Bienvenue dans l'ouest sauvage Invité, nous sommes en début d'année 1874
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Quête] El sombrero

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
L'esprit de l'Ouest
Conteur


Messages : 1067
Points XP : 73

MessageSujet: [Quête] El sombrero   Ven 5 Juil - 18:28


Après une calvacade d'une demi-heure, la ferme d'un de vos employeurs est enfin en vue. Vous avez rendez-vous à la ferme Mac Harris. Sans doute ne serez-vous pas le seul pistoleros à répondre à l'annonce, peut-être même faudra-t-il prouver votre valeur, qui sait ?

Le soleil tape dur en ce début d'été et le vent sec vous assèche le gosier. Vous comprenez toute la difficulté de faire pousser quelque chose dans ce coin. La vie des cultivateurs est dure par ici: hormis la sécheresse, les bêtes sauvages, les indiens, le bétail de Baxter, il leur faut survivre en plus aux pillards. Néanmoins, C'est cette vie qu'ils ont choisi, une vie nouvelle, libre où l'on peut tout recommencer à zéro, loin des tourments de la vieille Europe...

Au milieu des bâtiments construit en U, vous voyez une jeune garçon d'une dizaine d'années tirer de l'eau du puits. Ses yeux vert émeraude vous toise, il relève une mèche rousse de sur son front et relâche son seau. Le petit épouvantail court vers la porte de la chaumière en aboyant:


- M'man, P'a ! Les v'la !

Vous continuez d'avancer et c'est maintenant deux autres personnes que vous distinguez sur le perron. Il y a MacHarris, avec sa moustache recourbée, un regard franc et fier, les yeux de son gamin. Il ébouriffe la toison de son môme tout en lâchant quelques mots rassurants à sa femme qui se tenait juste à côté. Elle, magnifique, les cheveux châtains attachés en torsades contre sa tête, tenait dans ses bras un poupon de quelques mois. Le visage fermé, elle semblait inquiète de la venue d'étrangers en sa demeure, surtout s'ils étaient armés.

Mac Harris racla sa gorge, prit son courage à deux mains et s'avancera vers le premier arrivé, la main tendue pour lui serrer une paluche franche et puissante:


- "Bonjour, je suis Mac Harris. Vous êtes venu pour nous aider ?" articulera-t-il minutieusement malgré son léger accent irlandais.

_________________________________
[Un petit plan de la situation. Pour donner une idée des distances, il faut à peu près une heure pour rejoindre la ferme de Buckett à Sunset Hill (25-30 km). la ferme de Mac Harris se trouve elle à 12-15 bornes de Sunset Hill]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silas Cullen



Messages : 26
Points XP : 4

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Ven 5 Juil - 22:02

A peine étais-je arrivé dans les environs de Sunset Hill que j'entendis parler d'attaques de bandits mexicains sur de pauvres fermiers qui travaillaient dur à quelques kilomètres de la ville.
Ces fermiers, las de ne pas pouvoir travailler sous la peur des razzias, avaient mis une prime sur la tête de ses pillards, dirigés par un certain El Sombrero.

Une chance pour eux, j'étais dans le coin. Et quand il y a de l'argent à se faire je ne dis jamais non.

Ainsi, avant même d'arriver dans la ville, je m'étais dirigé vers le hameau de fermes situé au sud.
Après plusieurs longues minutes de chevauchée sous la chaleur écrasante (j'avais même enlevé mon manteau pour n'être qu'en veston-chemise), où la poussière se mélangeait à la fumée de ma cigarette, j'arrivai à la ferme Mac Harris. Mon comité d'accueil ne fut d'abord constitué que d'un petit rouquin qui courut directement chercher ses parents; qui, quasi-instantanément, sortirent sur le perron de la maison. Belle famille d'irlandais.

Je descendis de cheval, laissant mon fusil attaché à la selle, j' écrasai ma clope sous ma botte, et je me dirigeai vers eux.

- "Bonjour, je suis Mac Harris. Vous êtes venu pour nous aider?", me demanda le père en me tendant la main.

"Ca se peut. Si vous y mettez vraiment le prix qu'il parait que vous mettez.", lui répondis-je en lui serrant la main.

Sa femme ne semblait pas heureuse de voir un homme armé chez elle, son fils semblait attiré, ou intrigué par mon colt reposant sur ma cuisse.
Et le mari, à la fois heureux de voir quelqu'un pour s'occuper des pillards, et gêné d'utiliser autant d'argent pour ça. Mais il n'avait pas vraiment le choix.

Il m'invita à le suivre pour me parler de ces pillards, mais des bruits de sabots nous firent tourner la tête à tous.
Si c'était des "gringos", comme ils disent, je les attendais.

Mais je n'allais pas faire parler la poudre tout de suite.


Dernière édition par Silas Cullen le Ven 19 Juil - 18:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Margaret Foster



Messages : 189
Points XP : 4

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Lun 8 Juil - 10:18

Depuis son arrivée à Sunset Hill, Margaret n'avait pas immédiatement repris la chasse aux bandits de l'ouest. Elle avait pris le temps de se poser quelques jours au calme, dans la petite chambre qu'elle louait à l'étage du saloon. On ne l'avait pas beaucoup vue arpenter les ruelles de la ville. Elle restait seule, au frais, et se perdait dans ses pensées. Jour et nuit elle s'interrogeait sur le sens qu'elle avait donné à sa vie, se demandant si courir après les fantômes de son passé était ou non une chose futile. Si ça apaiserait un jour la peine qui rongeait son cœur et ce profond désir de vengeance.

Elle savait bien ce qu'elle voulait au fond. Faire payer le prix de quatre vies ôtées injustement il y a quelques années. Mais sans nom, sans visage, les assassins pouvaient être n'importe qui, n'importe où, n'importe quel âge, n'importe quel genre, solitaire ou en gang, personne ne le savait, et personne ne pourrait jamais le lui dire. Courir après des bandits inconnus ne lui rendrait pas ses proches, et pourtant, elle ne cessait d'errer dans le pays à leur recherche. Qui sait, peut-être que parmi ceux qu'elle a fait mettre derrière les barreaux se trouvait celui qui a brûlé le ranch, ou celui qui fit couler le sang de braves éleveurs de bétail...

Et puis elle entendit cette histoire, d'un groupe qui s'amusait à terroriser les fermiers du coin. Une histoire qui remua en elle des souvenirs douloureux. Si ces bandits s'en prenaient à ces gens, il n'était pas exclu qu'ils ne s'en soient pas pris aux Foster il y a cinq ans. Margaret n'eut plus eu l'ombre d'une hésitation et elle sut immédiatement où serait son prochain rendez-vous...

Elle avait scellé son cheval au matin et était partie en direction d'une des fermes incriminées avec la ferme intention de mettre ces fauteurs de troubles à l'ombre. Lorsqu'elle aperçut enfin le bâtiment se dessiner à l'horizon, elle fronça les sourcils quand elle remarqua qu'un homme à cheval la devançait. Rien ne lui disait qu'il s'agissait aussi d'un chasseur de primes mais elle espérait quand même qu'il n'y aurait pas de concurrence. Elle continua de galoper et s'arrêta net dans un nuage de poussière. Elle releva son chapeau pour découvrir la petite famille qui se trouvait devant la ferme ainsi que l'homme avec qui ils discutaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seasick steve



Messages : 16
Points XP : 3

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Mer 17 Juil - 23:07

Cela faisait plusieurs jours que je trainais à Sunset Hill. Je n'avais pas de but précis et pas la motivation pour aller chercher de l'or. Je marchais donc dans les rues quand je découvris une affiche pour un travail. Je la lus et je sus qu'il s'agissait de protéger une famille qui se trouvait non loin des filons où j'allais pour chercher mon or. En voyant cette annonce je me suis dit que changer ses habitudes ne seraient pas une mauvaise chose. De plus ces personnes pourraient m'aider en cas de confie dans la rivière. Ok je suis bien décidé à aider ces malheureux. Je pris l'annonce avec moi et courus dans ma carriole afin de retrouver ma chienne. Le voyage dura environ 30 minutes pour arriver à la ferme de Mac Harris. Quand je vis la ferme au loin je pus distinguer à vue de nez 4 ou 5 ombres. Plus je me rapprochais plus ma vision devenait précise, arrivé à l'entrée de la ferme je pus voir ce qui serait sans doute mes deux collègues et mon patron avec sa famille. Pour ce qui est des collègues, je vois un homme et une femme. L'homme est avec le patron qui colle sa famille et la femme est un peu plus loin. En voyant cette scène j'ai dit à ma chienne :

<< Mince on est très très en retard je pense pourvu qu'il nous engage tous !>>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'esprit de l'Ouest
Conteur


Messages : 1067
Points XP : 73

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Ven 19 Juil - 14:41

[Par pitié Seasick, relis toi ou utilise firefox, ça fait pleurer mes noeils les fautes d'orthographes]
_______________________________________________

Ils étaient trois.
Trois à vouloir braver les mexicains. Enfin du moins, c'est ce que l'on pouvait penser car deux d'entre eux n'avaient pas encore dévoiler leurs intentions.

Pour le premier, il était clair qu'il était venu pour la prime. Un chasseur comme tant d'autres, le profil que Mac Harris et les autres fermiers recherchaient.
Le deuxième était un gamin ou peut-être une jeune femme qui sait. Allez savoir avec ce pancho qui cache les formes. Ce personnage était arrivé rapidement comme s'il avait une meute de cerbère à ses trousses avant de s'arrêter net dans un nuage de poussière. En tout cas, ça ne devait pas être quelqu'un de commode.

La troisième personne s'était peut-être perdu. En tout cas, elle n'avait pas le profil habituel des chasseur de prime, plutôt celui d'un vieil orpailleur. Peut-être allait-il tout simplement à la golden river pour pêcher avec son chien...

Le fermier serra une main franche au gars qui avait été clair sur ses intentions:

- "Je suis Mac Harris, enchanté. Et voici Maggie, Bobby et le petit bébé, c'est Tyler." dit-il en désignant le reste de sa petite famille." Ces gens sont avec vous ?" dit-il en scrutant avec méfiance ceux qui ne c'étaient pas encore présentés.

C'est que quand on habitait dans une ferme isolée, les inconnus on aime pas forcément ça. aussi Mac Harris attendait-il une réponse claire pour décider s'il devait sortir son fusil ou les laisser entrer dans sa demeure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silas Cullen



Messages : 26
Points XP : 4

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Ven 19 Juil - 18:21

Les bruits de sabots étaient ceux d'un cheval. Une autre personne arrivait. Quand cette personne fut arrêté à quelques mètres de nous, je vis qu'il s'agissait d'une gamine, ou d'un gamin; enfin, j'avais du mal à être sûr; en tout cas, ce n'était pas le genre d'allié que t'aimes avoir lorsque tu es pris dans une fusillade. M'enfin, c'était pas vraiment mon problème.

Ce nouvel arrivant n'avait même pas parlé, qu'une carriole s'avançait vers la ferme. Là, il n'y avait pas de doutes sur la personne, il s'agissait d'un vieux. Mais pas un vieux soldats qui en a vu, mais un de ces chercheurs d'or qui cherchent de quoi finir leur vie tranquille.

Je me demandais si ces deux là étaient venus pour la prime, ou s'ils s'étaient perdus. Mac Harris me demanda d'ailleurs s'ils étaient avec moi.

" Silas Cullen, m'sieur. Pas vraiment; d'ailleurs si le gamin et le vieux sont là pour la prime, alors je préfère dire qu'ils sont avec vous. Ce n'est pas dans mes habitudes de m'embarquer volontairement avec ce genre de coéquipiers dans une affaire comme celle qui vous ennuie, Mr Mac Harris. Mais je suis pas là pour leur dire quoi faire. Pour conclure, disons que s'ils viennent pour la prime, je pense que je vais être le seul à revenir pour l'argent. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Margaret Foster



Messages : 189
Points XP : 4

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Sam 20 Juil - 8:54

Margaret toisa la scène du haut de sa monture pendant de longues secondes. Effectivement -et loin de lui plaire- elle n'avait pas été la seule à se lever tôt ce matin pour se lancer dans cette chasse à l'homme. Problème étant, ce n'était ni dans ses habitudes, ni dans ses envies particulières de faire équipe avec d'autres chasseurs de primes. Ils pourraient la gêner dans ses objectifs personnels... Celui-là, qui l'avait devancée, n'avait d'ailleurs pas l'air commode. De plus, il avait l'air d'avoir une assez bonne estime de lui, ce qui fit tiquer la jeune femme. Elle fronça le nez une seconde avant de se décider enfin à mettre pied à terre, bien déterminée à ne pas rester dans l'ombre plus longtemps.

Une carriole les rejoignit juste après. Elle n'y fit d'abord pas attention, pensant qu'il s'agissait d'un simple chercheur d'or de passage tout ce qu'il y a de plus banal, et s'approchant du couple irlandais, elle releva son chapeau pour laisser apparaître une paire d'yeux perçants, d'un bleu rare et d'une froideur sans égales. En tant normal ils étaient suffisant pour lui servir de signature, mais ces personnages la rencontrant a priori pour la première fois, elle se présenta de sa voix basse tant elle était peu utilisée :

"Margaret Foster"

Sa voix était d'une éternelle nonchalance, et presque aussi froide que son regard, rythmant une respiration calme malgré les kilomètres que la jeune femme venait de parcourir. Elle lança un regard en coin à son voisin qui venait de vanter ses mérites afin de l'analyser quelques secondes. Forte estime de lui, les vantards ne faisaient pas long feu par ici, il n'y avait pas de quoi s’inquiéter plus que ça. Elle souffla par le nez puis reporta son attention sur la petite famille. Sortant l'avis de recherche de sous son poncho et le déplia sous leurs yeux, marmonnant entre ses lèvres habituellement immuables :

"C'est pour ça que je suis ici."

Il fallait un œil d'expert pour comprendre qu'elle était presque plus intéressée par le portrait des hors-la-loi que par le nombre de zéros de la récompense.

"Il y en a ici qui viennent pour l'argent..." marmonna-t-elle à nouveau sur un ton austère

Puis rangeant l'avis de recherche sous son poncho, faisant tinter au passage les munitions de sa ceinture, elle conclut sèchement :

"... en ce qui me concerne, ce n'est pas une priorité."

Son regard se posa sur le jeune Bobby. Il avait presque l'âge de sa petite sœur le jour où elle fut emportée trop tôt...

Une vie n'avait pas de prix et la plus grande des récompenses ne pouvait pas faire revivre les morts. Tout ce que Margaret pouvait faire aujourd'hui, c'était empêcher que d'autres innocents soient envoyés dans la tombe... et faire payer ceux qui voulaient en être les auteurs. Cela constituait son mode de vie depuis quelques années.

Ah, la carriole s'était arrêtée non loin de là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seasick steve



Messages : 16
Points XP : 3

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Lun 22 Juil - 18:22

En arrivant sur les lieux donner par l'affiche je fus surpris par la tête de notre trio. Il y avait certes un vrai chasseur de prime appelé Silas Cullen, mais il y avait aussi une petite fille ou un petit homme qui habillait d'un sombrero et d'un chapeau. Avec une grande dépression sur le visage. La pauvre elle a dû vivre des choses que l'on ne doit pas vivre pour un jeune enfant. Et le dernier du groupe moi, un vieux hobo avec son chien qui cherche à aider de pauvre âmes dans le besoin. Quand je pus mettre pieds à terre avec mon chariot et ma chienne je vit le patron de cette maison un homme du nom de Mac Harris. il avait près de lui toute sa famille qui se compose de sa femme et de deux enfants dont un bébé. Il était positionné de tel manier que le père puisse entourer de ses bras toutes sa famille, comme pour les protéger de ces personnes qui n'avaient aucune raison de travailler ensemble. Surtout le Silas qui a en juger par sa tête et le genre de type qui bosse seul et aime cultiver cette solitude. Pou ce qui est de l'enfant je ne pourrais pas dire si il ou elle aime la compagnie des Hommes. Mais la seule chose qui me vient quand je le voit c'est une grande tristesse sur son visage. Je finis par me présenter à mon futur patron :
<< Bonjour madames, messieurs je suis Seasick Steve et je viens avec ma chienne Jessie aider de pauvre amis dans le besoin. Je ne viens pas pour l'argent mes si vous me donneriez de la boisson je m'engage à tout faire.>>
Après avoir fini ma phrase je débouche une bouteille de whisky qui était bientôt vide et je la bu d'une seule traite. Et je finis mon monologue par
<< Pour ce qui est de l'annonce j'aimerais savoir en quoi ça consiste exactement et avec qui je vais travailler.>>


Dernière édition par Seasick steve le Ven 26 Juil - 18:09, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'esprit de l'Ouest
Conteur


Messages : 1067
Points XP : 73

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Ven 26 Juil - 12:12

Le premier cavalier semblait sûr de lui et prêt à en découdre. A l'écouter, il semblait avoir une grande expérience et haute opinion de ses capacités.

La seconde était...

- Ha. Une femme ?!?

Voilà qui interloquait Max Harris. Ainsi la rudesse du climat et le danger lié à la profession de chasseur de prime ne semblait pas lui faire peur à cette petite... Mac Harris se ravisa, légèrement confus., il tortillait son chapeau en tout sens. Les fermiers ne réussissaient pas à protéger leurs fermes et voilà qu'une femme venait à leur rescousse... Il tenta de reprendre de la contenance. Le fait qu'elle ne venait pas forcément pour l’argent l’apaisa un peu. Il y avait peu de chance que l'autre professionnel veuille accepter la mission pour le peu qu'il avaient réussi à récolter... Le papy ne venait apparemment pas pour l'argent non plus. On pouvait douter de ces capacités à abattre un homme, mais pas celle à vider une bouteille...

- Haem. Bien. Entrons à l'intérieur, nous serons mieux pour parler de notre affaire...

Sa femme se racla la gorge pour montrer son désaccord de faire rentrer des inconnus armés dans la maison, mais finalement se contenta d'un regard lourd de menace vers son mari... La petite troupe pu ainsi regagner l'ombre salvatrice du bâtiment.

L'intérieur était humble avec le minimum pour vivre. Le bois qui tapissait les murs en faisait néanmoins un endroit chaleureux où le voyageur fourbu pouvait se détendre. Ca sentait le bois de cheminée, sans doute était-elle utiliser pour faire cuire les aliments...
Mac Harris proposa à ses sauveurs de s'asseoir s'il le désirait, pendant ce temps, il allait chercher la carte du coin. La femme irlandaise posa des verres sur la table et s'approcha de la jeune fille car pour elle, elle représentait un danger bien moindre que l'inquiétant Siléas ou que cette arsouille de Seasick. L'odeur d'alcool qui émanait de cette individu lui piquait les narines

- Un petit peu de l'eau Mlle Foster ? Vous devez avoir soif après votre voyage.

Sur sa lancée, elle servit aux autres un verre d'eau brunâtre sans leur demander leur avis.
Mac Harris revint et posa la carte sur la table.


- Alors voilà il y a 5 fermes à protéger: Celle d'Eaglewood, Mac Mahon, Buckket, Carighton et la nôtre. Il y a 4 bandidos en plus d'El Sombrero. C'est des boit sans soif, ils viennent, mettent tout sans dessus dessous, prennent argent, nourriture, alcool, paraît même qu'ils ont couché avec la fille d'Eaglewood et la femme de Buckket... On en peut plus, il faut nous aider...

La mine désespérée de l'irlandais faisait peine à voir, sa gorge était nouée. il continua quand même:

- Ils attaquent nos fermes de façon aléatoires, il n'y a vraiment de trajet précis, mais en tout cas, quand ils arrivent, c'est toujours par le sud. En ce moment, ça fait longtemps qu'ils sont pas allés à la ferme des Carrighton... Mais il y a un autre problème...


La femme regarda son mari, le gamin admirait les armes des pistoleros. peut-être que c'était des héros, peut-être qu'ils aideront sa famille à sortir de cet enfer... Sa main palpa l'arme de Siléas... Le père reprit:

- Ils nous ont pris notre argent, mais on a réussi à en mettre un peu de côté en se cotisant. C'est pas forcément beaucoup, mais si vous nous aidez à chasser ces despérados, on a 60 dollars pour vous... Enfin, pour le groupe...

Un peu honteux de proposer une somme aussi dérisoire pour un travail aussi risqué, Mac Harris baissa les yeux...

______________________________
[Je retourne en vacances, je suis désolé Smile Je reviendrais fin août pour vous répondre]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Margaret Foster



Messages : 189
Points XP : 4

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Dim 6 Oct - 11:30

Margaret avait déjà eu du mal à se faire à la présence imposante de Sillas, mais lorsque le second personnage entra en scène, elle ne put réprimer un tic. Ce vagabond empestait l'alcool à plein nez, ça annonçait la couleur. Ce n'était pas que la jeune femme eut été allaitée à l'eau minérale dans son enfance mais elle avait énormément de mal avec les ivrognes. Elle poussa un soupir silencieux et ravala sa contrariété lorsqu'elle du se rendre à l'évidence: il venait également pour l'annonce. Toutefois, il ne semblait pas avoir été attiré ici par l'appât du gain. Autant Sillas semblait intéressé par les dollars à la clé, autant lui venait pour apporter son aide, tout simplement. Presque un peu trop naïvement même...

Mac Harris sembla étonné, presque embarrassé de découvrir que Margaret était une femme. Cela ne l'atteignit pas plus que ça. Elle en avait vu d'autres.  S'il avait bel et bien besoin de protecteurs, il passerait outre, c'était tout le temps ainsi que les choses se passaient. Et effectivement il ne fit aucune discrimination, invitant les trois étrangers à pénétrer dans sa demeure.

Elle retira son chapeau, laissant apparaitre sa chevelure mal peignée, et pris place à la petite table où leur futur employeur s'attarda à expliquer la situation, relatant les faits, secondé par une vieille carte froissée. L'ambiance de la maisonnée avait de quoi rappeler quelques souvenirs à la jeune femme. Les fermes se ressemblaient décidément toutes. Elle poussa un soupir, tentant de ne pas se laisser envahir par les fantômes de son passé.

La femme de Mac Harris la sortit de ses pensées en lui offrant un verre d'eau claire. Visiblement elle ne semblait pas trop importunée par sa présence, c'était déjà ça. Margaret accepta la boisson et remercia la mère de famille d'un petit hochement de tête. Sa gorge était sèche après ce long voyage sous le cagnard et un peu d'eau lui fit énormément de bien.

Elle fit abstraction des deux autres protagonistes le temps d'écouter tout ce que Mac Harris avait à leur dire - bien que toujours importunée par la désagréable odeur d'alcool qui se dégageait de Seasick. Au fur et à mesure du récit, son regard s'assombrit. Elle pouvait relier tous les crimes évoqués avec celui de son passé. Probablement un hasard. Les hors la loi étaient pour la plupart tous logés à la même enseigne, commettant le même type d'atrocités. Mais ce simple hasard alimentait toujours cette rage et cette nécessité absolue de vengeance enfouie au plus profond de son cœur. Elle pouvait affronter n'importe quel danger, prendre n'importe quel risque, avec n'importe qui, pour n'importe quelle récompense, tant que la justice était rendue au bout du compte.

Mac Harris semblait désespéré et épuisé. La question ne se posait même pas pour Margaret, elle s'engageait à lui offrir sa protection. Mais il y avait cinq fermes, toutes séparées les unes des autres par plusieurs kilomètres, et ils n'étaient que trois. C'était dérisoire de vouloir régler ce problème seul. Pas inenvisageable, mais dérisoire.

"Je suis des vôtres" déclara-t-elle en fixant Mac Harris dans les yeux. "Je m'engage à retrouver cette bande de lâches et vous offrir ma protection."

Tant qu'elle serait en vie, elle les traquerait jusqu'au bout. Pour la sécurité des fermiers, pour que leurs femmes et leurs enfants puissent à nouveau dormir sans crainte, mais également pour apaiser sa soif de vengeance. Ce serait bénéfique à tous les partis, et l'argent n'était pas sa motivation.

"Gardez vos dollars. C'est leurs têtes qui m'intéressent."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'esprit de l'Ouest
Conteur


Messages : 1067
Points XP : 73

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Dim 20 Oct - 10:45

Alors que la jeune femme s'empressait de donner son aide aux pauvres fermiers, les deux autres mâles semblaient réfléchir...
Le cow-boy semblait de plus en plus dubitatif.

- Ha ouais, quand même...

Seasick quant à lui se grattait la tête en soulevant son chapeau...

- Ha bah j'crois qu'y a erreur sur la personne, hein... Moi je venais pour repeindre une grange. Désolé du dérangement. A la revoyure Monsieur'dame !

Suivi de sa chienne, le vieil homme repartit aussi rapidement qu'il était arrivé. Quand à Siléas, il finit par éclater de rire.

- 60 dollars ? Tu crois que je vais risquer ma vie pour 60 malheureux dollars ? Vous êtes complètement marteau !

Sur ce, le chasseur de prime fit volte face pour reprendre sa route. Seule Maggie était restée dans la pièce alors que la famille Harris semblait abattue par ce revirement de situation. Le père de famille revint vers Margaret.

- Je ne doute pas de votre talent Mademoiselle Foster, mais vous envoyé là-bas toute seule serait du suicide, je ne peux pas faire ça. Il faudrait que vous trouviez des partenaires pour cette mission... Je n'aimerais pas avoir votre mort sur la conscience...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lin Jiang Fen



Messages : 63
Points XP : 58

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Lun 21 Oct - 16:39

Chevauchant sous le soleil de plomb de l'Arizona, le jeune cavalier souffla un grand coup quand il arriva enfin en vue de la ferme des Mac Harris. Les rumeurs de pillages récurrents étaient arrivés aux oreilles des supérieurs du Jiang il y a quelque temps et après un moment d'hésitation, ils avaient décidé qu'ils ne pouvaient pas sciemment laisser ces agriculteurs des environs se faire piller jour après jour par les desperados locaux.

La décision avait donc été prise de détacher un soldat à la protection de chacune des fermes tandis que le reste du fort continuait à surveiller les indiens, se tenant sur le qui-vive afin d'intervenir à tout moment, comme ils avaient l'habitude de le faire. Sautant sur l'occasion de se rendre utile, le jeune Jiang dont le quotidien n'avait guère changé depuis son engagement (à part qu'il portait l'uniforme et était soumis à la hiérarchie militaire) s'était immédiatement porté volontaire. D'abord récalcitrants, le officiers de la base avaient finalement décidé de laisser la mascotte du fort voler de ses propres ailes; parce que oui, Jiang pouvait encore sentir qu'on le couvait malgré tout : rester au fort à nourrir les chevaux et surveiller le stock de poudre merci bien ! La ce n'était même plus lui éviter d'être exposé au danger, c'était carrément le placard ! Après, Jiang n'espérait pas faire son baptême de feu aujourd'hui ou demain (d'autant que d'après ce qu'il avait compris, il prenait la ferme McHarris JUSTEMENT car c'était la plus proche de la ville et la moins susceptible d'être attaquée), il tenait juste à prouver que le petit garçon qui courrait autrefois dans le fort à jouer au cavalier avait grandit et en était maintenant un à part entière.

Une fois devant la ferme, il mit donc pied à terre, attachant son cheval à une barre tout en lui caressant affectueusement l'encolure. Alors qu'il se rapprochait de la porte et s'apprêtait à y frapper, elle s'ouvrit en grand pour laisser sortir un ivrogne et un espèce de pistolero dont l'air sombre n'inspirait pas vraiment la confiance. Il les laissa passer sans mot dire et après les avoir regardé s'éloigner, le tunique bleue termina son action de toquer à la porte. Il aurait alors affaire à une dame, sans doute la maîtresse de maison, à qui il se présenterait avec un salut militaire.

- Miss McHarris je suppose? Private Lin, du régiment de cavalerie de Fort Apache, US army. Nous avons eu vent des pillages qui ont eu lieu dans la région ces derniers temps, j'ai donc été détaché à la protection de votre propriété sur ordre de mon supérieur, le lieutenant Chesterfield.
Voilà, Xiang avait débité son chapitre... Et il ne savait pas quoi dire d'autre... C'était la minute militaire et maintenant l'adolescent timide qu'il était reprenait le pas, attendant qu'on lui donne une quelconque instruction, que ce soit de rentrer, monter la garde ou repartir d'où il venait.

hrp : coucou ! Je vais faire mon enquiquineur, mais MAC c'est Écossais, MC c'est Irlandais. Et puis c'est quoi ce cliché des Irlandais roux hein?! J'ai vécu un an à Dublin, j'ai dû y croiser en tout et pour tout 2 roux Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Margaret Foster



Messages : 189
Points XP : 4

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Jeu 24 Oct - 17:30

Plus que déterminée à mener à bien la mission à laquelle elle allait prendre part, Margaret se voyait déjà entamer sa course contre El Sombrero et sa bande. C’est à sa grande surprise que les deux autres postulants déclinèrent finalement de se joindre à l’aventure. Trop risquée, trop peu rémunérée. Cela suffit à leur faire abandonner ces pauvres fermiers dans le besoin. La jeune femme fronça le nez, le regard noir. Non seulement elle fut profondément déçue par l'attitude des deux hommes, mais en plus ça allait lui coûter sa mission ! Seule, Mac Harris refusait de la laisser s’engager dans un tel périple.

Il était vrai que la jeune femme était habituée à travailler seule, et c'est pourquoi elle voulait protester. Toutefois, elle n’avait jamais affronté plus de deux adversaires en même temps. Sa dernière altercation remontant aux frères Willson du temps où elle était encore à Sullen Town, et bien que dotés de gros bras, ils avaient eu l’avantage de n’avoir qu’un demi cerveau pour deux… Margaret étouffa un grognement entre ses dents, elle ne pouvait pas renoncer à cette mission, l’enjeu était trop important. Pour elle et pour les fermiers. Une occasion de rendre la justice qui n'avait pas été rendue auparavant, et de lever un voile obscur sur les meurtriers de son passé. C’était bien simple, si Mac Harris ne lui donnait pas sa chance, elle serait contrainte d’agir de son propre chef.

Elle était sur le point d’ouvrir la bouche pour le faire savoir au père de famille lorsqu’elle entendit discuter à l’entrée de la ferme.

Des soldats avaient été détachés de Fort Apache pour assurer la protection des fermes.

"c’est une plaisanterie ?" pensa-t-elle

Nul part il n’avait été spécifié que des soldats se mêleraient de cette affaire, et vue l’insécurité des environs, on ne pouvait pas vraiment dire que Margaret avait confiance en leurs capacités. Néanmoins, elle ne se prononça pas trop tôt, attendant la réaction de Mac Harris. S’il était retissant à ce qu’elle agisse en solitaire, elle pourrait toujours prétendre prêter main forte aux militaires pour obtenir son accord et agir comme bon lui semblerait par la suite…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'esprit de l'Ouest
Conteur


Messages : 1067
Points XP : 73

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Sam 2 Nov - 17:14

Alors que le regard désolé de Mc Harris se promenait sur le visage de la pistoleros, voici qu'un autre homme frappe à la porte... Enfin un homme, disons quelqu'un tout juste sorti de l'adolescence. Un militaire qui a été détaché à la protection de la ferme... A croire que le capitaine Stark ne savait pas quoi faire du gamin pour l'envoyer chez lui. Enfin, c'était toujours un canon de plus contre El Sombrero. Avec celui de la muette, sans doute encore trop peu, mais pourquoi pas croire que ces deux là pourrait faire face à la bande d'El Sombrero. Le rouquin se tourna vers Margaret.

- On dirait que c'est votre jour de chance Mam'selle Foster, enfin si vous voulez faire équipe avec l'armée...

Le fermier fit ensuite quelques pas vers le chinois pour lui serrer la main.

- Mr Lin, je suis MC Harris, votre aide nous sera sans doute fort utile.


L'irlandais ne voulut pas en remettre une couche, il demanda à son fils:

- S'il te plaît Bobby, tu peux aller chercher le tord boyaux à la cave pour nos invités ?

Après tout, c'était une grande occasion. Il était heureux que ces étrangers décident de l'aider malgré la modique somme qu'il leur proposait. Il se tourna vers les mercenaires.

- El sombrero vide nos réserves de vin, mais il me reste de la gnôle que je fabrique moi-même...
Alors, comment comptez vous faire? La dernière ferme attaquée est celle de Buckett, mais je ne suis pas sûr que vous trouverez grand chose là-bas... El sombrero reviendra sans doute dans peu de temps je pense. Vous allez vous séparer dans les fermes pour les protéger ? Préparer des pièges ? Retrouver sa trace en le pistant ? L'attendre à un endroit stratégique ? Comment font les gens comme vous pour arrêter les bandits ?


Même s'il n'était qu'un simple paysan, Mc Harris avait cette envie en lui de partir à l'aventure. Envie rapidement chasser par la peur de se faire tuer. Même s'il trouvait que tuer son prochain n'était pas un métier honorable, il était néanmoins un peu envieux devant les pistoleros. Une sorte de respect entouré de crainte. Qui disait qu'ils n'allaient pas retourner leur veste et s'allier avec El sombrero ? Enfin, l'un était une tunique bleue tout de même...

L'enfant revint de la cave. Il rapportait entre ses mains une bouteille dans laquelle baignait un serpent au milieu d'un liquide légèrement verdâtre. Mac Harris déboucha la bouteille et en versa le contenu dans des verres plus ou moins propres.

- "J'appelle ça "le baiser du serpent", vous m'en direz des nouvelles. Faîtes attention, ça arrache. Vous en voulez aussi ?"
demanda-t-il aux aventuriers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lin Jiang Fen



Messages : 63
Points XP : 58

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Sam 2 Nov - 22:47

Le jeune Chinois commençait à se sentir de plus en plus mal à l'aise pendant le court instant qui suivit son speech de présentation : il avait effectivement laissé pantois la dame qui était venu lui ouvrir et il fallut que ce soir l'homme de la maison qui l'invite à rentrer, mais pas avant de s'être adressé à une certaine Foster que Jiang ne pouvait pas voir.

Jiang tendit donc la main au fermier qui faisait sans problème une tête de plus que lui et lui sourit par politesse alors que la ferme poigne de ce dernier lui broyait les métacarpiens lui donnant par la même plus envie de grimacer qu'autre chose. Avant d'entrer,, encore une fois par politesse, Jiang essuya ses bottes malgré qu'elles aient été polies et cirées le matin même et qu'elle n'aient que peu foulé la terre entretemps.

Une fois à l'intérieur, il ôta sa casquette et s'assit après en avoir obtenu l'autorisation par le maître de maison.

- Bonjour.
Dit-il plus simplement à cette ténébreuse et mystérieuse étrangère assise face à lui. Alors que l'homme proposa du tord-boyaux, Jiang leva sa main et fit non de la tête avec un sourire.
- Pas pour moi je vous remercie. Jamais d'alcool pendant le service. En revanche, un verre d'eau me ferait le plus grand bien, si ça ne vous dérange pas.

Peu après, les questions commencèrent à pleuvoir et Jiang se trouva un peu démuni. Il essaya d'y répondre du mieux qu'il pouvait.
- A vrai dire je ne sais pas vraiment. Mon supérieur m'a assigné à la protection de votre maison. Il pense que la présence de l'armée sera suffisante pour intimider les bandits. J'ai ordre de stationner ici jusqu'à nouvel ordre mais ne vous inquiétez pas, j'ai ma tente. Je monterais la garde de nuit et me reposerai le matin. Enfin si ce shift vous convient.
Personnellement, Jiang préférait monter la garde de jour mais un ordre est un ordre et il remplirait son devoir coûte que coûte. C'était sa première mission et même s'il ne serait, en théorie, pas confronté à des hostilités, il avait bien l'attention de faire bonne impression.  

Quand l'enfant revînt de la cave, Jiang eu un haut le cœur en voyant le serpent et se félicita d'avoir refusé dès le départ. Bon, c'était peut-être très bon d'accord, mais là comme ça, il n'avait pas très très envie de tenter.


Dernière édition par Lin Jiang Fen le Dim 10 Nov - 10:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Margaret Foster



Messages : 189
Points XP : 4

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Sam 9 Nov - 22:17

Son jour de chance. D'une certaine façon, oui, c'en était un. Si la tunique bleue n'avait pas été assignée à la surveillance de la ferme Mac Harris, l'aventure se serait officiellement terminée là pour la chasseuse de prime. Officieusement, ç'aurait été une autre histoire. Heureusement, l'arrivée du jeune Lin allait bien faciliter l'affaire.

Margaret fixa le vide un court instant, attendant la suite des évènements avec sa discrétion habituelle. Puis l'asiatique apparut dans le salon. Lorsque la jeune femme l'aperçut, son étonnement lui fit écarquiller un œil : c'était un gamin.

Décidément on allait de surprises en surprises. Ce militaire ne devait même pas avoir la vingtaine. Pour sûr que l'expérience devait cruellement lui manquer... Margaret soupira en serrant les dents. Si elle n'était pas si peu expressive, la mâchoire lui en serait bien tombée. Elle était convaincue que ce petit ange en habit de guerre ne lui serrait d'aucune utilité. Enfin, de toutes façons elle ne comptait s'allier avec personne. Alors qu'elle doive se coltiner un jeunot, un ivrogne ou une vendeuse de pommes, c'était du pareil au même, elle agirait pour son propre compte.  

Elle ne répondit pas aux salutations du jeune Lin, se contentant d'un regard bref du coin de l'œil. Un regard qui voulait tout dire sauf témoigner de son enchantement à l'idée de collaborer avec lui. Mac Harris semblait ravi cependant d'avoir deux canons assignés à la protection de sa propriété. Et il ne put retenir un enthousiasme débordant, se perdant en questions au sujet des pistoleros tout en débouchant sa bouteille d'alcool. Margaret l'écoutait d'une oreille distraite, l'air agacé. S'il croyait qu'on attrapait les criminels comme des veaux au lasso... Elle avait perdu assez de temps en bavardages et il lui tardait de commencer sa chasse à l'homme. Elle refusa net de goûter au breuvage, et tira sa chaise pour se remettre sur ses pieds.

Si d'autres soldats avaient été dépêchés au niveau des autres fermes et que la bande d'El Sombrero en avait fini avec celle de Buckett, il était fort probable, comme l'avait supposé Mac Harris, qu'ils reviennent dans les environs. Margaret jugea qu'il n'était pas nécessaire de commencer à leur courir après, il valait mieux les attendre, tout du moins pour le moment... autrement ce petit jeu pourrait durer un certain temps.

"Pour le moment je reste dans les environs. Il est très probable qu'ils reviennent par ici..." déclara-t-elle de sa voix rauque tout en remettant son chapeau. "je vous serais reconnaissante si vous me laissiez la grange à disposition pour la nuit"

Puis elle se dirigea vers la sortie. Alors qu'elle passait à niveau du jeune soldat, elle lui adressa un regard des plus froids, presque menaçant. Un regard qui voulait dire "je te conseille de ne pas te mettre en travers de mon chemin". Après tout, cette mission était bien plus qu'une chasse à l'homme pour elle. C'était un combat infini contre les ombres de son passé. Un combat comme tous ceux qu'elle avait menés jusqu'à présent, et comme tous ceux qu'elle mènerait encore tant qu'elle serait en vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'esprit de l'Ouest
Conteur


Messages : 1067
Points XP : 73

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Sam 23 Nov - 21:19

Un besoin pressant de tirer un dé pour la suite Smile

J'ai beaucoup aimé la vendeuse de pommes, chiche ?


Dernière édition par L'esprit de l'Ouest le Sam 23 Nov - 21:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La main du destin



Messages : 227
Points XP : 99

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Sam 23 Nov - 21:19

Le membre 'L'esprit de l'Ouest' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'esprit de l'Ouest
Conteur


Messages : 1067
Points XP : 73

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Sam 23 Nov - 21:37

[Z'êtes chanceux...]
_________________________________

Quelques jours plus tard...

La nouvelle de l'aide de l'armée et d'une pistoleros avait rapidement fait le tour des fermes les fermiers avaient accueilli avec grande joie les "héros". La nouvelle s'était propagée même au-delà de la frontière et on avait plus eu vent des pillards durant une semaine. Mais l'armée ne pouvait pas se permettre de répondre aux indiens sans tous ses effectifs et bientôt, les soldats assujettis à une ferme furent rapatriés excepté le jeune Lin. Le capitaine pensait sans doute que le prestige de l'uniforme permettrait à la nouvelle recrue d'effrayer les desperados.

Depuis le départ de l'armée (ou presque), il ne se passait pas un seul jour sans qu'un membre d'une ferme adjacente ne vienne avec un cadeau pour leurs sauveurs: des oeufs, un poulet, un peu de viande, une grive à faire dorer, de l'alcool fort...
Au-delà de toute cette reconnaissance, il y avait aussi la curiosité qui dominait, notamment de la part des enfants qui finalement ne voyaient pas beaucoup d'étrangers autres que des fermiers. Le petit Bobby venait souvent les admirer, espérant chaque jour arriver lors d'un entraînement au pistolet...

Mais au dixième jour, ce n'était plus la monture lancinante d'une charrette de fermier qui se dessina à l'horizon. Non, dans ce nuage de poussière qui s'approchait, c'était bien la dégaine de cavaliers aguerris, 5 au total dont l'un semblait porter un immense sombrero sur la tête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lin Jiang Fen



Messages : 63
Points XP : 58

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Dim 24 Nov - 12:40

Le jeune Jiang fut au final très content de pouvoir éviter le fameux baiser du serpent même si, puisqu'il devait rester ici quelques temps, ce n'était au final que partie remise. En revanche ce que Jiang compris beaucoup moins c'était le regard de fer que lui envoyait l'autre demoiselle : il ne comprenait pas vraiment ce qu'il avait put lui faire pour susciter une telle réaction de mépris mais il passerait outre... En particulier s'ils devaient rester ensemble plusieurs jours.

Le temps s'écoula donc paisiblement et plutôt tranquillement dans la petite ferme des McHarris. Conformément aux plans du commandant de Jiang, la nouvelle de la protection militaire s'était répandue et avait fait son petit effet : plus aucune attaque ne fut à déplorer pendant toute la période où les militaires furent sur place... Finalement peut-être que les mots "cavalerie des États-Unis" avaient encore une signification dans cette région désolée.

Les premiers jours, le jeune Jiang prit son rôle de militaire très au sérieux et fit des rondes autours de la maison : Fusil à l'épaule, Revolver à la ceinture, casquette vissée sur son crâne et un uniforme toujours impeccable qu'il gardait tel quel jour après jour. C'est au bout de trois jours qu'il commença à se calmer et à familiariser avec les fermiers dont les offrandes le rendaient chaque jour un peu plus confus alors qu'il les refusaient cordialement. Jiang ne voulait aucune autre récompense que la satisfaction de savoir son devoir accompli et l'idée de prendre la moindre chose de la part de ces gens qui avaient du mal à vivre le mettait assez mal à l'aise, quand bien même c'était offert de bon cœur.

Néanmoins, Jiang finit par se relâcher avec le temps et le calme qui ne se troublait pas : au bout du troisième jour, il accepta pour la première fois de rejoindre la table des McHarris et ne perdrait plus cette habitude pour aucun repas : Il avait beau leur coûter un couvert supplémentaire, ils offraient la chose de si bon cœur qu'il aurait été malvenu de refuser plus longtemps, d'autant que la cuisine de madame McHarris était un véritable délice. Les cadeaux des autres fermies, il commencerait alors à les accepter mais seulement à la condition de pouvoir les partager avec ces derniers. Au final, s'était une vie tranquille, belle et joviale qui s'écoulait dans cette petite ferme. Au final, cela donnait à Jiang des idées pour sa retraite mais malgré cette bonne humeur ambiante, il n'en oubliait pas pour autant sa mission et passait le plus clair de son temps à scruter l'horizon.

Au bout d'une semaine, l'ordre vint de la part du commandement de rentrer au fort... Tous sauf Jiang... Malgré l'attachement qu'il éprouvait maintenant envers cette famille, le jeune Chinois ne put pas ne pas voir ça comme une offense : encore une fois on le maternait et on le laissait à l'arrière à veiller sur ces paysans tandis que les vrais soldats allaient combattre les indiens qui avaient encore tenté une percée. Jiang enrageait mais heureusement, le délicieux ragoût de Mrs McHarris eu tôt fait de le calmer.

Dans les trois jours qui suivirent, Jiang se détendit un peu plus et s'initia même aux travaux de la ferme : de temps à autres, il donnait un coup de main à un membre de la famille pour les affaire de la vie courante, désacralisant un peu l'uniforme qu'il portait mais qu'importe : ces gens étaient certainement les plus gentils êtres humains de tout l'ouest alors il ne sentait plus d'abuser de leur hospitalité sans même les aide en retour.


C'est un jour qu'il avait quitté son poste pour quelques instants, pour aller réparer le toit de la grange, que Jiang vit quelque chose au loin qui l'alarma : de là-haut il avait une parfaite vue et la vision qu'il avait des pistoleros fonçant à toute allure sur la ferme était très claire. Ni une ni deux, il laissa en plan les planches et descendit l'échelle à la vitesse de la lumière. Mr McHarris était juste en bas et alors qu'il allait demander à Jiang ce qu'il se passait, ce dernier lui donna la réponse.
- Ce sont eux, les bandits arrivent. Mrs Foster ! Ils sont là !
Hurla Jiang à l'autre vigilante alors qu'il ouvrait son Colt pour insérer uns sixième cartouche dans la chambre de sécurité.
- J'ai vu Bobby de l'autre côté de la grande il y a une minute. Prenez-le et mettez-vous à l'abri avec votre famille; Quoi qu'il arrive vous ne prenez pas de risques ok?
Jiang tapa ensuite un sprint vers son petit bivouac et chopa la carabine Henry de son père ainsi que son cheval.
- Link allez hop !
une petite tape sur les fesses fit comprendre au canasson qu'il devait aller voir ailleurs si Jiang y était et c'est ce qu'il fit : un tour derrière la ferme, à l'abri des balles. Jiang sourit : qu'est-ce qu'elle était intelligente cette bête, elle avait bien compris qu'il y avait un problème mais également qu'il ne le chassait pas... Il n'aurait put espérer meilleure monture. Mettant sa casquette sur a tête, il courut ensuite en direction de la maison, entrebâillant la porte il préviendrait en personne Mrs McHarris.
- Mrs McHarris, ils sont là. Je veux que vous vous mettiez à couvert, posez pas de questions faites-le, vite !
Dit-il dans l'urgence avant de rejoindre Foster sur le porche de la maison. Déterminé, il arma le levier de sa carabine et inséra une autre cartouche dans la chambre afin d'être chargé à bloc. Ce n'est qu'à ce moment là, alors qu'il voyait le groupe se rapprocher et qu'il se crispait sur sa carabine, ce n'est qu'à ce moment là que Jiang se rendit compte qu'il tremblait. L'idée de se retrouver dans une fusillade pour la première fois était à la fois excitant et terrifiant : c'était l'épreuve qu'il avait toujours attendue, l'occasion de faire ses preuves, mais c'était en même temps peut-être aussi ce qui allait lui coûter la vie. Pour tromper cette attente, il réajusta ses bretelles et vérifia une fois encore que son arme était chargée et prête à tirer. Il se tourna ensuite vers Mrs Foster en déglutissant : il était déterminé, mais terrifié à la fois. Terrifié comme un gamin de 17 ans qui se rend compte qu'il va combattre pour sa vie pour la première fois.
- Prête ?
Demanda-t-il sans arriver à tromper la nervosité qu'il y avait dans sa voix. Secrètement, il espérait qu'ils allaient faire demi-tour... Qu'ils s'en aillent en le voyant au loin et qu'ils ne reviennent jamais... Cela dit, s'il se rapprochaient jusqu'à sa hauteur et voyaient la tête qu'il faisait, il était peu probable qu'ils prennent son uniforme vraiment au sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Margaret Foster



Messages : 189
Points XP : 4

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Lun 25 Nov - 19:36

Pendant les quelques jours qui suivirent l’arrivée de Margaret et des militaires de Fort Apache, on n’eut plus vent des atrocités menées par la bande d’El Sombrero. Il semblait que les tuniques bleues aient été du plus bel effet niveau dissuasion, notre cow-boy solitaire n’ayant en apparence rien d’une redoutable guerrière. Par ailleurs, elle faisait assez souvent bande à part, faisant le guet aux alentours. Elle était parfois tellement absorbée dans ce qu’elle faisait qu’elle en oubliait l’heure du souper. Mrs Mac Harris lui faisait souvent porter une petite pitance le soir dans sa grange, qu’elle découvrait quand elle se retirait pour prendre du repos. On pouvait dire de la jeune femme qu’elle avait un cœur de pierre, mais elle était en vérité très redevable à cette famille…

Elle ne croisait pas souvent Lin car leurs rondes étaient inversées. Il montait la garde de nuit tandis que Margaret ouvrait l’œil de jour. Les fermiers ne la croisaient pas souvent non plus tant sa discrétion était grande, mais cela ne les empêchait pas de déposer des cadeaux à son intention près de la grange qui lui servait de planque – planque qui n’en était plus vraiment une puisqu’au bout de quelques jours tout le monde savait qu’elle se reposait dedans…
Elle intriguait beaucoup les petites filles du coin et les entendait dire de temps en temps « moi j’veux être comme miss Foster quand j’s’rais grande ! » et s’en suivaient les chamailleries de gamins avec les garçons qui ne voulaient pas inverser les rôles et endosser celui de ménagères...

D’une certaine façon, Margaret ne pouvait pas s’empêcher d’être nostalgique. Elle avait elle-même grandi dans une ferme et elle connaissait par cœur tout ce qui s’y rattachait… Elle avait l’impression d’être revenue plusieurs années en arrière et parfois, se surprenait à rêver que son défunt frère pouvait surgir de derrière une botte de foin pour venir la taquiner comme il aimait tant le faire. Elle pouvait presque entendre sa mère l’appeler au loin dans les champs pour lui dire de rentrer sinon le dîner allait être froid… La jeune femme contenait tant bien que mal ses émotions en apparence mais au fond de sa poitrine battait douloureusement un cœur brisé…

Margaret était plus déterminée que jamais. Tant qu’elle foulerait du pied le sol de cette terre, elle ne laisserait plus jamais des bandes de lâches sanguinaires briser de familles.

Néanmoins, lorsque notre cow-boy solitaire apprit que la majorité des soldats de Fort Apache avaient été rappelés pour servir sur le front contre les indiens, elle ne put s’empêcher d’avoir un mauvais pressentiment. Elle était convaincue que la présence des tuniques bleues était responsable du calme ambiant, et voilà qu’ils se retrouvaient à seulement deux pour assurer la protection de cinq fermes contre toute une bande de desperados. Margaret n’avait jamais fait face à une situation aussi délicate…

Elle était sur le point de s’entretenir avec Mac Harris lorsqu’elle entendit hurler du haut du toit. Lin venait d’apercevoir la bande de desperados au loin, cinq au total, et ils se dirigeaient tout droit sur la ferme ! Décidément les nouvelles se répandaient à une de ces vitesses dans ce pays !... Ils avaient attendu que les effectifs se réduisent avant de repasser à l’attaque.

Le jeune soldat s’était positionné sur le porche de la maison, son arme en joug, et attendait de pied ferme que les cavaliers se rapprochent. Comment pouvait-il espérer les vaincre à lui seul ? c’était du suicide. Il leur fallait une stratégie, mais le fait qu’ils aient fait bande à part pendant tout leur séjour n’allait définitivement pas leur rendre service... Contre une bande de cinq bandits rodés habitués à travailler ensembles, deux pistoleros solitaires allaient avoir du mal à se faire entendre… pour peu que le statut de femme de Margaret et celui de jeune adolescent de Lin ne les fasse encore moins prendre au sérieux.

Elle chargea sa carabine et se plaça non loin de Lin, derrière le muret de pierre qui entourait la ferme. Elle avait beau paraître de glace, son cœur battait à toute allure dans sa poitrine et une goutte de sueur dévala le long de sa tempe ; c’était la première fois qu’elle faisait face à autant d’adversaires en même temps et elle ne pouvait pas prédire l'issue de cet affrontement… Tenter une offensive immédiatement était beaucoup trop risqué.

"ne prends pas de risques inutiles, gamin…" fut la seule phrase que la cow-boy adressa à son acolyte, son regard fermement fixé sur la bande qui se rapprochait, et le doigt sur la détente de sa carabine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'esprit de l'Ouest
Conteur


Messages : 1067
Points XP : 73

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Dim 8 Déc - 20:53

La famille Mc Harris écouta les directives du Jeune Lin et se mit à l'abri dans la maison.

Les cavaliers arrivèrent à la ferme en toute discrétion à grands cris et en faisant résonner leur pétoire ce qui eut pour effet d'affoler les animaux. les poules caquetèrent et se perdait en confusion dans une fuite aussi chaotique qu'inutile tandis que les chevaux hennissaient dans la grange. Le fidèle chien des Mac Harris quand à lui, jappait, comme pour cacher sa peur devant l'arrivée des Despérados.

Les rires gras des mexicains fusaient tandis qu'ils approchaient de l'entrée de la maison. Le premier a foulé le sol fut El Sombrero, reconnaissable à son chapeau. la barbe hisrsute et les cheveux bruns et gras collés au village, il avait un certain embonpoint. Mais sa main restait sûre et d'aucun de ses hommes ne contestaient son autorité. Il tenait sa carabine dans sa main et invectivait le propriétaire:

- Mac Harris, t'as des invités ! Viens les servir comme il se doit !

A côté de lui, un homme beaucoup plus fins au regard d'acier. Il portait plusieurs lames sur son torse, préférant sans doute le couteau à son pistolet car "la lame" était son surnom. Cet homme resta sur son cheval, les yeux posés sur l'horizon.

Un autre était sur son cheval. plus jeune et fougueux, ce dernier calmait sa monture et essayait de postait sa bête dos à la porte de Mac Harris. Voulait-il utiliser les sabots du cheval pour ouvrir et réservait-il simplement une petite blague au propriétaire des lieux ?

Les deux autres hommes d'El Sombrero avaient aussi posés pied à terre. Ces deux là n'avaient pas des gueules de porte-bonheur et se ressemblait comme deux gouttes d'eau. des jumeaux donc à qui il manquait quelques dents, sans doute étaient ils autrefois des crève la fin à qui on ne pouvait pas prodiguer de soins faute de moyens... Ces deux là avaient des armes à la main et s'amusaient à tirer en l'air pour effrayer la populace tout en scandant le prénom de Maggie avec des mots obscènes derrière...

Dans ce joyeux bordel, la lame appela son chef.

- El Sombrero. Regarde.

Son doigt pointait la direction de la grange... En vérité, il montrait la dune à l'horizon. Là-bas, un regard perçant pouvait apercevoir la silhouette d'un homme à cheval avancer à vive allure vers la ferme. Etait-ce un des aventuriers précédant qui soumis au remord avait décidé de revenir ? A moins que le nouveau shérif de la ville voulait simplement règler cette affaire lui-même pour faire ses premières armes ?


[Etat des lieux]
De votre position, vous avez en angle de mire nettement la lame et les jumeaux qui s'avancent vers les fenêtres de la maison. L'autre cavalier est caché par le porche, tandis que d'El Sombrero, vous ne distinguez que le regard perçant par-dessus son cheval, le regard naviguant dans la direction que la lame lui a montré...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octave Tavstyle



Messages : 165
Points XP : 59

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Dim 8 Déc - 23:41

Octave aimait prendre des repères à l’extérieur de la ville. Ressentir ce que l’environnement lui dicte. Si une chose ne se présente pas naturellement dans les jours habituels, c’est qu’il y a forcément un intrus quelque part. En conséquence, octave s’appropriait le paysage, non pas jusqu’à l’apprendre par cœur, mais d’absorber des idées de planque, de diversion, de passage de secours, de raccourcis. Histoire d’anticiper ce que l’ennemi potentiel peut exercer. Mais pour le moment, il appréciait se poser avec son cheval, il descendit de la selle et s’adresse à son animal.

- Tu vois, on a parcourue des kilomètres ensemble, mais je sais ce que tu penses, tu penses à notre arrivé à sunset hill et à cette cow-boy n’est-ce pas ?


Le cheval avait bien raison, Octave pensait la même chose, et il n’était pas d’une concentration habituel. Malgrè tout, il continua ces repères dans cette nature… Juste à ce moment-là, il entendait un cri au loin… A vue d’œil, assez éloigné, il voyait sur le côté droit, des gens sur des chevaux s’avançant vers une maison. A la porte, un homme et un objet, ressemblant à une arme… Il voyait aussi une autre personne caché par l’homme à l’arme.

Non octave, tu ne vas pas encore te mêler de ce qu’il ne te regarde pas ?

Octave, trouva, légèrement plus loin, une réserve indienne. Et aussi bizarre que cela puisse paraitre, il trouva étrange cette maison à côté d’une réserve indienne, et ces chevaux en direction de cette demeure.

Octave Emmena son cheval vers un rocher. Il sort une carte.


_  Reste là, surtout tu m’attends, je dépose cette carte au pied de ce rocher… (il coince la carte sous le rocher) Donc tu sais que je reviendrais, mais surtout, tu ne bouges pas…. Si tu vois la carte s’envoler, c’est mauvais signe, le destin te demande de t’en aller, mais surtout, ne viens pas. Je sais, c’est pas joyeux, mais cette maison, les indiens, les étranger… ouais je suis d’accord avec toi…

Ca ne dérangeait pas octave d’aller s’incruster chez des inconnus, mais il avait quand même un respect assez mystique de ne pas s’incruster chez les indiens. Alors, il prit l’option de longer des grands rochers de façon qu’il soit hors vision de tout ce monde. Par derrière les chevaux puisqu’il serait vu par les personnes de la maison donc, sur le côté, toujours le long des rochers. Au moins il verra de plus près si il doit s’en mêler ou pas.

_________________
Tu peux croire ce que tu veux l'ami. Mais je te jure, il vaut mieux voir arriver l'ennemi au soleil couchant qu'en journée. parce qu'on peut voir son ombre de loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lin Jiang Fen



Messages : 63
Points XP : 58

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Lun 9 Déc - 0:31

Le temps que les pistoleros soient à portée, Jiang s'était organisé et avait renversé un tonneau vide ainsi qu'un banc en bois afin d'offrir un couvert supplémentaire en plus de la rambarde qui entourait le porche de la maison. Dans le même temps, il décrocha les lampes à huile qui y pendaient et les rangea là où elles seraient à l'abri des balles.
Quand les pistoleros arrivèrent, il serrerait for sa carabine Henry. L'arme était chargée à bloc et prête à tirer avec une balle dans la chambre, des balles qu'il avait modifiées lui même de manière rudimentaire : un trou au bout de la balle et des stries taillées au couteau. Bien sûr il n'avait jamais essayé mais c'était sensé améliorer l'efficacité de ses balles qui se fragmenteraient à l'impact et causeraient des blessures plus importantes. C'était un armurier de passage à qui le fort avait offert l'hospitalité pour la nuit qui lui avait recommandé d'effectuer cette modification, un jeune homme d'à peine quelques années de plus de lui, un certain John Moses Browning...

Mais au final qu'importe, il était maintenant prêt à en découdre si les Mexicains voulaient la jouer tough... Serrant les dents et prenant son air le plus menaçant possible (ce qui n'était pas grand chose), il déclara d'une voie forte.

- Cette propriété est sous la protection de l'armée des États-Unis d’Amérique, je vous somme de vous en aller sur le champ sinon...
Sinon Jiang était prêt à tester sur eux ces balles trafiquées quand bien même cette terreur qui parcourait son corps lui donnait le mauvais pressentiment qu'il ne s'en tirerai pas indemne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Margaret Foster



Messages : 189
Points XP : 4

MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Lun 9 Déc - 19:39

Margaret restait dissimulée derrière le mur de pierre qui encadrait la ferme. Elle tentait tant bien que mal de contenir son angoisse grandissante au fur et à mesure que leurs ennemis se rapprochaient. Ils faisaient un vacarme abominable. Les sabots des montures martelaient le sol à toute allure, et les cavaliers signaient leur présence à coup de revolvers, de cris et de rires gras qui résonnaient dans toute la plaine. Ils se sentaient ici comme chez eux, à tord…

La jeune femme glissa un œil au-dessus de la barrière et découvrit la bande de desperados avec horreur. Cinq cavaliers à l’air tous plus mauvais les uns que les autres. Elle déglutit avec difficulté. Si seulement les autres chasseurs de primes du début ne leur avait pas fait faux-bond…  à deux canons de plus ils auraient pu en venir à bout beaucoup plus facilement.

Margaret serra les dents, elle ne supportait pas l’insolence des jumeaux envers la femme de Mac Harris et encaissa en silence les ordres du chef de la bande. Il ne fallait pas se laisser envahir par la colère et la frustration, il fallait rester calme et garder la tête froide… de toutes façons elle ne pouvait rien tenter pour le moment, c’était bien trop dangereux. Elle devait prendre son mal en patience, sortir de sa cachette maintenant c’était s’exposer inutilement à une pluie de plomb…

Elle remarqua alors qu’un des acolytes d’El Sombrero attirait son attention dans une autre direction. D’ici elle ne pouvait rien voir mais elle perçut les bruits d’un cheval au galop. Son teint pâlit presque instantanément : il y en avait un sixième ?!

C’est alors que Lin vociféra à l'intention des fauteurs de troubles. Utilisant l’argument de l’armée pour tenter de les dissuader d’approcher d’avantage. Margaret ouvrit grand les yeux. Pour ce qui était de la discrétion, c’était plutôt raté. Néanmoins, l’effet "tunique bleue" pouvait peut-être s'avérer efficace... en attendant, la jeune femme prit l'initiative de placer l'embout de sa carabine dans une faille au niveau du muret. Si les desperados s'approchaient de trop près, elle était prête à tirer dans les pattes des chevaux afin de les affoler...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Quête] El sombrero   Aujourd'hui à 10:57

Revenir en haut Aller en bas
 
[Quête] El sombrero
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» rasta boyz (idées)
» Où l'on apprend que le signor Muy Bien El Sombrero n'est pas hombre de palabre
» Desperad'orks !
» Sombrero / P.R.E / Étalon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Ouest sauvage :: Golden River-
Sauter vers: