Bienvenue dans l'ouest sauvage Invité, nous sommes en début d'année 1874
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Faire connaissance des environs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Octave Tavstyle

avatar

Messages : 165
Points XP : 59

MessageSujet: Faire connaissance des environs.   Mar 7 Jan - 22:55

Prendre en compte de ce qu’il y avait dans les environs. Octave, d’une manière nonchalant, se promené sur son cheval observant els alentours. Avant de venir en ville, il savait qu’un nouveau shérif était élu, mais ils ne savaient, qui, habiter dans la région de Sunset Hill. A porté de vue il y avait un monastère, et deux ranchs. La dernière fois que Octave était dans un monastère c’’était pour faire du bizness avec un tricheur du poker. Ca remonte à très loi, il était encore jeune et n’avait pas de cheval. Regardant au loin les deux ranchs, ils se demandaient  qui était propriétaire de ces deux grandes exploitations. Etait-ce le même ?

Tu veux visiter ?

Disant cela à son cheval, ce dernier n’était pas très motivé à se diriger vers ces lieux.


Allez ! Juste un petit tour de courtoisie et on s’en va. Histoire de connaitre un peu notre nouvel environnement.

Le cheval convaincu, écouta son maitre et ils se dirigèrent vers les ranchs. Octave en avait déjà vu.  Plus au sud de la région, un patron d’un ranche l’avait gardé une nuit. Il était de voyage et moyennant une aide en tant que travailleur, il avait gagné une nuit. Ce temps-là était révolu, il avait vingt-six ans à cette période. Dans un petit recoin, il s'arrêta quelques instants pour observer de loin.

_________________
Tu peux croire ce que tu veux l'ami. Mais je te jure, il vaut mieux voir arriver l'ennemi au soleil couchant qu'en journée. parce qu'on peut voir son ombre de loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jarosław Koslowski
Conteur
avatar

Messages : 148
Points XP : 38

MessageSujet: Re: Faire connaissance des environs.   Jeu 16 Jan - 21:23

Le vent sifflait faiblement sur les plaines entourant Sunset Hill, soulevant ci et là brindilles et poussières, caressant sèchement l'aride sol de l'impitoyable Ouest Américain. Au loin, derrière cette danse de filets gris sablées, se dressaient l'ombre de quelques bâtiments, semblant être des ranchs, reconnaissables à leur style de construction classique, tirées en longueur. Celles-ci appartenaient-elles sans doute à de pauvres hères à la botte des Baxters, ou à quelques téméraires bougres qui cherchaient comme tous les autres, une façon de vivre, de survivre dans ce milieu hostile. Quoiqu'il en était, ils n'avaient pas choisi la façon la plus aisée d'acquérir de l'argent, et accessoirement une place dans la société, en choisissant un tel labeur. Sans doute étaient-ils de ceux qui ne connaissaient rien d'autres, n'imaginaient pas leur vie autrement. Ou enfin, peut-être étaient-ils de ceux qui ne voulaient pas se salir les mains, des idéalistes ne voulant pas entacher leur conscience d'une plaie rouge béante.
Jaro', lui, ne considérait pas son métier comme un déshonneur. La traînée de sang que constituait sa vie, il ne la voyait pas comme une horreur, ou une atteinte à quoique ce soit. Il avait vécu la guerre civile, s'était battu avec les confédérés contre les nordistes, avait vu ce que ces derniers étaient capables de faire – raison pour laquelle il méprise encore aujourd'hui l'armée régulière, intrinsèquement unioniste à ses yeux-. Il n'avait rien à démontrer à personne, n'avait pas à se justifier. Il n'était qu'un simple pistolero, sans maître, sans idéologie – bien qu'il tienne encore à cœur l'idée de la Confédération-,... Il ne connaissait que les riches employeurs, les contrats, la chasse à la prime, le travail habituel, en somme. Il était libre de se frayer un chemin, libre de sa vie. N'était-ce pas ça, le rêve américain? Chercher au gré du vent ce qu'il voulait, sans se soucier du reste.
Pour le moment, cette liberté, cette quête d'argent l'avait amené à Sunset Hill. Depuis le temps, il connaissait plutôt bien la ville, ses alentours... Il lui prenait souvent l'envie de rôder à quelques miles de la ville, interceptant ça et là bandits mexicains, peaux rouges sauvages et vagabonds. C'était une source de revenues parmi d'autres, lui permettant de plus de sécuriser un brin la ville. Il n'y avait vraiment pas lieu à se plaindre.
Avançant tranquillement, à cheval comme toujours, Jaro' crût distinguer, entre les deux vieilles ranchs, une silhouette, un personnage assis sur monture. Il semblait trop imprudent et franc pour être un peau rouge sournois, trop tranquille et ordinaire pour être un de ces braillards de desperados mexicain, mais aussi trop aisé et serein pour être un fermier allant travailler. Le Polak en déduisait donc qu'il s'agissait d'un nouveau-venu, -car sa tête ne lui rappelait rien- cherchant sans doute sa gloire ou sa fortune à Sunset, comme bien d'autres. Confiant -mais sans perdre sa prudence naturelle-, l'Européen de l'est se rapprocha donc de l'homme. Fallait-il bien s'informer, rester au courant de ce qui se passait; il ne voulait pas rater un contrat, une info, ou quoique ce soit qui pourrait l'intéresser ou lui rapporter quelque chose.
Il n'avait pas l'intention de rentrer dans une longue conversation -étant lui-même de nature peu loquace envers les inconnus, se contentant de l'essentiel. En tant qu'«habitué» de Sunset Hill, il n'allait que l'interroger brièvement sur sa présence, sur ses objectifs -histoire d'être sûr de ne pas avoir d'embrouilles; il était déjà arrivé qu'un proche d'une victime du mercenaire polonais eût tenté de massacrer ce dernier-, mais il allait s'en tenir là.
À cet instant, le Polak n'était plus qu'à une quinzaine de mètres de l'inconnu. Tenant les rênes de son cheval en main, il se contenta de faire un bref signe de tête en guise de salutation et d'introduction, alors qu'il avançait ses quelques derniers pas vers l'étranger qui se tenait face à lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octave Tavstyle

avatar

Messages : 165
Points XP : 59

MessageSujet: Re: Faire connaissance des environs.   Ven 17 Jan - 14:28

Toujours assis sur son cheval. Octave observait au loin ces deux ranchs. Très bien situé l’un de l’autre. Dans sa réflexion il s’imaginait trouvé du travail dans l’un de ces endroits. Dans les deux, ça ne serait que du luxe. Il entendait des pas de cheval venant derrière lui, un visiteur ? Un employé de l’un de ces ranchs ? Un ennemi ? Un futur allié ? Rien de sûr. Mais rien de quoi écrire à sa famille.

L’homme lui faisait signe. Octave de son index et du pouce donna « au-dessus de sa tête » un signe de bienvenu à l’inconnu. Le type n’était pas d’originaire d’ici et il ne l’avait jamais vu dans les parages. Même si octave avait conscience qu’il était nouveau dans la région. Apparemment, le type était quand même très à l’aise de son environnement. Ce qu’il intriguait c’était sa barbe. Octave était toujours intrigué par les personnes ayant une barbe. Comment faisait-il pour ne pas avoir plus chaud que les autres ? ca y est, il était arrivé devant Octave. Ils ne se parlaient pas. Octave sortie son jeu de carte et tria les cœurs avec les cœurs, les piques avec les piques. Rangea tout cela dans sa poche intérieur. Octave s’était décidé de s’y aventuré, pour voir ce qu’il en était.

Quelle sera votre réaction si je vais en direction du ranch de droite ? Et quelle sera votre réaction si je vais en direction du ranch de gauche ?

Dans la franchise, autant être direct et connaitre les personnes inconnus, tout souriant, qui viennent vers vous. On évite l’hypocrisie des bonjours, comment vous vous appelez blablabla et tout ce qui s’en suit.  C’est bien lors d’un diner, ou dans un saloon pour parler affaire… ou… lorsqu’on fait des avances à une femme mais sur ce dernier cas, octave à un net bref et mauvais souvenir. La vie continue et ça serait la première fois qu’en arrivant à une ville, qu’il n’avait pas couché avec une demoiselle aussi respectable soit-elle.

Sans vouloir vous imposer de répondre évidement.

_________________
Tu peux croire ce que tu veux l'ami. Mais je te jure, il vaut mieux voir arriver l'ennemi au soleil couchant qu'en journée. parce qu'on peut voir son ombre de loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jarosław Koslowski
Conteur
avatar

Messages : 148
Points XP : 38

MessageSujet: Re: Faire connaissance des environs.   Ven 17 Jan - 16:35


À cheval, les rênes en main, le polak avançait lentement, l'air confiant et sûr de lui. Il ne s'arrêta qu'à une poignée de mètres de l'étranger qui se présentait à lui. Ce dernier devait avoir un peu moins d'une vingtaine de printemps de plus que lui; il semblait être à mi-chemin entre quarantenaire et cinquantenaire. À cet âge là, on ne s'égarait pas dans des contrées hostiles comme Sunset Hill pour jouer aux cow-boys, aux éleveurs aventuriers, ou aux herbagers téméraires... De plus, sa stature le détachait clairement du décor agricole planté derrière lui, l'affichant bien comme une personne ayant vécu d'autres choses que de l'agriculture ou de la sédentarité productive. Il avait cette aura de l'homme errant, de l'homme en quête, cette odeur de poudre et de sang qui lui collait -comme à tout pistolero. Et pour malgré tout avoir atteint un tel âge en tant que manieur d'armes, il devait soit être fou, plutôt doué, ou alors tout simplement chanceux. Mais Jaro' ne s'en laissait pas impressionner pour autant; lui-même avait déjà abattu plusieurs de ces vénérables colosses, qu'on croyait invincibles, qu'on disait invulnérable -rapide comme l'éclair et précis comme rien d'autre au monde-, d'une simple vicieuse balle bien tirée.

Quoiqu'il en était, l'homme face à lui n'était définitivement pas qu'un vulgaire vagabond du peuple vivant de troc et de bétail, mais se révélait au minimum être une ombre sachant bien se servir d'une arme. Jaro' le sentait, instinctivement. C'était une chose qu'on apprenait rapidement à discerner. Cependant, il semblait aussi que l'inconnu maniait bien les cartes également; il avait sorti et trié à une vitesse plutôt remarquable celles-ci; les cœurs avec les cœurs, les pics avec les pics et ainsi de suite... Le Polak n'arqua qu'un sourcil en guise de réaction, scrutant un instant le nouveau-venu, comme pour le jauger, l'analyser brièvement. Puis, après un moment de silence, la quarantenaire lui lança une question, l'interrogeant sur sa réaction s'il choisissait d'aller au ranch de gauche, ou alors s'il décidait de se diriger vers celui à sa droite.
Le Koslowski fixa l'inconnu dans les yeux, et sans broncher, répondit -toujours avec son fidèle accent polonais-;

- Je vous répondrrais que vous perrrdriez votre temps. Dans les deux cas. Quand on sait jouer du feu et du plomb -vous ne me ferrrez vraiment pas croire le contraire-, alors on ne joue pas à l'éleveurrr.
Personne de censé, surtout à votrre âge, ne vient à Sunset pour du bétail... Aurrrai-je tort?


Le Polak lui lança cette dernière question, cette dernière réflexion, pour se fixer sur l'objectif du nouveau-venu. Il n'était pas plausible qu'il soit juste venu comme ça, pour le bétail et les paysages. Il devait avoir entendu parlé de quelque chose, des histoires habituelles sur les opportunités d'un trésor enfoui, des histoires étranges des ombres, d'une prime importante, du conflit latent entre les Baxters et le Saloon de Leroy Fargo, …? Bref, il devait avoir une raison pour être venu ici, et il fallait que le polonais la cerne, pour pouvoir qualifier l'autre soit de concurrent, d'hommes parmi d'autres, ou alors, dans le pire cas, d'ennemi tout simplement... Ne savait-on jamais... Dans le Grand Ouest, on ne pouvait pas prendre de risques; ne pas savoir les motifs et motivations d'autrui était se piéger dans un couloir d'ignorance délicat, pouvant parfois avoir comme conséquence de douloureux désagréments, mort comprise...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octave Tavstyle

avatar

Messages : 165
Points XP : 59

MessageSujet: Re: Faire connaissance des environs.   Ven 17 Jan - 20:49

Monsieur au « r » prolongé avait vu juste. Octave n’était pas venu pour jouer au bétail.

Vous avez raison.

Mais il devait y aller, ne pas reculer. S’il devait attendre dans les rues de Sunset pour avoir du taf, c’est très rapidement qu’il deviendra hors course. Plein de desperados de tout origine devaient trainer de-ci de-là… et d’ailleurs… ce type en était un ?... la question n’était pas d’actualité. Mais comme Octave ne faisait pas comme tout le monde, il avait une idée en tête. Surement que ce type aura regretté de lui dire bonjour aujourd’hui. Son cheval avait un destin très particulier. A chaque fois qu’il se séparait de son maître, il était sur de le retrouver à un moment ou un autre. Avant d’arriver à Sunset. Il se souvient. Des étranger avait brulé l’hôtel ou il était. Octave était partie par le toit avec une femme dont il avait fort à faire. De toit en toit il s’était éloigné de l’animal, il avait mis en sécurité la femme en question. Il en avait tué deux. Le lendemain, dans la dépêche, il avait pu lire qu’ils étaient cinq. Son l’attendait d’ici cinq rues plus loin. Comme son instinct savait que Octave passerait par là. Quelque chose de mystique dirait certain.


Regardant le type, il descendit son cheval, il rassura son cheval en lui prévenant qu’il reviendra rapidement, mais pas trop quand même.

Si cela ne vous dérange pas. Et sans vouloir vous imposer quoi que se soit. Je vous laisse mon cheval. Je reviens d’ici peu. Je ne sais pas encore quel ranch je vais aller frapper à la porte, mais j’y vais, on verra sur le chemin.


Octave partie en direction des deux ranchs, tranquillement, il avait tout son temps aujourd’hui, et rien de mieux à faire que d’aller voir si il y avait du boulot. Il commençait déjà a cherché ce qu’il pouvait dire aux propriétaires des ranchs.

_________________
Tu peux croire ce que tu veux l'ami. Mais je te jure, il vaut mieux voir arriver l'ennemi au soleil couchant qu'en journée. parce qu'on peut voir son ombre de loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jarosław Koslowski
Conteur
avatar

Messages : 148
Points XP : 38

MessageSujet: Re: Faire connaissance des environs.   Sam 18 Jan - 0:36

L'étranger répondit par l'affirmative. Il n'était pas bien évidemment pas venu dans une contrée aussi hostile que Sunset Hill simplement pour se refaire une vie en travaillant dans le bétail. Un homme de cet âge et de cette stature qui traverserait le désert jusqu'à un coin aussi reculé pour élever des vaches aurait juste été incongru. Le fait qu'il l'admettait était déjà une bonne chose; lui au moins, ne cherchait pas à couvrir ses arrières d'histoires toutes faites, de rêves enfantins pathétiques, comme le faisaient certains contrebandiers mexicains, la main prise dans le sac, l'arme à la main bien mal dissimulé. Mais bon, ceux-ci finissaient généralement six pieds sous terre, leurs colts vendus, leurs affaires personnelles troquées. Il n'y avait pas de scrupule à avoir avec ce genre de personnages. Ils constituaient un formidable argent de poche en cas de sécheresse contractuelle, quand personne ne demandait la tête d'autrui. Jaro' n'allait pas le crier sur les toits, mais n'en avait guère honte non plus. C'était son travail, son business.

L'étranger descendit alors de son cheval, annonça qu'il allait se diriger vers le Ranch, et qu'il allait lui confier entre-temps son cheval. Jaro' arqua ostensiblement un sourcil – il fallait dire que le Polak maîtrisait à merveille cette expression faciale en toute subtilité-; l'homme était-il naïf, stupide, trop confiant, ou tout simplement excessivement sûr de lui? Aucune personne normale ne demanderait à un total inconnu de surveiller un de ses biens les plus précieux comme ça. Et puis, quelle était cette idée idiote de descendre du cheval pour aller au Ranch à pieds. Le Polak fronça faiblement les sourcils. Quelque chose ne tournait définitivement pas rond dans cette histoire. Ce n'était pas qu'il était fondamentalement contre l'occasion de détourner quelque chose à son profit, bien au contraire, mais le polonais ne faisait pas dans ce calibre là. Il lui arrivait de confisquer discrètement quelques moindres biens -surtout faits de métaux précieux-, mais il ne faisait définitivement pas dans l'animalier, tout du moins pas encore, -trop encombrant...
Était-ce donc censé être une espèce de test de confiance, pour voir ce qu'il allait faire? Était-ce un genre d'animal de cirque destiné à toujours revenir vers son maître, comme il en avait déjà entendu parlé en Pologne, où des escrocs avaient vendus des animaux qui s'enfuyaient tout le temps? Dans ce cas, si le polonais avait voulu dérober la monture de l'étranger, il aurait pu simplement en faire de la boucherie chevaline à moindre frais... Mais ce n'était vraiment pas son genre.
Secouant doucement la tête, le Polak, se retenant presque de rire, lança d'une voix mi-amusée -ce qui était bien exceptionnel, lui qui restait pourtant toujours aussi froid et stoïque-, à l'inconnu qui s'éloignait;

- Mais, mais que faîtes-vous?
Vous pourriez vrraiment chevaucher jusqu'au rranch, sans abandonner votre monturre à un inconnu... La garrder à vos côtés.


Jaro' n'était vraiment pas l'archétype du bon samaritain, de celui qui faisait le bien par générosité et conviction. Mais là, face à l'étrangeté de la situation, il ne pouvait réagir autrement. L'étranger lui paraissait effectivement 'bien étrange'; comment diable avait-il survécu jusque là avec de telles manières? L'habit ne faisait sans doute pas le moine, ou alors, sa bonne étoile n'avait-elle vraiment pas fini de briller...

Le polonais, toujours à cheval, reprenant un air sérieux, professionnel, -comme lors de son arrivée la minute précédente- avança de quelques pas vers l'inconnu. Il souhaitait l'interroger une dernière fois sur ses intentions, sa motivation, ... S'il n'obtenait pas de réponses satisfaisantes, il n'aurait qu'à l'oublier -lui et ses cartes-, et continuer sa ronde habituelle;

- Ne vous mentez pas, vos mains ont connu plus de sang que de jeunes veaux accouchés. Alorrs sérrieusement... Pourrquoi insister sur le rranch?
… Pourquoi êtes venu jusqu'à Sunset?


Attendant sa réponse, son regard bleu clair, froid, se planta dans celui de l'inconnu. Bizarrement, il avait l'impression qu'il n'en avait pas fini d'entendre parler de lui...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Octave Tavstyle

avatar

Messages : 165
Points XP : 59

MessageSujet: Re: Faire connaissance des environs.   Dim 19 Jan - 9:58

Donc, le type avait choisi l’option de venir vers lui pour le convaincre de reprendre son cheval. Intérieurement, Octave aimait cela, lui qui cultiver son défaut (inconsciemment) de se sentir le maitre de l’action. Et le type, d’une détermination sans faille lui prouvé qu’il pouvait aller avec son cheval vers les ranchs. « magnifique » disait-il dans sa tête. Ce n’était loin l’idée d’une ironie de bas de gamme, mais le fait qu’il ne connaissait toujours pas ce type au final.  Octave commença à rire de plein cœur

- Ah ah ah ah ! j’adoOoOoRe ah ah ah

Octave était tout à fait d’accord avec le type. Ce dernier aurait pu lui tirer une balle dans la tête, mais son cheval aurait sentie de mauvaises ondes et Octave aurait senti les symptômes de l’inquiétude de son animal. Il aurait pu aussi rester planté là, ou partir. Mais non, le type venait vers lui. A partir de là, octave pouvait parler franchement à cet inconnu.

Effectivement, je peux aller aux ranchs avec mon cheval, et je ne voudrais pas vous ralentir. Je viens voir si il y a possibilité d’acheter l’un des ranchs. Sauf si vous travailler dans l’un des deux, je voudrais pas vous manquer de respect.

Menteur tel un barbier, promettant à son client, qu’il n’égratignerait pas le visage en le rasant. Il remonta sur son cheval prêt à partir vers les ranchs. Tout ce qu’il voulait c’était du taf. Mais octave commençait à faire sa spécialité, raconté des histoires à des inconnus.

Je dois y aller. Et  Appeler moi jack, c’est plus convivial.

Comme au poker il commençait à partir dans des histoires inventé, juste pour le plaisir. Depuis le premier jour où il avait commencé a raconté des mensonges pour se sortir des évènements qui pouvaient le nuire, Octave ne savait pas qu’il n’allait plus s’arrêter et qu’il pouvait l’utiliser comme une arme de défense. Ce qui lui faisait peur, c’était les conséquences de ces mensonges, à un moment donné il était obligé de tuer. Il espérait ne jamais en arriver là avec ce type.

_________________
Tu peux croire ce que tu veux l'ami. Mais je te jure, il vaut mieux voir arriver l'ennemi au soleil couchant qu'en journée. parce qu'on peut voir son ombre de loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jarosław Koslowski
Conteur
avatar

Messages : 148
Points XP : 38

MessageSujet: Re: Faire connaissance des environs.   Dim 19 Jan - 15:17

Après quelques paroles jetées en l'air, l'étranger avança qu'il envisageait d'acheter un des Ranchs. Rien que ça. Ni plus ni moins. Jaro' , perplexe, qui avait cependant acquiescer d'un coup de tête la phrase de l'inconnu- ne mit pas longtemps à faire une association logique dans sa tête. Si l'inconnu disait la vérité – le polonais avait quelques doutes instinctifs vu le comportement de l'individu en question mais bon, il fallait bien partir d'un postulat-: s'il disait vraiment la vérité, alors, il devait être un chien de Baxter. C'était la seule option possible. C'était bien plus ou moins lui le maître de tout cela, à Sunset et dans les entourages. On n'essayait pas d'acquérir un Ranch comme ça, sans la bénédiction de Baxter, à moins d'être complètement fou. Et même dans ce dernier cas, on finissait soumis ou six pieds sous terre. Travailler dans un ranch n'était pas un risque et ouvert à tout le monde, sans aucun doute. Mais le posséder intégralement, c'était à coup sûr se mettre sous l'ombre du vieux Baxter, et par là même, aussi, forcément, de Jesse Montana, son bras droit. Ça sentait définitivement mauvais à tous les étages.

Jaro' s'était pour l'instant plus ou moins écarter de ces guerres claniques, s'était contenté de ramasser un peu d'argent et de collecter des infos. Il voulait attendre d'avoir l'arsenal, autant intellectuel que militaire, pour pouvoir décidément jouer de ces conflits, et en tirer profit. Mais d'ici-là, il préférait s'écarter un peu, se contenter d'éradiquer des groupes inférieures sans grands potentiels, tout en se faisant un peu d'argent. Il avait déjà un conflit latent avec Jesse, et envenimer la situation n'était pas encore à l'ordre du jour. Pas encore.

Quoiqu'il en était, l'homme face à lui était soit un charlatan, soit un chien de Baxter -présent ou en devenir-, soit un homme mort. En bref, Jaro' n'avait pas une grande envie de rester dans ses parages pour le moment. Il chercherait à davantage s'informer au sujet du bonhomme plus tard; l'ambiance et l'endroit n'était que peu propice pour extorquer la moindre chose à l'étranger. Là, maintenant, il se contentera simplement de partir.

Alors que l'étranger déclarait qu'il devait y aller, avançant dans sa dernière phrase qu'il s'appellerait «Jack», le polonais se contenta, de nouveau, d'acquiescer de la tête. Il ne lui retournerait sûrement pas la politesse. Il se faisait communément appeler Le Polak, et ne gardait son vrai prénom que pour lui pour le moment. Mais pour cet individu, un simple mouvement de tête suffirait bien. Une fois son geste effectué, les rênes en main, il fit tourner son cheval, et s'éloigna de la scène. Il sentait qu'avec l'arrivée de l'autre inconnu «Jack», tout comme d'autres personnages dont il avait entendu parler, il allait devoir redoubler d'effort.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Faire connaissance des environs.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Faire connaissance des environs.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TUTO] Faire des socles
» Faire des arbres?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» [Tutoriel] Une gourde sympa à faire.
» Faire disparaitre des traces de feutre permanent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Sunset Hill :: Aux alentours de Sunset Hill-
Sauter vers: