Bienvenue dans l'ouest sauvage Invité, nous sommes en début d'année 1874
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La légende de Téquila Jo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tequila Jo

avatar

Messages : 302
Points XP : 14

MessageSujet: La légende de Téquila Jo   Mer 18 Jan - 21:55




WANTED

    Nom: Alvarez
    Prénom: Joanna
    Surnom: Téquila Jo
    Age: 26 ans
    Taille: 1m 66
    Métier: Desperados
    Signes particuliers: un accent espagnol chantant: elle ne comprend parfois pas certains mots du langage américain. Sur le bras gauche, la cicatrice encore récente d'une balle.




Votre héros
Description physique:

Sa chevelure d’ébène plongeant dans la courbe sensuelle de ses reins, ses mouvements lascifs et félins, aussi charmeurs que mortels seront porteurs de rêve pour ces messieurs. Malgré le fait qu'elle pense le contraire, Jo est un beau brin de fille que beaucoup aimerait voir au fond de leur lit.
Pourtant, elle cache autant qu'elle peut ses attributs féminins. Préférant les atours masculins, plus pratiques pour galoper et détrousser les quidams, vous ne la verrez en robe que si vous lui offrez une puisqu'elle n'en a... aucune.
Néanmoins ses chemisiers échancrés ont tout de même un mal fou à contenir les deux globes fermes et fiers de sa poitrine, qui sont tant un appel à l’amour qu’un défi aux hommes.

Mais si vous verriez la suite, vous comprendrez que son corps n’est que passion, douceur et puissance mêlées, de ses jambes fuselées, fines comme les pattes d’une gazelle, à son cou gracile et délicat.
Son visage est celui d’un ange tombé du ciel, un enchantement quand son sourire vient relever un ovale presque parfait troublé seulement par son menton fin et volontaire. Et au travers de ses yeux noirs, aux reflets changeants selon l’heure du jour, on peut lire toute la beauté animale qui émane de cette charmante personne.

Quand elle ne vole pas, elle porte autour du cou une petite croix dorée, signe de sa croyance religieuse. Sur son étalon noir et impeccablement soigné, on pourra voir accrocher la carabine de son défunt mari, carabine dont elle ne sait encore que très peu utilisée. Elle est plus à l'aise avec le colt qui caresse le haut de sa cuisse.
Elle aime rester discrète et portera souvent un large chapeau pour la protéger des regards et un foulard pour se protéger des longues cavalcades à travers les steppes désertiques.

Caractère:

Élevée dans une taverne, Joanna n'a pas la langue dans sa poche et on le sent parfois passer. Pas qu'elle soit méchante, non, loin de là, mais ces parents ont du trop forcé sur le ceinturon pour lui apprendre à être honnête... au risque de vexer les autres.
La religion catholique a aussi eu une grande influence dans sa façon d'être. Ainsi, vous la verrez se signer lorsqu'elle pénètre dans une église ou quand elle veut se protéger du mauvais œil. Elle ne badine pas avec la religion et fait ses prières chaque jour afin de protéger les siens des aléas d'un destin bien souvent cruel.

Aimable et enjouée, elle garde néanmoins une vision du bien assez personnelle lorsqu'elle dévalise des voyageurs égarés. D'ailleurs lors de ses méfaits, elle n'oublie jamais de cacher dans sa poche la croix qu'elle porte habituellement. Histoire de ne pas mêler Dieu à ça. Pour elle, si l'argent volé sert à faire le bien, alors ça ne devrait pas poser de "problèmes" une fois qu'elle sera là-haut. C'est pourquoi Joanna essaiera toujours d'aider plus malheureux qu'elle.

Elle est d'humeur souvent souriante et volontaire, du moins lorsque l'on essaye pas de lui chercher des poux. Depuis toute petite, on notera néanmoins une curieuse mais légère dépendance aux boissons alcoolisées, notamment la téquila qu'elle tient très bien. Jo a en vérité une constitution hors norme malgré sa taille de guêpe. Jamais malade, peu encline à l'ivresse avant un certain nombre de verres consommées, elle s'épuise plus difficilement que les autres. A croire que l'alcool conserve...

De nature optimiste, elle ne sait pas encore bien se servir d'une arme et un peu naïve, espère que le simple fait de la brandir devant d'autres leur enlèveront l'envie de riposter. Il faut dire qu'elle a un certain talent pour imposer son charisme quand les circonstances l'imposent.

Défaut(s) choisi(s):
Grossier sarcastique
Compassion, ne supporte pas voir quelqu'un dans le besoin, surtout si ce dernier est mexicain. elle a certains principes et ne dévalisent pas les pauvres.
A un goût prononcé pour l'alcool.


Votre histoire:

Un homme entre en trombe dans le saloon de Sunset City, sa démarche est chancelante, mais il paraît pressé d'arriver jusqu'au comptoir, s'y accrochant comme à une bouée.

- Sers moi un verre Charly ! Ce qu't'as de plus fort !

- Qu'est-ce qui t'arrive Ted, t'es tout pâle ? Et pis pourquoi qu'tu te balades en chemise ?

Sans prendre le temps de répondre, l'homme au front encore dégoulinant de sueur vida son verre cul sec. Une fois le gosier réhydraté, il se montra plus bavard.

- Ha mon vieux, j'ai bien failli y rester... Tequila Jo m'a dévalisé!

Le tenancier fit les gros yeux avant de resservir un petit frère au verre de son client.

- Non, t'as croisé Téquila Jo ?!? Et t'es encore vivant ? Dis, c'est vrai c'qu'on raconte ?
On dit qu'il est si grand qu'il te cache le soleil !
On dit aussi que ses bras sont aussi épais que les cuisses d'un canasson !


- Oh que oui ! J'ai pu aussi admirer son regard de braise qui vous fusille sur place, si ses doigts habiles ne l'ont pas fait avant.
Remarque je me suis pas débiné, tu me connais et j'lui aurais bien envoyé un pruneau entre les deux yeux tu vois... Mais il était pas seul, y avait toute une bande avec lui !


- "Ha tu sais, t'as bien fait de pas toucher à ta quincaillerie."Répondit le tavernier avant de se pencher à l'oreille de son comparse pour lui chuchoter: "Tu sais pourquoi on l'appelle Tequila Jo ? Y paraît qu'un jour, il décima toute l'assistance d'une cantina simplement parce que le patron n'avait plus de Téquila à lui offrir. Tous les barmans connaissent cette légende...

- Ben dis donc, je l'ai vraiment échappé belle...

- Tu m'étonnes...


Ce qu'oublient bien souvent de préciser les victimes, c'est que Tequila Jo a également des courbes douces et prononcées au niveau des hanches et des poumons.
Mais que voulez-vous, au 19ème siècle, se faire dévaliser par une femme ça craint, alors autant broder afin de ne pas être la risée de toute la ville.

Et il faut dire que Tequila Joe sélectionne habilement les convois qu'elle rançonne. De petits groupes, jamais plus de deux personnes, le plus souvent des hommes à l'aspect inoffensif.
Mais revenons un peu en arrière, car toute cette histoire commence bien plus tôt dans les lointaines contrées mexicaines...



San Fernando, Mexique, 1857

Les lois de colonisation et celles dite « des terres incultes » confisquèrent les propriétés et les terres de l'Église. Elles furent vendues aux spéculateurs et grands propriétaires terriens au profit de l'État mexicain, mais ruinèrent les petits propriétaires et, en ne reconnaissant pas les propriétés collectives des villages, furent peu à peu absorbées par les grandes haciendas.

La petite Joanna ne le sait pas encore, mais cette loi va changer son destin. Son père et sa mère s'occupe d'une cantina à San Fernando. Petite, elle les aidait déjà et ne se privait jamais pour finir les verres des clients malgré les vociférations de la maman. Il était encore bien loin le temps des désillusions, c'était celui de l'enfance, des jeux avec ses 6 frères et sœurs, du plaisir innocent de fracasser le pinata avec un bâton de bois, une époque où l'on ne se rend pas bien compte des sacrifices que doivent faire vos parents pour préserver ces temps joyeux.

Quelques années plus tard, Joanna deviendra une belle jeune femme quoique dénuée de manières.
Elle continue à vider les pintes des clients et à participer à des jeux à boire, jeux auxquels elle arrivait le plus souvent à supplanter les fiers mâles de la taverne au grand dam de ses parents. Elle y gagnera ainsi à 16 ans le doux surnom de Tequila Jo, la femme qui boit plus vite que son ombre.

Mais cette réputation ne l'empêchera pas de séduire un riche fermier du coin et de se marier avec le 8 juin 1864. Un mariage heureux et consenti qui lui ouvrait les portes d'un avenir radieux.
Mais le rêve tourna court lorsque deux ans de sécheresse consécutive frappèrent la région de San Fernando. Seuls les spéculateurs et les grands propriétaires terriens arrivaient encore à tirer leur épingle du jeu. Pour les autres, il fallait vendre à perte ou travailler encore plus. C'est ce que fit Alfredo, le mari Joanna, mais sa santé ne suivit pas. En 1869, emporté par la tuberculose, Alfredo Alvarez décéda laissant à sa veuve avec sa propriété et... ses dettes.

Si Joanna ne se découragea pas dans un premier temps et continua malgré vents et marées à faire prospérer la ferme.
Mais en 1870, l'effondrement du cours de l'argent métal par rapport à celui de l'or et fit perdre plus de la moitié du pouvoir d'achat des mexicains payés en pesos argent.
Cette crise économique eut raison de ses dernières espérances. Joanna dû se résoudre à vendre la ferme aux riches promoteurs du coin afin de rembourser ses dettes.

La grande récession toucha tout le monde et le peuple vivait les prémisses de ce qui allait devenir beaucoup plus tard la révolution mexicaine.

Après avoir tentée de décrocher des petits travaux à droite et à gauche, la veuve en eut par-dessus la tête de pleurer sur son triste sort et prit la résolution de prendre les armes pour faire payer les injustices de ce monde.
S'accaparant les révolvers et les habits de son défunt mari, elle parti dépouiller les grands propriétaires...
Mal lui en prit, sans préparation et face à une armada de pistoleros expérimentés, elle eut beaucoup de chance d'avoir pu en réchapper avec une simple balle dans le bras.
Elle devait s'en prendre à des cibles plus légères.

Ne pouvant se résoudre à attaquer ses congénères, son regard se tourna vers la frontière.
De l'autre côté, la riche Amérique et ses filons d'or... Elle avait même entendu parlé d'une ville où les despérados faisait la loi, une ville sans shérif, idéale pour débuter et apprendre le métier.
Elle pouvait espérer voler quelques dollars là-bas avant qu'un nouveau justicier ne débarque. Le temps de pouvoir amasser assez d'argent pour revenir vivre confortablement au pays et en faire profiter les siens.

Plus d'hésitations, Joanna utilisa l'argent qui lui restait pour acheter un cheval et partir en direction de Sunset Hill, la ville du couchant, laissant famille et amis derrière elle...
Dorénavant, elle sera Tequila Jo, volant les riches pour donner aux plus démunis (c'est à dire elle et ses proches)...


Quêtes et
concours...
Vos caractéristiques :
  • Force: 2
  • Dextérité: 2
  • Agilité: 2
  • Perception:2


Vos talents : Chanceux, Increvable

Vos armes: colt et fusil (apprentissage pour le fusil)



Dernières
questions...


"Claudia Cardinale" ----> "Tequila Jo"


Avez-vous des liens avec les personnages présents ? Pas encore

classe de personnage désirée ? Despérados

Avez-vous trouvé les mots de passe ?

Vitesse d'écriture ?2 réponses par semaines voir plus selon les aléas du monde réel

Premier compte ? : Nop





Dernière édition par Tequila Jo le Lun 23 Jan - 9:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tequila Jo

avatar

Messages : 302
Points XP : 14

MessageSujet: Re: La légende de Téquila Jo   Lun 23 Jan - 9:15

Après maintes et maintes hésitations, je crois avoir fini Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'esprit de l'Ouest
Conteur
avatar

Messages : 1067
Points XP : 73

MessageSujet: Re: La légende de Téquila Jo   Lun 23 Jan - 11:27

Et une autre charmante Despérados, décidément, à vous dégoûter d'être homme de loi...

Tout y est, je valide

Bon jeu et
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La légende de Téquila Jo   

Revenir en haut Aller en bas
 
La légende de Téquila Jo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» La légende de Martin et Martine par Tournesol
» Bretagne magazine spécial légende arthurienne
» Les lieux de la légende...
» Quelque vilains dans la Légende

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Aux frontières de l'Arizona :: Le sanctuaire des héros :: Présentation de votre héros :: Personnages validés-
Sauter vers: