Bienvenue dans l'ouest sauvage Invité, nous sommes en début d'année 1874
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tu bluffes Martoni !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Tom Dartoi



Messages : 128

MessageSujet: Re: Tu bluffes Martoni !   Mar 10 Avr - 17:52

Le piano s’était mis à roucouler dans le fond du saloon, mais le trappeur ne s’en était pas rendu compte. La pression qui l’incombait l’avait complètement isolé de l’agitation du bâtiment. Seule la table et ses trois autres adversaires comptaient. Plus la partie avançait et plus il regrettait d’avoir fait preuve de tant d’optimisme au début du pli. Entre Harvey qui avait déclaré être servi d’entrée, le vieux Sweetie qui faisait grimper l’enjeu du dernier pli et la mexicaine qui semblait voir son jeu s’améliorer à chaque échange, Tom était en peine avec ses cinq cartes face retournées devant lui. Néanmoins, il était important que le trappeur cache aux autres joueurs sa détresse. Il devait afficher le plus sereinement du monde sa confiance et peut-être que les autres craqueraient avant lui…

Alors que l’acte final s’approchait à grands pas, le trappeur but une nouvelle gorgée de whisky. C’était sa façon à lui de montrer qu’il était détendu. C’était à la mexicaine de changer ses cartes, mais celle-ci refusa. Elle demanda par ailleurs ce qu’impliquait une combinaison de quatre cartes identiques. Tom faillit cracher l’alcool qu’il avait dans la bouche mais parvint à se retenir au dernier moment. Cependant, Harvey ne contrôla pas sa colère. Il jeta son jeu sur la table, pestant contre le destin et quitta la partie sans un regard derrière lui. Tom fut tenté de regarder le jeu de ce dernier, mais Sweetie qui l’avait remarqué rappela :

« On doit attendre la fin de la partie, c’est les règles. »

Le vieux prospecteur avait raison. Regarder les cartes d’un joueur se couchant ou quittant la partie pouvait aiguiller un joueur sur la qualité ou non de son jeu. Le trappeur se ravisa, mais il n’avait pas oublié l’ultimatum déclenché par la dénommée « Gertrude ». Un carré ? Si c’était vrai, Tom n’avait plus aucune chance. Néanmoins, la somme de départ de la mexicaine étant plus faible, si elle venait à gagner, elle n’empocherait pas la totalité des gains et cela se jouerait entre les deux hommes restants. Ce qui inquiétait encore davantage Tom, c’était que Sweetie n’avait pas tiqué à l’annonce de la belle femme. Cela voulait-il dire pour autant que son jeu était supérieur ? Les questions ne cessaient d’hanter l’esprit du trappeur qui décida de boire une nouvelle gorgée pour faire redescendre la pression. De toute façon, il était trop tard pour faire machine arrière. Mais le vieil homme continuait de malmener le trappeur et lui demanda s’il avait l’intention de suivre après avoir aligné tout son fric devant lui. Tom, encore amoché par l’alcool, répondit du tac-au-tac :

« Bien sûr ! Ca me ferait trop mal de passer à côté de tout ce blé ! »


Sweetie rigola doucement à la remarque du trappeur. Puis, après avoir retrouvé ses esprits, il déclara :

« Bon, il est temps de montrer nos cartes les jeunes ! J’ai eu de bonnes cartes sur la fin, mais j’ai pas réussi à faire mieux qu’une double-paire ! »

Et quelle paire ! Une doublette d’As et une doublette de rois ! Le trappeur était quasiment sûr d’avoir un full, mais sa mémoire vacillant, il préféra dévoiler son jeu avant de crier de victoire. La main tremblante, retournant ses cartes les unes après les autres, il redécouvrit son jeu de départ : un full aux dames par les six. Cela signifiait qu’il tenait le vieux prospecteur en échec. Laissant échapper un cri de victoire qui surprit l’ensemble du saloon, il remerciait sa chance d’avoir été si clémente avec lui. La partie n’était pas terminée, la mexicaine pouvait encore se dresser sur la route de Tom, mais quoiqu’il arrive, ce dernier ne partirait pas les poches vides.

(Sympa la musique Smile )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tequila Jo

avatar

Messages : 302
Points XP : 14

MessageSujet: Re: Tu bluffes Martoni !   Mer 25 Avr - 10:05

Les garçons montrait leur jeu à tour de rôle. Sweetie avait deux belles paires, tandis que Loire dévoilait un full aux dames. Vu la réaction et le cri de joie qui accompagna cet abattage de cartes, Ca devait être un bon jeu...

La mexicaine regardait le sien. L'assemblage des cartes semblait être le même.

- Moi aussi j'ai oune "foule"

Elle attendit un instant avant d'abattre ses cartes, histoires de faire monter la tension, histoire de jouer avec les nerfs de Loire. Elle ne l'aura pas épargné ce soir...

Elle dévoila une paire de 10 accompagné d'un brelan de 8. Pas suffisant, puisqu'apparemment Tom commençait à ramasser ses gains. Et elle n'avait plus rien.

- Dommage gamine, Loire a mieux que toi...

Qu'elle avait été stupide de croire faire fortune avec un jeu de cartes en main...
Curieuse, elle regarda le jeu d'Harvey...

- Tiens, le senor Harvey avait vraiment 4 cartes pareilles...

Sur la table, elle montra les quatre 2 du colérique. Il y avait vraiment eu un jeu de fou pour chacun des participants à cette distribution... Sweetie se mit à se frapper le genou avec sa main, son rire frénétique envahissant l'espace sonore.

- Ben ça ! Hé, hé, tu l'as bien eu ma jolie avec ton coup de bluff, hé, hé !

L'ambiance était joyeuse et bon enfant, néanmoins, Tequila n'avait plus un rond et son verre était vide. Elle s'excusa:

- Bien senor, yé crois qu'il est l'heure de rentrer pour moi, yé dou tra...

- Hey le moustachu !

C'était Harvey, un bâton dans la main qui avait fait une entrée fracassante dans le saloon. Son frère Peete le suivait, armé de la même façon. L'alcool les aidait sans doute à faire des bêtises et Tequila sentait que les deux joueurs allaient en faire une. Le cri de joie de Tom semblait avoir dépassé les murs du saloon et apparemment, ça avait mis Harvey fou de rage. Il désigna Loire avec sa "batte".

- Moi je dis que c'est pas possible d'avoir autant de chance ! Aussi moi je dis qu'le moustachu il a triché ! Et avec Peete, on aime pas les tricheurs... Ca nous rend violents !


- "Ouais" répondit son frère visiblement éméché.

Les deux brutes s'avancèrent vers la table de poker en faisant glisser leurs bâtons sur les tables désertées.

- Hey, Harvey, il a gagné à la loyal, alors laisse le jeunot tranquille !fit l'orpailleur.

- Ta gueule le vieux, ou t' y passe aussi...

C'était le problème des villes sans shérif. Sans personne pour faire respecter la loi, chacun faisait la sienne. Elle, ça lui permettait de vivre, pour les deux frères, c'était un moyen d'éviter la frustration que leur offrait la réalité et d'être dans la toute puissance.
Bien qu'il lui soit sympathique, elle ne devait rien à ce type, hormis un verre de tequila. pas assez pour se faire défoncer le visage à coups de batte. L'ouest est ainsi fait, de personnes qui n'allait surement pas risquer leur vie pour un inconnu. Chacun pour soi et Dieu pour tous, telle était la devise du pays et Sweetie semblait être du même avis. Il était trop âgé pour se battre et Joanna n'était qu'une faible femme, elle ne faisait pas le poids face à deux hommes en colère, en tout cas pas en bagarre de saloon. Elle recula sa chaise pour s'écarter de la table et baissait les yeux, emplie de sa couardise assumée. Il était plus que temps pour elle de partir, cette affaire ne la concernait pas.
C'est à ce moment qu'Harvey jeta un œil sur les cartes encore disposée sur la table, notamment le jeu de la mexicaine. il s'époumona en lançant un regard noir à Jo :

- Ha la sale pute !

Finalement, cette affaire semblait la concerner aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tom Dartoi

avatar

Messages : 128
Points XP : 88

MessageSujet: Re: Tu bluffes Martoni !   Mar 15 Mai - 12:10

Le moment fatidique était arrivé. Alors qu’Harvey avait quitté la partie, maugréant contre la chance insolente de la mexicaine, les autres étaient restés. Sweetie et Tom avaient montré leurs jeux respectifs. Pour l’instant, c’était le trappeur qui menait la partie, mais la mexicaine pouvait encore inverser la vapeur. Après tout, elle avait laissé entendre qu’elle avait quatre cartes identiques dans la main. Apparemment, c’était la première fois qu’elle jouait au poker, il eut été peu probable qu’elle bluffe. Ainsi, c’est le cœur serré qu’il la regarda dévoiler ses cartes. Il faillit exploser intérieurement lorsqu’il vit les trois « dix » pointer le bout de leur nez, mais heureusement, il n’y en eu pas d’autre. Soulagé, le trappeur déchanta vite quand il s’aperçut que c’étaient deux cartes identiques qui accompagnaient cette triplette. La mexicaine avait dévoilé la même combinaison que Tom. Celui-ci regarda alternativement son jeu, puis celui de la belle et finit par réaliser que sa combinaison était légèrement supérieure à celle-ci. Comme pour officialiser sa victoire, il ramassa ses pièces une par une, fier d’avoir roulé le vieux Sweetie.

Il crut lire sur le visage de la mexicaine une certaine déception et il voulut la féliciter pour lui avoir fait une telle peur bleue, mais celle-ci regardait déjà le jeu d’Harvey. Elle montre son carré de « deux ». Une très belle main. Le bluff de la mexicaine avait très bien fonctionné. Même si Tom s’était contenté de douter fortement, il avait été suffisamment efficace pour faire perdre son sang-froid à Harvey, celui qui avait le meilleur jeu de la partie. Alors que Sweetie la félicitait, elle s’excusa et décida de prendre congé des deux hommes. C’est exactement à ce moment qu’Harvey décida de revenir accompagné de son frère. Les deux hommes étaient armés de bâtons et semblaient vouloir en découdre avec leurs anciens compagnons de jeu. De très mauvaise foi, Harvey accusait Tom de tricherie. Ce dernier n’était qu’à moitié surpris. Ce genre de comportement était fréquent et il avait souvent dû faire face à cela dans le saloon de Bill. Les deux frères avaient l’alcool mauvais et il serait sans doute très certainement difficile de leur faire entendre raison. Néanmoins, le vieux Sweetie essaya et se fit rapidement envoyer balader. Harvey et Pete ne semblaient en vouloir qu’au trappeur et celui-ci ne pouvait pas en vouloir à la mexicaine et au prospecteur de ne pas prendre part au conflit. Le trappeur était moins véloce que ses deux opposants et l’alcool qui l’avait tant aidé à garder son sang-froid embrouillait encore son esprit.

Cependant, Harvey reporta pendant une fraction de seconde son regard sur la table de jeu. Ce fut suffisant pour qu’il s’aperçoive qu’il s’était fait berner par le bluff de la mexicaine. Apparemment, le trappeur n’était plus le seul concerné par la colère des deux frères. Il se leva de sa chaise. Il eut moins de difficulté qu’il ne l’aurait cru. Il mettrait rapidement fin à cette altercation. Il mit sa main à la ceinture, cherchant son colt. Il remarqua avec horreur qu’il l’avait laissé à l’hôtel. Son début de journée avait été si catastrophique qu’il avait préféré sortir sans son revolver, par crainte de commettre des bévues avec. Seul son couteau qui lui servait habituellement à dépecer ses proies pourrait lui prêter main-forte. Harvey, visiblement amusé par le comportement de Tom déclara :

« Tu crois vraiment pouvoir rivaliser avec ce canif ? J’aurai cru que tu te serais fait la malle ! »

Arborant un sourire, le trappeur rétorqua :

« C’est ce que j’aurai fait en temps normal. Mais je viens de dépouiller cette chère «Gertrude », j’allais quand même pas la laisser dans ce merdier toute seule. »

Tom ne connaissait pas la femme et elle aurait peut-être très bien pu s’en sortir toute seule. Mais la situation lui rappelait trop le saloon de Bill et il avait envie d’apporter son grain de sel. Sans prévenir, il se lança sur Harvey d’une course rapide et bondit dans le but de faire tomber son adversaire. Il comptait sur l’effet de surprise mais ce ne fut pas suffisant et l’aîné des frères asséna un coup de bâton dans la poitrine du trappeur qui retomba lourdement à côté d’une chaise. Sweetie s’était rapproché du comptoir, où le barman observait la scène impuissant. Tom se releva difficilement :

« Ce serait quand même plus simple avec mon bon vieux colt. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tequila Jo

avatar

Messages : 302
Points XP : 14

MessageSujet: Re: Tu bluffes Martoni !   Jeu 17 Mai - 17:18

Ayez, la situation partait en sucette. Sweetie n'avait pas réussi à calmer la situation et c'est maintenant Tom qui sortait les armes alors qu'un étrange dialogue s'entamait entre les deux parties:

« ...mais je viens de dépouiller cette chère «Gertrude », j’allais quand même pas la laisser dans ce merdier toute seule. »

Oui, alors là peut-être devait-elle lui rappeler que si sa chance n'aurait pas été aussi insolente, l'autre en face ne serait pas revenu. Les hommes étaient vraiment tous pareil, toujours prêt à se faire passer pour les héros de service.

Enfin bon, de toute façon, les garçons s'étaient déjà lancés dans un pugilat, du coup Harvey ne faisait plus attention à elle. C'était l'occasion rêvée de fuir discrètement. Elle se leva tranquillement de son siège pour prendre la poudre d'escampette, histoire de laisser les hommes entre eux règler leurs histoires de virilité.

Manque de bol, Pete avait visiblement compris son petit manège et l'attrapa violemment par les cheveux pour plaquer son buste contre la table.

- Hola ma belle ! Tu comptes aller où comme ça ? Dès qu'Harvey en a fini avec le cocu, on s'occupe de toi !

Et elle qui voulait simplement passer une bonne soirée et s'amuser avec un nouveau jeu. En plus le cocu en question semblait en bien mauvaise posture. il venait de rater son attaque et avait pris celle du mauvais perdant de plein fouet. Autant ne pas compter sur lui pour s'en tirer, et puis des 4, c'était sans doute elle la plus sobre grâce à sa résistance à l'alcool. Elle commença à remuer son popotin contre le sexe du cow-boy.

- Hey, Pete, il y a des façons beaucoup plous agréables de régler nos différends...

- "Glwou..." fit Pete surpris par la tournure que prenait les choses.

Il avait desserré sa prise, ce qui permis à Joanna de se relever pour se coller dos à lui, sa main batifoleuse se baladant sensuellement sur les fesses de Pete.

« Ce serait quand même plus simple avec mon bon vieux colt. »

Ha, Loire savait tirer... une info intéressante...

- Va falloir prouver ce qué vous dîtes senor Loire...

Et ni une ni deux, sa main passe sur la hanche du malfrat pour lui subtiliser son arme et la lancer à Tom. le lancer était correct, s'il était pas encore trop bourré, le trappeur pouvait sans doute l'attraper au vol...
Joanna devait maintenant se décoller légèrement de Pete afin de pouvoir dégainer sa propre pétoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tom Dartoi

avatar

Messages : 128
Points XP : 88

MessageSujet: Re: Tu bluffes Martoni !   Jeu 14 Juin - 17:47

La bonne ambiance qui avait élu domicile dans le saloon tout au long de la soirée avait bel et bien pris la poudre d’escampette au grand malheur de Tom. Celui-ci venait de se relever péniblement après l’estocade que lui avait assénée Harvey. Comme s’il s’était pris une claque, cela avait eu le mérite de le réveiller et il avait l’impression de recouvrer petit à petit ses esprits. Les effets de l’alcool semblaient s’estomper malgré la charge importante que s’était enfilé le trappeur tout au long de la partie.

De son coté, celle qui venait d’apprendre à jouer au poker semblait beaucoup plus lucide. Pour le coup, c’était sans doute elle qui avait le mieux joué. D’abord prise au dépourvu par sa présence dans le conflit, elle avait su se montrer roublarde pour se débarrasser du jeune frère. Surpris par le charme de la mexicaine, l’homme avait perdu ses moyens et lui avait permis de reprendre l’avantage. Mieux, elle était parvenue à subtiliser le pistolet du malheureux et l’avait ensuite balancé à Tom.

Toujours un peu groggy, le trappeur était néanmoins parvenu à attraper l’arme. Naturellement, tel un musicien maitrisant ses gammes, il chargea le pistolet et le pointa directement en direction du corps d’Harvey. Le flingue de celui-ci était encore bien attaché à sa ceinture et il n’avait plus le temps de lâcher sa masse pour dégainer. Pete avait également arrêté tout mouvement. Un sourire au coin de la lèvre, Tom prit la parole :

« Merci chère Gertrude, votre dextérité vous honore. J’en ai vu beaucoup des tricheurs et des mauvais perdants quand je bossais à Reno, s’était-il exclamé à l’adresse des deux frères… Et le traitement était toujours le même… »


Ils avaient compris. Ils savaient que c’étaient le goudron et les plumes qui les attendaient. Maintenant que le danger semblait être maîtrisé, certains clients dont Sweetie l’avaient gueulé, tandis que d’autres lançaient quelques rires. Pete donnait l’impression d’être un jeune chiot penaud qui allait être puni. Harvey, lui, eut là encore une réaction étrange. Tout d’abord, il avait affiché un regard horrifié. Puis de la peur, il était passé à la colère. Sa masse toujours dans ses bras, il la leva au-dessus de sa tête et se jeta sur Tom en poussant un cri digne d’un ours affamé. Le trappeur dont l’esprit était mieux éclairé, fit un bond en arrière le rapprochant de la sortie du saloon avant de tirer. Il n’avait pas manqué sa cible. Cela ne fut pas le cas d’Harvey. Il avait terminé d’asséner son coup, mais Tom demeurait indemne. Et pour cause, le frère aîné ne tenait simplement plus qu’un petit morceau de bois dans ses mains. Son arme avait été brisée par le tir du trappeur. Alors qu’un ou deux clients applaudissaient sa prestation, Il rechargea l’arme. Elle semblait vide. Il continua de menacer le frère aîné avec puis reprit :

« J’rigole pas Harvey, ça vaut toujours mieux que d’finir la soirée six pieds sous terre. »


Le visage à présent interdit, Harvey ne semblait plus avoir les ressources de tenter une nouvelle attaque. La compagnonne d’infortune de Tom semblait maîtriser son frère cadet. Il n’y avait plus qu’une chose à faire :

« Barman, le goudron et les plumes !!! »


Les autres clients scandaient maintenant ces dernières paroles à l’unisson comme s’ils s’apprêtaient à aller au combat et que ce cri leur permettait de se donner du courage. Tom, en vrai chef d’orchestre faisait signe au barman de lui apporter les tonneaux. Il allait s’exécuter quand un «blam !» s’éleva dans le saloon. Tom était de nouveau tombé par terre. Mais ni Harvey, ni Pete n’avaient précipité sa chute. Il s’était pris le coup d’une crosse d’un revolver sur la tempe. Debout, dans l’entrée, le trappeur à terre mit un certain temps à le reconnaître. Celui qui l’avait attaqué par derrière n’était autre que Martoni. Il déclara :

« J’attendais sagement dehors le premier corniaud qui se barrerait avec la cagnotte, mais vous avez eu raison de ma patience… »


Il avait ramassé le flingue de Pete que le trappeur avait lâché en tombant. Avec son propre flingue, il pointait Harvey, tandis qu’il tenait en joue la mexicaine avec celui qu’il venait de ramasser. Tom avait senti en rechargeant l’arme que son barillet était certainement vide. Il devait en informer la mexicaine, sans attirer les soupçons aiguisés du nouvel arrivant. Surtout qu’il avait continué de menacer Harvey avec cette arme sans balle. Faisant mine de se gratter douloureusement la tempe, il essaya de lancer un regard éloquent à la dénommée « Gertrude ». Il fallait déjà que celle-ci considère le trappeur qui s’était remis en position assise…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tequila Jo

avatar

Messages : 302
Points XP : 14

MessageSujet: Re: Tu bluffes Martoni !   Jeu 14 Juin - 21:31

[Joli retournement de situation Tom ]
___________________________

La situation était sous contrôle, Loire avait réussi à rattraper le flingue et avait montré à tous qu'il savait s'en servir. Harvey se trouvait maintenant tout con avec son cure-dent dans les mains. Le trappeur avait même réussi à s'attirer la sympathie de la foule en demandant du goudron et des plumes. tout allait pour le mieux jusqu'à ce que Martoni assomme Loire par derrière. Trop occupée à surveiller Pete, la mexicaine avait pu n'être d'aucun secours pour le pauvre Tom.

C'était à nouveau la merde. Martoni la braquait avec le pistolet de Pete et Harvey était également en joue. instinctivement, la mexicaine braqua son canon vers son nouvel agresseur. Décidément, la galanterie se perdait dans l'Ouest...
Allait-elle finir sa vie dans un saloon miteux perdu dans le désert ? Pourquoi n'était-elle pas restée seule devant son verre de Tequila ? Dire qu'elle pensait que cette soirée allait être comme toutes les autres...

Restait Tom qui lui faisait un regard bizarre en se grattant la tête. Elle ne comprenait pas pourquoi il insistait autant...
Bon du courage, elle était venue ici pour devenir une despérados respectée. C'était pas le moment de flancher ! Elle devait faire confiance à sa bonne étoile et à son intuition...



Un silence de mort plomba l'atmosphère tandis qu'un vent glacial s'engouffrait dans l'établissement de débauche. Elle poussa Pete sur le côté en gardant ses yeux noirs rivés sur l'agresseur. Elle avança un pas, puis deux vers lui.

- Alors, qu'est-ce qu'on fait Martoni ? On s'entretoue ici tous les deux ? Tou crois que tirer sour oune femme rendra plous héroïque ta pathétique existence ? Tou devrais ranger ton pétard avant que yé né m'énerve. Tou as joué, tou as perdou, il n'y a rien à redire à ça, tou auras peut-être plous de chance demain. Yé souis pas sour qué ça vaille le coup dé mourir pour si peu... Sois raisonnable et...


Pendant qu'elle parlait, elle vit le bras de Martoni bouger, un tressaillement de son index. L'enfoiré ! il osait tirer sur elle. Son sang ne fit qu'un tour, elle visa le coeur...
On entendit un cliquetis d'arme vide, une détonation dans le saloon et un cri de douleur.

Martoni avait les yeux exorbités, comme s'il avait croisé la mort en personne. Dans sa main tremblante, le pistolet de Pete tandis que l'autre pissait le sang. Martoni lâcha le flingue du frère d'Harvey pour s'occuper de sa blessure. Il s'agenouilla sur le sol.
Le canon encore fumant, Tequila fit rouler son arme vers l'arrière sans la ranger dans son étui.
Si l'arme de Pete avait été chargée, elle serait morte à l'heure qu'il était. Elle serra les dents pour ne pas montrer sa faiblesse et enfonça son chapeau sur sa tête en se dirigeant vers la table de poker.

- On dirait que la galanterie se perd dans le coin.

De sa main libre elle commençait à compter quelques billets.

- "Bien... Messieurs, yé né sais peut-être pas jouer au poker, mais par contre, je sais compter. Et il me semble que yé la meilleure main, à savoir 5 dames à vous présenter, soit une pour chacun de vous. Alors parce que ce soir yé était braquée par deux fois et qué y'aurait pou être touer, Yé vais reprendre ma mise et un petit bonus, parce que les balles sont pas non plous gratuites par ici. Pete, ça te paraît honnête ?", lui demanda-t-elle en pointant son arme vers lui.

- Heu... oui, oui...

Tequila pris quelques billets (soit sa mise de départ + 5 dollars) et les fourra dans sa poche avant de diriger la pointe de son canon vers Harvey.

- Et toi Harvey, rien à redire là-dessus ?

- Non, non. Vous les avez bien méritez ces dollars finalement ! Pas vrai les gars ?

On entendit de vagues réponses tel que "Ouais, c'est vrai" et "Elle l'a bien mérité la petite, c'est Martoni qu'à foutu sa merde !". Elle continua d'avancer vers la sortie, se dirigeant vers un Martoni gémissant sa douleur.

- Quand au reste, je vous suggère de le laisser à Loire. Il l'a gagné honnêtement son argent et vous pourrez toujours essayer de loui reprendre demain au poker... Quand à toi enfoiré...


Elle posa son colt sur la tempe de Martoni, prête à faire une exécution sommaire dans le Shyny Spade. Le mauvais joueur déglutit sa bile, sa tempe se trempa de sueur.
Ce n'était pas l'envie de le tuer qui lui manquait pourtant. Sa poitrine se gonfla à plusieurs reprises, sa respiration se fit haletante, son visage devint écarlate, serrant les dents jusqu'à se les casser... Les larmes lui montèrent aux yeux et l'une d'elle trempa le plancher. Elle baissa la tête se cachant sous son chapeau et retira sa menace. Elle le passa et quitta le saloon sans un mot.

Elle erra ainsi dans la ville désertée et chercha un endroit retiré. Ses jambes étaient toutes flageolantes, elle s'écroula sur le sol en pleurant, une main sur son ventre. Plusieurs soubresauts et elle finit par vomir ses tripes sur le sol... Elle n'en pouvait plus.

Elle avait réellement visé le cœur de l'homme, mais au dernier moment, elle ne pu tirer, la main de Dieu voulu qu'elle détournant son arme, la roue du destin fit qu'elle toucha la main de Harvey. Elle ne pouvait se résoudre à tuer un homme. Elle avait pourtant été surprise de ressentir autant de haine envers Martoni et cette colère sincère voulait assurément lui faire éclater la tête. mais une fois de plus, elle ne pu se résigner à tuer son prochain. Elle ne savait même pas pourquoi elle pleurait, si c'était de sa faiblesse ou du monstre qu'elle devenait malgré elle. Elle n'avait plus d'homme sur qui compter, plus de famille et d'amis à proximité pour la réconforter. Elle était seule et elle se dégoutait... Sans doute aurait-il mieux fallu qu'elle meurt ce soir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tom Dartoi

avatar

Messages : 128
Points XP : 88

MessageSujet: Re: Tu bluffes Martoni !   Ven 22 Juin - 21:38

Tom et la desperados étaient dans une position critique. Le premier, pantois, était assis aux pieds de Martoni qui tenait en joue la seconde. Celle-ci l’ignorait mais d’après le trappeur, elle n’était pas vraiment en danger. L’arme qui la menaçait était vide. Tom, encore fourbu par les coups qu’ils avaient reçus depuis le début de la soirée essayait tant bien que mal avec son regard de lui faire comprendre la chose. Mais sa prestation ressemblait davantage à l’imitation d’un hibou qu’à un réel message codé.

Du coup, la mexicaine et le mauvais perdant se tenaient en respect tous les deux, tandis que les nombreux retournements de situation avaient fini par déboussoler Harvey qui était figé debout, hébété. En fait tout le monde s’était arrêté. Ils allaient vraiment se flinguer. Ou plutôt Martoni allait vraiment se faire flinguer. Tom avait envie d’intervenir. D’empêcher ce meurtre, même si l’homme était stupide. C’était toujours mieux d’avoir les mains propres, et il voulait éviter à la mexicaine de salir les siennes, même s’il ne la connaissait que depuis quelques plis. Mais Martoni avait son autre arme. Et en l’état actuel des choses, c’était celle-là qu’il utiliserait si le trappeur oserait sourciller.

La dénommée « Gertrude » essaya néanmoins de ramener à la raison le mauvais perdant. Ses paroles étaient sages, en tout cas de ce qu’en saisissait Tom. Il avait les yeux rivés sur le flingue de Pete, dans les mains de Martoni bien qu’il fût vide. La gâchette ! «Pan » ! La mexicaine n’était pas restée de marbre devant l’index de son opposant qui avait laissé s’échapper un cri de douleur. La main dangereuse. Elle avait bien visé. C’est ce que Tom espérait. Situation de nouveau sous contrôle, mais pas de cris de joie. Pas de goudron. Pas de plumes… Ce n’était qu’une demi-surprise pour le trappeur, mais pour tous les autres spectateurs, la vision de la mexicaine debout et indemne tenait du miracle. La principale intéressée devait être la plus secouée. Elle était toujours là, debout. Impassible. La femme remit son chapeau et procéda à un partage des gains original. Elle récupéra sa mise de départ et s’accorda même un petit bonus supplémentaire. Le trappeur avait complètement oublié la partie de poker et sa victoire finale. Sur le coup, il avait envie de se relever et de s’insurger. C’était de son argent dont il s’agissait ! Puis, il prit conscience qu’il aurait sans doute été dézingué d’une sale façon sans la jeune femme. L’ensemble des protagonistes semblaient d’accord avec elle de toute façon.

Puis, elle se retira, non sans manquer de menacer une dernière fois le piteux Martoni. Elle passa son chemin. C’en était certainement trop pour elle. Un silence de plomb avait accompagné sa sortie, comme si le temps s’était figé. Tom jugea que c’était également le bon moment pour se faire la malle. Il se releva, non sans mal, la tempe encore douloureuse. Il se dirigea vers la table des gains et ramassa ses biens sous les regards interloqués des autres. Il laissa échapper :

« Bin quoi ? J’l’ai gagné à la loyale ce fric… »


Il parlait plus pour lui-même, comme pour se persuader qu’il avait bien le droit de prendre l’argent. Une pièce roula sur la table et tomba par terre en un tintement. Tom se pencha pour la ramasser. En se relevant, il interpella Sweetie et lui lança la pièce d’une pichenette avec le pouce. Celui-ci, toujours près du comptoir, l’attrapa au vol et entendit les paroles du trappeur :

« Tu t’paieras une bolée avec ça, j’ai bien aimé joué avec toi l’ancien. T’auras ta revanche pour sûr ! »


Un sourire se dessina sur le visage de l’intéressé qui se contenta d’acquiescer. A présent, Tom devait cesser de faire le fanfaron. « Gertrude » partie, l’homme n’avait plus aucun moyen de se défendre, à part son couteau. C’était peu de chose face aux flingues d’Harvey et de Martoni et il avait le sentiment qu’il ne leur faudrait pas beaucoup pour semer une nouvelle fois la zizanie.

Alors qu’il avait commencé à se diriger vers la sortie, il s’arrêta soudainement. Il y avait une dernière chose qu’il voulait savoir. Un tout petit détail mais qui avait fini par être décisif. La fin de soirée aurait pu être tout autre sans lui. Il se tourna vers Pete et lui demanda :

« Tu te balades souvent avec une seule balle dans ton barillet ? T’avais prévu de te faire une roulette russe avant d’aller pioncer ? »

Tous les regards étaient passés du trappeur au frère cadet. Visiblement, cela mettait mal à l’aise ce dernier. Il était devenu rouge comme une tomate et avait hésité un certain moment avant de répondre :

« C’bordel, c’était pas vraiment mon idée de toute façon… »


A présent, toutes les têtes étaient braquées sur Harvey. Celui-ci sembla stupéfé un instant, puis bougonna quelque chose d’incompréhensible avant de se jeter dans une bagarre avec son frère. Les deux frères s’échangeaient des coups sous les acclamations des autres clients. La bonne ambiance était revenue au sein du saloon. C’était le moment pour Tom de prendre la poudre d’escampette. Mais Martoni s’était relevé. Sa main pissait toujours le sang, mais c’était le trappeur qui semblait être au centre de toute son attention. Alors que Tom avançait toujours dans sa direction, il déclara :

« Toi et ta copine, vous m’ le paierez ! Faites gaffe à pas recroiser mon chemin ! »


L’homme moustachu, esquissant un sourire, susurra à son oreille lorsqu’il arriva à sa hauteur :

« Tu bluffes Martoni …»


Il continua, sans s’arrêter, ni se retourner. Il ne s’était pas fait que des amis cette soirée-là. Ca arrivait souvent quad on jouait au poker. Surtout quand on gagnait. Il aurait peut-être dû avertir la mexicaine à ce sujet. Avec le vieux Sweetie, c’était la seule bonne rencontre de la soirée. Elle se souviendrait de cette soirée et ne rejouerait sans doute pas de sitôt au poker. Même si sa chance avait répondu présente grâce au barillet vide de Pete. Elle avait dû voir la mort de près. Elle était indemne, mais était-ce pour autant supportable ? Quel sentiment étrange cela devait être. Assister à sa mort et y survivre.

Les pensées de Tom l’avaient conduit à poursuivre sa route dans la ville. Il ne savait pas trop où aller, toujours un peu paumé par les évènements de la soirée. Et puis il la vit. S’il avait voulu la chercher, il ne l’aurait sans doute pas trouvé. Mais elle était là, devant lui, de dos et d’après ce que le trappeur entendait, elle pleurait. Ce qui s’était passé autour de la table de jeu l’avait bel et bien affecté. Elle était plus humaine qu’elle ne l’avait laissé paraître. Et Tom en était persuadé à présent. Elle savait faire bien plus que le ménage et la cuisine comme elle l’avait laissé entendre plus tôt. Il avait envie de la réconforter. Pour la remercier de son aide, et puis parce que cette vision l’embarrassait sérieusement. Mais il se ravisa et fit demi-tour discrètement. Il lui avait créé suffisamment de problèmes déjà. Et puis elle devait certainement avoir envie de rester seule. Et puis il n’était plus soûl. Et pourtant, cela faisait longtemps qu’il n’avait pas eu autant envie de l’être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tu bluffes Martoni !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tu bluffes Martoni !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Sunset Hill :: La grande rue :: $hiny $pade $aloon-
Sauter vers: