ne plus être seul pour le restant de ma vie? Mmmm….. nah! L’idée du nouveau chapeau est meilleure!*

Ces rêvasseries me firent perdre le sens du discours de Leroy qui, malgré tout, continua, élaborant les responsabilités qu’un tel poste pouvait demander. Le risque d’être mêlé à des histoires d’extorsion, de malhonnêteté? Bien sur, si ce n’était pas du fait que je naviguais dans mes nombreuses rêvasseries, un tel détail m’aurait aussitôt fait refuser cette offre. Mais puisque l’histoire s’amusait à me ridiculiser par moment, je ne me rendis compte de rien, m’entrainant ainsi à accepter aussitôt.


-Monsieur Leroy, vous parlez au bon candidat! Je suis sûr que mon coté créatif vous sera très utile, soit dit en passant! Tant que ce n’est de tuer personne, je suis partant!

Sans doute qu’une réponse aussi rapide pouvait en impressionner plus d’un, surtout lorsque ceci impliquait des actes malhonnêtes. Mais selon mon propre point de vue, M. Fargo n’était rien d’autre qu’un honnête homme d’affaires. De plus, celui-ci était même prêt à nous offrir à boire. Comment refuser une offre si généreuse?


-Hum… un verre d’eau pour moi! Je prends très mal l’alcool! Parlez-en à ma mère! La dernière fois que j’ai essayé le whisky, je me suis pris pour une belette pendant une soirée complète!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/luduc
Clive Simpleton Palmer



Messages : 59
Points XP : 45

MessageSujet: Re: Partenaires Particuliers [Terminé]   Dim 10 Juin - 18:57

L'ambiance était à son comble dans le saloon, le pianiste envoyait un morceau des plus endiablé qui laissait imaginer qu'il y avait au moins deux joueurs sur l'instrument, alors que les danseuses faisaient balancer leurs hanches et levaient les jambes au dessus de leur tête sous les acclamations saliveuses des clients alcoolisés. Clive se frayait un chemin vers le bar à travers la foule se faisant saluer par au moins la moitié des gens qu'il croisait. Il arriva devant comptoir et tapa du poing pour attirer l'attention du barman.

- Salut Machin ! Tu m'mettra un verre de ma reserve personnelle, j'ai une bonne nouvelle à annoncer au boss...

Ce dernier se pencha pour saisir une petite bouteille carrée et scellée en dessous du comptoir puis versa une liqueur ambrée dans un verre en cristal posé à côté. Clive s'en empara délicatement et en huma l'arôme pour finalement le vider d'un trait, avec un sourire de gourmand. D'un signe de la main il fit comprendre au barman de le servir de nouveau, pour encore boire le spiritueux en mois de temps qu'il n'en avait fallu pour le remplir. La scène se répètait dans le brouhaha du saloon, et encore, et encore...

Clive fut arraché à ses pensées lorsqu'il s'aperçu que ses interlocuteurs attendaient une réponse de sa part. Dommage, il se sentait bien dans la vision qu'il venait d'avoir, lui, homme de main de Leroy Fargo, un type important quoi. Clive sentait qu'il était en train de partir de nouveau das un de ses rêves et secoua la tête pour s'en sortir. Il lui fallait maintenant regrouper les bribes qui lui avaient paru essentielles dans la tirade de Leroy.


*Que puis je vous servir ? J'attends votre réponse... Servir ????*

La réponse suivit sans qu'il n'ai eut besoin de réfléchir, et heureusement pour lui, plus d'une demie seconde. Un peu comme si sa phrase avait été préalablement enregistrée, Clive répondit mécaniquement :

- Ce serait volontiers que j'goûterais vot'Whisky M'sieur Fargo, je suis quelqu'un de curieux moi, et j'aime bien découvrir des nouvelles sensations dans le domaine de la pic... des spiritueux... Faut dire que mon père avait une sorte de don pour goûter les alcools de toute sorte, enfin surtout pour l'encaisser à vrai dire...

Palmer toisait Tequila Jo dans l'attente qu'elle l'accompagne dans son choix, étant donné que Billy venait de demander un verre d'eau. Il semblait calme, sa chemise retombait sur la crosse de peacemaker, signe qui montrait que le vieux pistolero n'était absolument pas sur ses gardes. Alors qu'il attendait une réaction de la part d'un des acteurs de cette scène, il observa de plus près la jeune femme. Elle était assez jolie pour quelqu'un qui devait vivre à la dure. Ses formes étaient bien proportionnées, son visage était fin, ses yeux sombres, et si Clive avait eu une bonne quinzaine d'années en moins, il aurait tenté de la charmer, mais aujourd'hui, il n'était même pas question d'envisager quoi que ce soit avec un tel bout de femme. Après quelques secondes d'attente, Clive s'était rendu compte qu'il y avait une autre réponse à laquelle il n'avait pas encore répondu...

- Ah ! Et ouais, y'a pas grand chose qui me débecte après c'que j'ai eu l'occasion de voir dans ma vie, alors chuis partant pour dev'nir un d'vos hommes de main... Pouvez compter sur moi patron. Faut commencer quand ? Y'a déjà des trucs que z'avez en tête ? Et euh... J'peux garder la chambre que j'ai parceque... Y'a eu comme un p'ti souci avec la paillasse à côté du lit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tequila Jo



Messages : 302
Points XP : 14

MessageSujet: Re: Partenaires Particuliers [Terminé]   Mar 12 Juin - 10:58


-Hum… un verre d’eau pour moi! Je prends très mal l’alcool! Parlez-en à ma mère! La dernière fois que j’ai essayé le whisky, je me suis pris pour une belette pendant une soirée complète!


Quatre jours... C'est ce qu'elle allait parier sur la durée de vie du pied-tendre. S'il avait lancé la même réplique au bar, aucun doute que quelqu'un se serait mis à le faire danser pour lui apprendre les mœurs du coin. Pour chance, les personnes autour de cette table semblait plus civilisée... Ou avait l'esprit trop embrumé par l'alcool pour se moquer de lui.

- Yé prendrais également du whisky senor.

Tout en débitant son choix, la jeune femme pris place dans l'un des fauteuils que le notable avait mis à leur disposition. Les termes du contrat lui semblait correct et elle n'avait rien à redire dessus. Finalement, la chose aurait été sans doute vite entendu si ses futurs collaborateurs n'étaient pas compté dans cette pièce. Même si Mr Fargo avait été plus clair sur les termes du travail à effectuer, elle avait l'impression qu'elle était la seule à comprendre où elle mettait les pieds. Et Leroy semblait aussi le croire, son regard se posait avec beaucoup plus d'insistance sur elle que ces compatriotes... Mais comme la nature l'avait plutôt bien faite, le joueur de poker se laissait peut-être simplement séduire par ses jolies courbes.
Il n'aurait pas a tuer, certes mais le job restait dangereux sinon il ne paierait pas autant et le pied-tendre ne semblait pas prendre la mesure du risque. L'autre semblait être un sac à vin prêt à tout pour une pinte. De plus, l'intelligence ne semblait pas son point fort et sa concentration semblait vaciller rapidement. Et ça, ce serait ses partenaires...
Sans montrer son agacement, elle posa une nouvelle question, peut-être dans le simple but de faire perdre leurs motivations aux deux autres, ou du moins pour bien mettre les points sur les I.

- A priopri, j'en souis aussi. Vous dîtes être quelqu'un de prudent senor Fargo. Mais que se passerait-il si l'un de nous se faisait prendre par un shérif que vous n'arriverez pas à le "convaincre" pour libérer votre homme ? Y'imagine que certaines choses doivent être garder à discrétion, non ? Que ferez-vous dans ce cas là ?


Se faire descendre en mission était une chose, se faire descendre par un de ces collègues pour ne pas trahir le patron en était une autre. L'idée d'avoir un contrat sur sa tête n'était pas forcément séduisante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leroy Fargo



Messages : 31
Points XP : 21

MessageSujet: Re: Partenaires Particuliers [Terminé]   Mer 13 Juin - 16:33

L'entretien prenait une tournure satisfaisante aux yeux de Leroy, les trois candidats avaient l'air d'accepter les conditions et commençaient même à s'intéresser aux détails, ce qui indiquait à l'homme d'affaire qu'il pouvait approfondir les explications et entrer maintenant dans le vif du sujet. Mais avant cela, les bonnes manières voulaient que ses "invités" voient leur boissons servies... Leroy se redressa sur son fauteuil, mais au lieu de se lever pour servir les trois futurs employés devant lui, il dressa sa tête en direction de la porte du petit bureau.

-FLIIIIIIIIIIIINT !!!!

On pouvait distinguer la voix du barman en provenance du rez de chaussé, étant donné que la salle n'était pas encore emplie de son brouhaha quotidien.

- OUAIS BOSS ??!!
- MONTE !

Pendant les secondes qui suivirent, le silence s'était installé peu avant d'être perturbé par les marches grinçantes de l'escalier. Quelques instants plus tard, la porte s'entrouvrit et le visage de Flint fit irruption dans la petite pièce troublée par la fumée du cigare de Leroy.

- Vous désirez boss ?
- Mon bon Flint, amène nous trois whisky de ma réserve et ... Un verre d'eau.
- Mais... Patron j'étais en bas y'a deux secondes !
- Tatata ! Tu veux que j'y aille moi même peut être ? Et qui va prendre soin de nos invités pendant ce temps ? Est ce vraiment l'image que tu veux leur donner quant à l'accueil de notre établissement ??

Flint referma la porte dont le claquement couvrit ses grommèlements, avant que les gémissements de l'escalier ne se fassent de nouveau entendre, plus rapides cette fois. Leroy ouvrit un nouveau tiroir de son grand bureau -Et cela donna l'impression que ce bureau en était doté d'un millier- avant de reprendre avec le même sourire qu'à l'arrivée des postulants.

- Veuillez m'excuser chers amis, Flint à parfois du mal avec les règles de bienséance, mais je me fais un point d'honneur à les lui rappeler. Il sortit une boite de cigares copieusement roulés, longs d'au moins une quinzaine de centimètres et la fît glisser délicatement du bout de la main vers ses invités. Je vous en prie, servez vous si vous le souhaitez, ce sont des cigares importés de la ville de San Fernando, et croyez moi, ils sont d'excellente facture. Leroy s'enfonça de nouveau dans son épais fauteuil. Pour vous répondre chère demoiselle, vous permettez que je vous appelle ainsi ? Sunset Hill est une ville jeune et par conséquent, fragile, elle se cherche encore un caractère, on pourrait presque la comparer à une adolescente que l'on peut endoctriner aisément à coups de belles promesses pécunières. Il me sera assurément facile de "convaincre" les bonnes personnes de vous laisser filer, et dans le cas contraire, les quelques réfractaires verront leur tête surmontée d'une somme avec un paquet de zéro assez conséquent pour en faire saliver les plus téméraires et démunis. L'argent est un langage universel et l'appât du gain est sans limite dans notre belle région. Et puis, encore faut il qu'un fou daigne prendre la responsabilité de faire régner l'ordre ici...

Leroy se saisit alors d'une feuille de papier jauni posée à sa gauche et la déplia lentement afin de survoler ce qu'il y était écrit dans une encre noire, visible en son verso.

- J'aurais également besoin de connaître vos "spécialités" afin de les utiliser au mieux... Sur ce bout de papier sont inscrites mes premières idées, dont un petit test en quelques sortes, rien de bien méchant, juste pour m'assurer de vos compétences. Flint vous les portera dans vos quartiers respectifs le moment venu. Concernant le test que je souhaiterais vous faire passer, j'aimerais que vous récupériez quelque chose pour moi. Voyez vous, j'ai besoin du calice que notre prêtre utilise lors de ses offices, ne me demandez pas pourquoi, ramenez le moi simplement. Vous irez de nuit, et tout les trois. Soyez assez discrets pour ne pas réveiller l'homme de Dieu qui y habite, sinon, fuyez, je ne veux pas de violence dans la maison du Seigneur, déjà qu'un vol... est à la limite du pardonnable...

Les pas du barman interrompirent Leroy qui attendait maintenant que la porte s'ouvre. Flint pénétra dans la pièce le visage fermé transportant un plateau en fer blanc dans la main droite, qui supportait quatre verres. Il déposa d'abord le verre d'eau devant Tequila Jo, mais Leroy le stoppa dans son élan, pris d'un petit rire poli et distingué.

- Tu fais erreur mon bon Flint, le verre d'eau n'est pas pour cette charmante jeune femme, mais pour notre invité au costume.

Flint resta d'abord surpris et toisa Billy quelques secondes avant de changer le verre d'eau de place, puis déposa les whisky face à leurs buveurs respectifs avant de prendre congé, marmonnant dans sa barbe. Leroy se saisit de son verre et l'éleva afin de porter un toast.

- Et bien si tout le monde est d'accord, il ne reste plus qu'à officialiser notre marché ! À notre entente !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billy Jewel



Messages : 47
Points XP : 30

MessageSujet: Re: Partenaires Particuliers [Terminé]   Mer 13 Juin - 18:53

La proposition du grand patron de ce saloon atteignit nos oreilles telle de grandes promesses à l’eau de rose. De grandes faveurs en échange de services qui, selon ce que j’avais perçu, semblaient des plus honnêtes. Certes, mes phases lunatiques allaient bientôt me faire payer le grand prix lorsqu’un bon jour j’allais découvrir le pot aux roses de toute cette affaire. Mais pour le moment, tout ce que je n’entendis ne semblait se résumer qu’à de simples responsabilités au sein de la ville, tel que pouvaient faire certains fonctionnaires pour leurs villes. Jusque là, je ne perçu aucun danger.

Mais Tequilla Jo, cette femme cachant sans doute un corps de rêve sous un drap en peau de chameau me fit semer le doute lorsque celle-ci osa parler de certains risques d’emprisonnement si jamais l’on venait à découvrir la triste vérité de toute cette affaire. Je me permis une petite remarque.

-Mais vous voyez du danger partout ma chère! Pour ma part, j’ignore bien pourquoi l’on en viendrait à nous mettre en prison. Monsieur Leroy nous l’a d’ailleurs mentionné. Nous ne sommes là que pour diriger Sunset Hill vers une meilleure discipline. Nous pourrons peut-être la rendre meilleure. Qui sait?

Sous ces belles paroles, dignes d’un sage homme qui ne se doutait point des problèmes qui allaient s’en suivre, je vis les cigares que Leroy nous présenta, tels de petites saucisses fumées au tabac. N’ayant jamais fumé de ma vie, je refusa poliment, évitant d’ailleurs de mentionner que la fumée secondaire m’était déjà suffisant à endurer.

Voyant que cette offre d’emploi semblait plaire à tout le monde, aux ivrognes comme aux fillettes qui détestaient porter une robe lorsqu’elles étaient gamines, au point de plus tard s’habiller en desperados, Leroy ne passa pas par quatre chemins, sortant ainsi une feuille afin d’y noter nos multiples aptitudes. Voyant que chacun d’entre nous semblait en grande réflexion afin d’y cibler les bons mots clés, je m’exécuta en premier :


-Je suis la relève de mon défunt père Stanislas Jewel qui est mort ici. Je susi ici pour continuer les inventions sur lesquelles il travaillait. Je suis débrouillard, charismatique, imaginatif, manuel, gentleman… mais j’ai cependant une peur bleue des armes à feu. Je sais que nous sommes tous des gens de confiance dans cette pièce alors pourquoi vous le cacher? Après tout, nous risquons de faire équipe alors aussi bien se mettre à l’aise sur certains points.

Sur ces belles paroles, je m’empressa de serrer Clive dans mes bras, incitant aussitôt une fière camaraderie.

-Je te connais à peine, vieil homme, mais je paris qu’ensembles, nous ferons de belles choses! Oh que oui!


J’en fis de même pour Tequilla. Cependant, ne voulant pas me magasiner une claque, j’opa pour les bonnes actions : celle de baiser la main de cette dernière.

-Et vous, mademoiselle, je reste certain que votre fougue nous permettra d’arriver à de fières conclusions. J’aime déjà votre petit accent. Il vous rend… unique et j’aime bien les personnes uniques!

Trève de flatteries, ma petite prestation fut interrompue par Flint qui revint au bureau, breuvages à la main. Nous les distribuant, celui-ci m’offrit le whisky, croyant que l’eau était destinée à la dame. Heureusement, Leroy corrigea la situation, indiquant l’erreur à son barman. Le regard de glace de Flint me fixa l’espace de quelques secondes, ce qui me fit avaler amèrement ma salive. Celui-ci quitta la pièce évitant tout propos haineux.

-Mince! Ce qu’il peut donner froid dans le dos ce type! Suis-je le seul à croire qu’il doit sans doute enfermer des petites bestioles dans sa barbe?

Était-ce une plaisanterie de trop? Va savoir! Malgré tout, tout cela n’empêcha pas Leroy d’évoquer notre première mission : celle d’aller chercher le calice du prêtre à l’église. Une mission, ça? Plutôt rire!

-Oh je comprend ! Vous voulez faire comme ces petites activités d’intégration que l’on retrouve dans les universités! Mais au lieu de nous demander de boire deux barils de whisky, vous nous demandez d’aller y chercher un objet sans nous faire prendre. Astucieux, Leroy! Astucieux! Je crois bien avoir quelques petits trucs afin de nous aider dans cette petite mission rigolote. Il faudrait bien voir avec vous tous, chers collègues!

Sur ces belles paroles, Leroy leva son verre, proposant ainsi un toast à cette nouvelle union.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/luduc
Clive Simpleton Palmer



Messages : 59
Points XP : 45

MessageSujet: Re: Partenaires Particuliers [Terminé]   Jeu 14 Juin - 20:03

Le cri poussé par Leroy afin d'appeler Flint avait fait sursauté le vieux cow boy qui jusque là somnolait en attendant de passer aux choses sérieuses. Clive se gratta le menton nerveusement pendant que l'assemblée attendait l'arrivée du barman pour prendre la commande. Quelques instants plus tard, le serveur fit son apparition. Flint avait tout les attributs du type bourru et pas très finot, et pour couronner le tout, Leroy semblait le mener à la baguette. Après que son patron lui ai donné ses directives, l'employé de bar gagna un aller retour gratos bureau-bar-bureau, non sans marmonner le fond de ses pensées. Clive attendait maintenant le fameux whisky de la réserve personnelle du gérant, il en salivait presque d'avance. Un homme habillé avec des vêtements d'une telle classe devait disposer d'un whisky plutôt haut de gamme, peut etre même d'une qualité que le vieil alcoolique ne pouvait s'imaginer. Afin de rendre l'attente des boissons moins pesante, son futur patron proposa à ses convives de fumer le cigare. Clive s'était dit qu'il pourrait essayer, d'autant plus que la corne verte à côté de lui avait refusé, il aurait donc fait pâle figure à décliner également. Il saisit alors un cigare dans la boîte, et pour paraître un brin connaisseur, il avait fait mine de sélectionner avant d'en saisir le plus petit de tous. Palmer avait déjà vu des fumeurs de cigare humer le tabac avant d'en chiquer une extrêmité pour laisser filtrer la fumée une fois allumé, et décida donc d'imiter ce petit rituel. Il passa le barreau de chaise de tout son long sous son nez en le reniflant bruyamment, puis il en croqua un bout et se retrouva avec une chique dans la bouche. Ce qui suivit fut assez... déconcertant. Clive ne savait que faire de ce qui se trouvait dans sa bouche, il ne pouvait pas le cracher devant Leroy et Billy, qui semblaient distingués dans leur costume, et cela n'aurait sûrement pas été du goût de la jeune femme présente avec eux dans la pièce, aussi, il ne trouva rien de mieux à faire que d'avaler le bout de cigare qui commençait maintenant à baigner dans sa salive. Un long déglutinement accompagna la chique au fond de l'estomac de Palmer, qui n'osait pas regarder ses spectateurs, de peur de les voir consternés par ce triste spectacle. Comme pour le sauver de l'embarras, Billy décida de faire l'inventaire à Leroy de l'ensemble de ses compétences, avec une bribe de sa vie privée, puis il se leva en direction de Clive afin de le prendre dans ses bras. Clive fut extrêmement surpris et n'eut pas le temps de faire quoi que ce soit, ce qui eut pour résultat de le faire ressembler à un playmobile le temps de l'étreinte de son futur partenaire. Finalement, il tenta tant bien que mal de se dégager.

- Oh là ! Pied Tendre, doucement, j'en suis pas moi... Et pis, tu m'as l'air sympa, sincère, mais de toute façons chuis trop vieux...

Clive n'était vraiment pas certain de l'effet de sa remarque et décida donc de l'oublier aussi vite que possibble. Il fallait qu'il se concentre sur autre chose, et puis, Billy s'était dirigé vers Tequila Jo, aussi, Clive décida d'étaler ses nombreuses compétences à son tour.

- Je sais m'servir d'un flingue ! il fit mine de réfléchir en pointant un regard plissé vers le plafond tout en se tapotant la joue avec son index, et dans la région, c'est d'jà un sacré avantage... Sinon, je picole comme un vrai sagouin, enfin quand j'en ai envie -il ne trouva pas utile de préciser qu'il en avait TOUT LE TEMPS envie- j'pourrais toujours engrainer vos clients à faire des paris sur celui qui tient le plus, ça vous f'rait grimper vos r'cettes !

Clive s'adossa dans le fond de sa chaise en cuir, les bras croisés et un sourire suffisant aux lèvres. Il était sûr d'avoir fait mouche avec son curiculum vitae surgonflé. Satisfait, le vieux cow boy s'était de nouveau perdu dans ses pensées mais il en fut tiré lorsque Leroy mentionna l'objectif de leur première mission.

- ... j'ai besoin du calice que notre prêtre utilise lors de ses offices, ne me demandez pas pourquoi, ramenez le moi simplement...

Le premier à réagir fut Billy, et à première vue, il semblait aussi malin que le vieux pistolero, ce qui n'avait pas du rassurer leur partenaire féminin. La situation était déjà assez délicate sans que Clive n'intervienne, et ce dernier préféra donc acquiescier d'un hochement de tête sans un mot. L'arrivée de Flint avec les les boissons sonnait la fin du malaise, et même son erreur paru minime, elle poussa même Simpleton à ricanner bêtement en regardant la desperado du coin de l'oeil. Avant de disparaitre, Flint avait déposé un petit verre étonnement propre rempli d'un liquide brun et scintillant. Clive ouvrit grand les yeux et saisit délicatement le verre entre ses doigt pour le faire tourner lentement afin de se délecter de la fine couche liquoreuse déposée sur les parois de son verre à chaque mouvement. Sans aucun doute que ce whisky avait l'air d'être fameux. Curieux, il regarda Leroy afin de se renseigner sur ce qui venait de lui être servi.

- Dîtes moi boss, il avait décidé d'utiliser le même mot que Flint afin de montrer qu'il se sentait déjà comme un employé dévoué, il a quel âge ce p'tit whisky qui m'a l'air plutôt classieux ? Il vient d'où vous avez dit ?

Pas le temps d'attendre la réponse que Leroy tenait déjà son verre en l'air pour sceller leur accord...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tequila Jo



Messages : 302
Points XP : 14

MessageSujet: Re: Partenaires Particuliers [Terminé]   Sam 16 Juin - 21:10

Leroy se veut rassurant et prétend qu'il n'abandonnera pas ses ouailles. Difficile de dire s'il ment, sans doute faudra-t-il voir sur le moment. L'argent semble pour lui être l'ultime solution à tous ses problèmes. Un homme vénal, prêt à voler dans une église pour son plaisir personnel. Sans foi ni loi... Joanna hésitait...

Flint revint avec les boissons et lui mit le verre d'eau sous le nez. rapidement, on lui fit comprendre qu'il faisait erreur.

Et le pied-tendre qui revient à la charge en la traitant de paranoïaque. Il commençait à lui courir sur le haricot le Jewel, son nom semblait plus brillant que son cerveau.Il fallait vraiment avoir de la merde dans les yeux ou de l'alcool pur dans le sang pour ne pas comprendre ce qui se tramait. Et pour couronner le tout, il avait peur des armes à feu.
Sans rire à sa blaguounette ou relever ses flatteries, Tequila se tourna vers lui, le regard glacé.

- Ecoute le bouveur d'eau, si tou ne veut pas voir ce qui est limpide, c'est ton problème. Mais tou ferais mieux de te réveiller rapidement. Tou sais, les hommes en bas ont commencé à parier sur ton espérance de vie et moi yé té donne pas 4 jours si tou t'adapte pas vite. Alors un conseil l'ami, descend de ton petit nuage, si ton père est mort ici, c'est qu'il y a sans doute oune raison. On aime pas les pied-tendre dans le coin...


De l'autre côté, le regard rieur de Clive lorsqu'on lui servit le verre d'eau ne lui avait pas échappé mais c'est surtout son discours qui l'étonna le plus... Et Leroy qui allait engager un alcoolique et un naïf. certes l'intelligence était une denrée rare dans le coin, mais quand même. Elle ne se voyait pas faire équipe avec eux.
Le pire restait le test. Tequila aimait l'argent car elle en avait besoin pour sortir ses proches de la misère, mais sa foi faisait obstacle. La voix du vendeur de la quincaillerie résonnait en elle.

- "Moi aussi yé sais jouer du flingue et de la carabine Mr Fargo et pouis yé souis oune femme, les gens se méfie moins. En plus, yé des talents d'actrice et surtout yé sais me servir de ma tête...", elle lança cette phrase en même temps qu'un regard désabusé vers ses deux collègues. "Mais tout le monde a ses limites, les miennes s'arrêtent aux portes de la maison de Dieu. Yé souis désolé, mais yé n'y entrerais pas pour voler le calice. Et pouis, yé me vois mal aller à confesse pour demander au curé de me pardonner...Yé m'escouse Mr Fargo, mais il y a effectivement des choses que l'on ne peut pas acheter... Aussi, si vous n'avez pas autre chose comme test, yé crains que vous ne pourrez pas évaluer mes capacités."


Elle gardait son verre en main sans l'avoir levé. C'était un plutôt ballot d'échouer par conviction religieuse, mais Joanna préférait voir là comme un signe de Dieu pour la guider...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leroy Fargo



Messages : 31
Points XP : 21

MessageSujet: Re: Partenaires Particuliers [Terminé]   Mar 19 Juin - 19:09

Parfois les choses se déroulent exactement de la façon dont on les imagine dans notre tête, comme si tout était écrit à l'avance, semblable à une pièce de théâtre qui n'attendrait plus que les personnages afin d'en dérouler l'intrigue. Parfois même on a l'impression de jouer une partie d'échec en ayant deux coups d'avance. Quelques fois, on pense être dans ce genre de situation et se tromper complètement... C'était le cas de Leroy en cet instant précis. La réaction des deux hommes avait été plutôt implicite et laissait paraître qu'ils acceptaient le deal, l'un des deux l'ayant même pris comme un jeu, mais la réponse de Tequila Jo avait résonné comme un coup de canon dans la tête du patron de saloon, qui pour le coup put difficilement cacher sa déception. La seule personne qui semblait assez dure et aguerrie pour mener à bien les missions qu'il projetait dans sa tête avait soudainement fait preuve d'états d'âme à propos de voler un bien appartenant à l'église, et refusait de participer au test de compétence. Bien que les deux autres neuneus avaient l'air un minimum capables, Tequila Jo aurait apporté une touche de crédibilité à l'ensemble et Leroy pensait même se reposer sur elle pour mener les gars sur le terrain. Maintenant qu'elle venait de décliner le test, Three Hands, remettait tout en question dans son esprit. Il était mitigé entre envoyer paître la jolie desperados ou fléchir et lui proposer un autre marché. Même un joueur de poker expérimenté aurait hésité quant à la carte à jouer et pour le coup, Joanna ne semblait pas bluffer car il n'y avait certes aucun intérêt de jouer à ce petit jeu ici, et en même temps, Leroy ne voulait pas montrer de signe de faiblesse en acceptant les conditions de la jeune femme. S'il se couchait maintenant, il ferait pâle figure. Three Hands changea de comportement, son visage s'était fermé et ne souriait plus, il tapotait nerveusement le bureau avec chacun des doigts de sa main gauche et saisit son cigare avec la main droite. Apres avoir craché une dernière bouffée d'une fumée blanchâtre par le nez, Le patron du Shiny Spade Saloon se racla la gorge et se redressa dans son fauteuil.

- Si je comprends bien, vous refusez de passer le test mademoiselle, ceci complique légèrement votre embauche, je pense que vous le comprenez. Il marqua une petite pause, Puisque visiblement vous n'avez pas besoin de gagner votre vie, je ne veux en aucun cas vous forcer la main. Cependant j'aurais toujours une place de danseuse si vous préférez ce genre "d'activités". Je ne vous cache pas que je suis terriblement déçu de ne pas vous compter parmi nos rangs, mais soit, j'espère trouver quelqu'un qui pourrait vous remplacer. Il tira une nouvelle fois sur son cigare et expira la fumée rapidement pour enchaîner. Je vous aurais pourtant bien vue en tête de cette équipe, je pourrais faire de vous une personne confortablement installée. Après tout, si vous "managiez" ces hommes de l'extérieur, ce ne serait pas péché ? Vous pourriez tout aussi bien préparer la retraite ou monter la garde... Je vous assure, reconsidérez mon offre.

Leroy tapota son cigare au dessus de son gros cendrier, et regardait ses convives sans un mot. Il saisit son verre intact posé devant lui pour en boire une fine gorgée, passa sa langue sur ses lèvres et inspira une nouvelle bouffée de son cigare. Leroy se disait qu'après tout, il arriverait bien à trouver un terrain d'entente avec la jeune desperado, il devait bien y avoir quelque chose qui puisse l'inciter à travailler avec lui. Three Hands en profita pour regarder les deux hommes assis à côté de Tequila, en face lui. Il est vrai qu'ils ne payaient pas de mine, mais qui sait, ils étaient peut être dotés de qualités bien cachées, et de plus ils semblaient motivés. Leroy hésita quelques instants, pris d'un doute soudain. Avec ces deux acolytes, leur "partenariat" pourrait très bien prendre des allures de cirque, et il serait alors difficile de se faire prendre au sérieux par d'éventuels concurrents. Mais en ces terres, avoir des yeux et des oreilles dans la ville était stratégique, de plus l'inventeur pourrait l'aider grandement si son talent était à la hauteur de ses dires. L'autre, le vieux, avait un flingue et disait s'en servir, et comme il l'avait dit lui même, c'était déjà ça. Il ne manquait vraiment plus qu'une personne plus censée et plus intimidante comme la jeune desperado pour compléter le tableau.

- Messieurs, si vous êtes d'accords, Flint vous montrera vos chambres et viendra vous prévenir le moment du test venu. Lorsque la ville dormira, tenez vous prêts.

On entendait maintenant le tic tac de l'horloge en bois massif suspendue à l'un des murs de la pièce, Leroy semblait réfléchir à la tournure que prenait les négociations. Si les deux hommes acceptaient définitivement, il ne resterait plus que Tequila Jo à convaincre et Three Hands n'avait plus qu'une carte en mains...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billy Jewel



Messages : 47
Points XP : 30

MessageSujet: Re: Partenaires Particuliers [Terminé]   Mar 19 Juin - 19:39

Le dessein de la scène semblait se préciser. Alors que ma collaboration ainsi que celle de mon nouveau collègue portant fièrement le nez rouge à certaines occasions, voilà qu’une légère épine venait se coincer à l’engrenage d’un plan qui semblait si parfait au départ. Bloqué par ses propres convictions, Tequilla Joe, cette dame portant parfaitement le poncho comme personne d’autre, préféra se défaire d’un tel arrangement. Mais pourquoi donc? Celle-ci doutait-elle vraiment de la parole de M. Leroy, cette homme qui transpirait la confiance et l’honnêteté? Franchement! Tout semblait si évident. Il était clair que nous allions emprunter ce calice, oui! Mais il n’y avait aucun doute que Flint allait le ramener la veille. N’étions-nous pas en Amérique, là ou la franchise, la confiance et l’honnêteté faisait partie de chacun de nous?

Certes, Leroy ne sembla pas aimer cela. Mais tel un vrai gentleman, il offrit une autre opportunité à celle-ci : devenir une danseuse? J’osa chuchoter à mon nouveau collaborateur ivrogne :


-Quoi? C’était ça le second emploi qu’il allait nous proposer si jamais l’on venait à refuser d’aller à l’église? Mince! Pour une fois, je suis fier de mon choix! Après tout, la robe décolletée ne me va pas très bien… en revanche…. Elle… c’est une autre histoire!

Je n’osa pas voler la vedette pour ce moment qui semblait avantager une discussion entre Tequilla Joe et le grand patron de ce saloon. Tel un fidèle destrier, je ne me résuma qu’à rester immobile jusqu’à la suite des événements. Certes, j’espérais une certaine collaboration auprès de Tequilla Joe. D’ailleurs, était-ce vraiment son vrai nom? Tequilla étant son prénom et « Joe » étant son nom de famille? Lorsque le moment allait s’offrir, cette question allait sans doute s’incruster lors d’un prochain échange.

J’attendis que Leroy nous fit signe que nos chambres étaient prêtes pour ainsi attendre le coucher du soleil. Cependant, je devais admettre qu’entendre la réponse de T. Joe éveillait amèrement mon sens de la curiosité. Qu’allait-elle répondre? Je ne pouvais qu’espérer une franche camaraderie avec elle. Et qui sait? Peut-être allais-je la présenter à ma mère lorsque le moment viendrait. La vie demeurait un monde remplie de surprises. Comment ne pas en profiter?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/luduc
Clive Simpleton Palmer



Messages : 59
Points XP : 45

MessageSujet: Re: Partenaires Particuliers [Terminé]   Mar 19 Juin - 20:56

*Bon je finis ce petit whisky ma foi assez fameux, et je prends le large, j'ai hâte de retrouver ma chambre, en plus il doit me rester un fond dans ma besace...*

Clive restait silencieux face aux échanges dont il était témoin. Peu lui importait de travailler ou non avec cette femme, car comme déjà évoqué, il avait appris à ne pas trop s'acoquiner avec ses partenaires. A vrai dire, que ce soit elle ou un autre ne changerait rien à la mission, qui d'ailleurs, lui rappela brièvement le moment où il avait quitté sa maison étant plus jeune, se faufilant dans le noir à travers les meubles et en prenant soin d'éviter tout élément susceptible de faire du bruit. Pensif, il pris une nouvelle rasade de son whisky et en tira un petit sourire gourmand. Alors que Leroy tentait de négocier, son voisin de chaise lui avait chuchoté ce que Clive avait interprété comme une blague, et le vieux pistolero pouffa discrètement laissant échapper un petit ricanement d'idiot. Il s'était rendu compte que cela n'était pas passé inaperçu et afin de dissimuler sa gêne, Clive inspira une nouvelle vague de fumée de son cigare, mais elle le fit tousser aussitôt d'une toux grasse et essoufflée. D'un geste convaincu, il bu une autre gorgée comme on reprendrait de l'oxygène en sortant la tête de l'eau. Cette dernière grosse rasade eut raison de son verre, et Clive ne manqua pas de le claquer sèchement sur le bureau de Leroy, tout en laissant échapper un râle de satisfaction. Il ne souhaitait pas briser le silence qui régnait, aussi, il marmonna discrètement à son voisin Billy.

- Bin mon vieux, t'sais pas c'que tu loupes avec ton eau... Si on fait équipe j'te montrerais comment on boit comme un homme dans la région, il regarda Tequila Jo du coin de l'oeil, regarde, même la donzelle ell' boit mieux que toi... Faut que tu t'respectes mon gars, t'es dans l'ouest maintenant. Même un indien il a moins de poils, et pourtant y' f'rait plus viril... Ouais vraiment crois moi pied tendre, j'vais t'apprendre ça comm'y faut...

Simpleton se redressa et regardait Billy avec un oeil amusé. Leroy les invita à rejoindre leur chambre, si bien sûr, le marché était conclu. Clive était complètement d'accord avec cette idée, étant donné que, pour lui, l'accord était passé dès l'instant où il avait lu l'annonce devant le saloon. Ainsi, se grattant l'entrejambe avec la grâce d'un gorille, il se leva de son siège mollement.

- Bien ! Dans ce cas boss, vous m'excuserez je vais allez me "concentrer" avant d'attaquer le job. J'voudrais pas faire mauvaise impression.

Il fit comme comme s'il pointait une arme sur Billy avec ses doigts et accompagna son geste d'un clin d'oeil.

- A'd'taleur part'naire !

Puis il salua la jeune desperado d'un hochement de tête et sembla ôter un chapeau imaginaire avant de reprendre.

- Ma'am ! Au plaisir...

Sur ces belles paroles, Clive referma la porte du bureau derrière lui, et la seule chose que l'on put entendre après qu'elle eut été maladroitement claquée fut un bruyant FLIIIIIIIIINT !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tequila Jo



Messages : 302
Points XP : 14

MessageSujet: Re: Partenaires Particuliers [Terminé]   Mer 20 Juin - 21:05

Le dilemme...

D'un côté, on lui offrait une source de revenus avantageuses et sans trop de risque, de l'autre, la foi religieuse dans laquelle elle baigne depuis toute petite.
Sans doute pour blaguer, Leroy lui proposa un poste de danseuse. Au regard noire que la veuve ai pu lui lancer, on pouvait comprendre qu'elle ne ferait pas carrière dans ce milieu, du moins qu'elle n'en avait aucune envie. Le patron lui proposa un autre rôle dans cette histoire, fomenter un plan ou préparer une retraite. Ca semblait un peu surestimer le larcin, mais au moins c'était une solution qui lui permettait de ne pas entrer dans l'église.

Le fait que Leroy la voyait bien à la tête de cette équipe montrait l'importance qu'il lui montrait. néanmoins, quand on voyait l'équipe; un pied-tendre plus naïf qu'un gosse de 5 ans et un alcoolique dont la seule occupation semblait se mettre des murges plus mémorables les unes que les autres, il y avait de quoi déchanter et Tequila se voyait très mal effectuer une quelconque tâche avec eux. Néanmoins, elle pouvait toujours se consoler en ce disant que le premier se ferait descendre dans 4 jours et que le second crèverait dans son vomi après une bagarre d'ivrogne.

Pendant qu'elle réfléchissait, les messes basses allaient bon train entre les deux commères. "Manager" cette équipe, quelle plaie. Néanmoins, l'offre restait intéressante, une chambre gratuite et des primes, voilà qui lui permettrait une somme honnête beaucoup plus rapidement. Sa dernière rapine dans la quincaillerie du coin n'avait pas été très fructueuse...

Alors que le vieux, par l'odeur de l'alcool alléché avait e la décence de la laisser avec le patron, elle leva son verre.

- C'est d'accord Monsieur Leroy, mais yé n'entrerait pas dans l'église. y'imagine Qué ces deux hommes auront sans doute besoin de moi pour mener à bien leur mission...


Elle trempa ses lèvres pulpeuses dans son verre et le sirota avant de le reposer vide sur le bois épais du bureau. Elle se tourna ensuite vers Billy.

- Hombre, si tu veux rester en vie, suis mes conseils. Pour commencer, quoi qu'il se passe durant cette nuit, ne sors pas de la ville. Il y a de drôles de bestioles qui traînent dans le coin, du genre carnivore...


Ses yeux noirs se posèrent sur l'individu au physique avenant et sympathique. Dommage que sous cette enveloppe, il n'y avait aucune jugeote...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leroy Fargo



Messages : 31
Points XP : 21

MessageSujet: Re: Partenaires Particuliers [Terminé]   Dim 24 Juin - 1:14

La réponse de Tequila Jo venait de tomber et elle était affirmative, à la plus grande satisfaction de Leroy. Il l'avait enfin son équipe de choc : un vieil alcoolique dévoué, un jeune homme plein d'entrain, imaginatif et naïf, et enfin, une femme fatale qui savait manier le colt. Finalement, ça pouvait avoir de la gueule ce style original d'association de malfaiteurs. En plus de ça, Leroy n'avait même pas eu à imaginer un autre test afin de le proposer à la desperado. Non vraiment, il était ravi de cette nouvelle, si bien qu'il leva son verre en même temps que Joanna bu une gorgée du sien, comme s'il tenait à l'accompagner. A peine eut il trempé ses lèvres qu'il posa délicatement son verre pour sortir de la poche de son veston violet pâle un petit mouchoir blanc en soie qu'il appliqua sur sa bouche soigneusement. Il le replia avec attention, et croisa ses mains posées sur le bureau. Il souriait en regardant Tequila Jo.

- Croyez moi ma chère, je suis heureux de vous voir changer d'avis, et je ferais en sorte que vous ne regrettiez pas votre choix. Il gratta une allumette afin de rallumer son cigare, qui semblait sans fin, puis il crapota deux bouffées avant de le poser de nouveau dans le cendrier. Souhaitez vous donc loger dans mon établissement ou aviez vous un autre lieu en tête ? A priori, votre compère au cheveux blancs et à l'odeur...intéressante a déjà fait son choix. Sachez que je peux également vous trouver une chambre en ville ou à l'extérieur qui vous convienne tout autant. Il se tourna vers Billy. Cette remarque vous concerne aussi monsieur l'inventeur.

Alors qu'il attendait la réponse de ses nouveaux employés, Leroy rangea le petit papier -sur lequel il venait de noter les compétences de chacun- dans un des tirroirs de son bureau et se leva avant de s'arreter à la fenetre qui donnait sur la rue principale de Sunset Hill. Il tournait le dos à ses invités laissant apparaître quelques plis sur son costume trois pièces sur mesure, qui avait du légèrement se froisser à cause des reliefs de son fauteuil. Il avait joint ses mains dans son dos et fixait l'extérieur avant de continuer.

- Bien entendu, vous avez déjà compris que ce genre d'accord ne se signe pas et se base essentiellement sur la confiance que les deux parties peuvent se porter mutuellement. Je m'engage à vous payer et à faire en sorte que vous soyez inquiétés le moins possible sur d'éventuelles enquêtes des forces de l'ordre. Il se retourna pour regarder les deux derniers postulants. Aussi, si vous n'avez pas de questions, je pense que nous en avons terminé, vous commencez dès ce soir, je vais donc vous raccompagner. Il s'approcha de la petite porte du bureau et l'entrouvrit. FLIIIIIIIIIIIIIIIINNT !!! J'ai besoin ton aide en haut !

Leroy passa ses mains sur son costume violet afin d'en effacer les plis et vint se rasseoir derriere son bureau pour finir son verre. Les pas du barman semblaient plus rapides que les précédentes fois où on l'entendit monter et il ne tarda pas à faire irruption dans le bureau armé d'un fusil à canon scié qu'il agitait devant lui d'un air menaçant. Leroy calma l'ardeur de son garde du corp personnel en levant la main afin d'éviter toute bavure.

- Ouh là ! J'ai du mal m'exprimer Flint, je voulais simplement que tu accompagnes ces gens dans leur chambre, afin qu'ils se préparent pour la tâche que je leur ai réservé. Tu te rappelles ce dont je t'ai parlé tout à l'heure j'espère ? Je te serai donc reconnaissant de prendre soin de nos amis.


Le patron du saloon toisait Billy et Joanna avec un petit sourire en coin.

- Mes amis, bienvenus parmi nous ! Je suis sûr que vous saurez gérer ce petit exercice avec brio. Il regardait maintenant la desperado. C'est vous ma chère, qui serez donc en tête de cette équipe, les détails vous seront donnés par Flint le moment venu. Une fois que aurez ce que je désire, retrouvez moi au saloon en fin d'après midi demain. Je vous souhaite donc une bonne soirée !

D'un geste de la main, il invita la petite assemblée à quitter la pièce, impatient de voir comment ils allaient s'occuper de ce premier "coup". Leroy avait une petite lueur d'excitation dans l'oeil, il semblait porter une attention particulière à ce test, bien plus que l'attention que l'on porterait pour un simple test.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billy Jewel



Messages : 47
Points XP : 30

MessageSujet: Re: Partenaires Particuliers [Terminé]   Sam 30 Juin - 1:49

(Désolé du retard! Je viens de commencer un nouveau boulot!)

Un moment marquant dans nos vies venait d’être gravé à jamais dans l’histoire de l’humanité! Ce moment réunissant quatre passionnants personnages, n’ayant aucun lien l’un l’autre, mais qui, finalement, avaient été rassemblés pour l’accomplissement d’un grand dessin. Cette scène entre Tequila Joe et Leroy concluant une entente ne faisait que briller à mes yeux. Je m’attendais à plus que du grand art pour la suite de cette folle histoire qui nous attendait. Alors que Clive semblait déjà bien m’aimer et qu’une franche camaraderie semblait naitre, voilà que Tequilla Jo me proposait quelques uns de ses conseils. Oh chouette! Cela ne faisait que quelques heures que j’avais mis le pied dans cette ville que déjà je possédais un travail, un clan ainsi que de fidèles alliés. Que demander de mieux?

-Ne t’inquiètes pas, Tequilla! Je n’ai pas besoin de sortir de la ville. Pourquoi le ferais-je d’ailleurs? Tous mes nouveaux amis sont ici maintenant!

Tel un inconscient, j’envoyai la main à Leroy, lui souhaitant une bonne soirée. Pour ma part, un petit placard de ma nouvelle chambre devait sans doute attendre impatiemment mes bagages. Me courbant donc le dos, je m’agrippa à de multiples valises, les soulevant pour ainsi quitter le bureau de M. Leroy.

Ceci dit, malgré toutes ces bonnes nouvelles, je ne cessait de me questionner sur la mort mystérieuse de mon père. Pourquoi donc était-il mort ici? C’était pourtant un coin si paisible pourtant! Il était complètement impensable qu’un criminel se trouve dans cette ville! Après tout, qu’aurait-il à gagner ici? Tout le monde semblait honnête jusqu’à présent. Ce type n’aurait jamais trouvé de complices à Sunset hill!


(J'en déduis qu'il s'agit de la fin de ce topic! Qui débute le post à l'église?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/luduc
Tequila Jo



Messages : 302
Points XP : 14

MessageSujet: Re: Partenaires Particuliers [Terminé]   Sam 30 Juin - 22:13

(ha, ha, dans la réalité aussi ^^)
________________

Bien sûr, un tel accord ne se signe pas. Il faut éviter les preuves gênantes. Et l'inventeur qui ne tilte pas, à croire qu'il planait à 20 000. Et en plus il lui sortait un couplet sur l'amitié ! C'était même pas sûr qu'il survive jusqu'à cette nuit. Elle leva les yeux en l'air devant tant de pathétisme. Elle soupira longuement avant de revenir vers Leroy.

- Si vous avez la possibilité de me loger en ville, je préfèrerais autant. y'imagine que moins on comprend que ye travaille pour vous et mieux c'est... Et pouis un peu d'intimité ne me ferait pas de mal...


Nan parce que se réveiller à chaque fois qu'une fille de joie ramène un cow-boy dans son lit, elle avait du mal à récupérer de ces journées de durs labeurs. Et puis si le casse avec le Bad Lags réussissait, elle se voyait mal monter dans sa chambre au vu de tous avec un sac remplis de billets.

Elle se leva et remis son chapeau sur la tête suivant le pied tendre de près.

- Billy, rendez-vous à 20h au saloon. Notre première tache sera de réveiller notre comparse... A tout à l'heure.


Et sur ce , la belle regagna sa chambre en balançant ses hanches telle la beauté fatale qu'elle était...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Partenaires Particuliers [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Partenaires Particuliers [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nobles amis ♔ partenaires particuliers
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Sunset Hill :: La grande rue :: $hiny $pade $aloon-
Sauter vers: