Bienvenue dans l'ouest sauvage Invité, nous sommes en début d'année 1874
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une expédition périlleuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
L'esprit de l'Ouest
Conteur
avatar

Messages : 1067
Points XP : 73

MessageSujet: Une expédition périlleuse   Dim 20 Jan - 15:29



Il fait à peine jour lorsque les volontaires pour récolter du bois se rassemblent devant les écuries. Poussés par le froid, ces braves n'ont plus d'autres choix que de sortir de leurs cocons douillets pour ramener l'espoir dans la ville. Déjà, bon nombre de citoyens se réunissaient par famille entière dans les maisons les plus chaudes, partageant le quotidien des propriétaires bien incapable de virer leurs voisins... Et pour l'instant toujours pas de redoux annoncé...

Aussi quelques uns étaient là ce matin pour affronter les éléments, les bêtes sauvages, voir même peut-être des indiens indélicats...
Mais ce qui faisait réellement frémir les plus courageux, c'était de se retrouver nez à nez avec les ombres... La populace savait désormais que ces bestioles craignaient le feu, mais hélas la ressource qui leur manquait le plus en ce moment était le carburant pour alimenter le foyer protecteur.

Ils étaient donc une vingtaine, armés pour la plupart, s'apprêtant à partir vers la forêt du sud. La caravane était remplie de personnages hétéroclites, chacun ayant une raison propre de courir l'aventure. Néanmoins, il fallait être aveugle pour ne pas voir Butch, un bûcheron affleurant les 2 mètres et son éternel morceau de chique en bouche. Il jurait comme un cocher acariâtre et motivait d'une verve sans pareil bêtes et humains. C'était lui qui allait diriger l'expédition et apparemment, il aimait bien que cela se sache.

A ses cris on comprenait que l'expédition allait bientôt prendre le départ et tant pis pour les retardataires...

[Vous pouvez intégrer ce sujet quand bon vous semble, il n'y a pas de limite de places ou de temps]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'innocente
Conteur
avatar

Messages : 281
Points XP : 50

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Mar 22 Jan - 18:38

La ville baignait encore à moitié dans la pénombre. Le gel recouvrait la moindre surface extérieure, et le froid saisissant ne laissait guère de chances aux quelques malheureux qui passaient la nuit dehors, ou même à ceux qui n'avaient plus assez de bois pour se chauffer. Il n'y avait pas foule devant les écuries de Sunset ce matin. Le peu d'homme ayant daigné faire acte de présence n'impressionnerait guère les guerriers Chiricahuas en déplacement constant dans la région. Malgré ce rude hiver, les indiens n'hésitaient à mettre à sac les rares caravanes qui tentaient de rejoindre la ville. Il ne restait plus qu'à espérer que la fortune accepte de sourire à ce petit groupe de braves pour la journée.

Lucius avait tenu à assister les bûcherons improvisés afin de veiller à ce que l'expédition se déroule sans anicroche. Le jeune prêtre ne reculait guère devant les travaux manuels : il fallait avouer que pour un homme de Dieu, sa condition physique lui permettait de manier la hache sans trop de difficulté. L'innocente espérait également que la présence d'un homme de foi donne du baume au coeur des citoyens. Il persistait tout de même une ombre au tableau, en plus des indiens : ces derniers temps, on rapportait de plus en plus d'histoires concernant les créatures maléfiques qui rôdaient durant les nuits glaciales, ainsi, ramener de quoi alimenter les feux était devenu vital aux yeux de la plupart des habitants.

La montagne de muscles qui se faisait appeler Butch s'égosillait au milieu du troupeau silencieux et transi de froid. Lucius s'était emmitouflé dans un épais manteau noir en toile doublé avec de la couverture qu'il avait acheté au grossiste du local en prévision de l'hiver. Il avait le col rabattu et rentrait sa tête entre ses épaules, essayant de penser à autre chose qu'à la température polaire environnante. Epreuve difficile : quand le prêtre ne pensait pas au froid, ses songes étaient tournés vers le mal qui surveillait Sunset Hill...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tequila Jo

avatar

Messages : 302
Points XP : 14

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Ven 25 Jan - 22:47



Le léger craquement de la neige, le même qu'un félin ou qu'une enfant foulant la glace. La démarche lascive, une forme emmitouflée sous une masse de peaux de bisons s'approchait de la caravane. A quelques mètres, elle semble s'arrêter avant de pousser son cri effroyable:

- Atchiiii !

Son mouvement involontaire de la tête fait chuter la capuche qui couvrait son visage et tous peuvent apercevoir nettement les traits délicats d'une jeune femme en train de pester:

- ¡maldito sea! C'est quoi ce pays ?!? Saleté !

C'est donc en ces termes fleuris que Joanna fait son apparition. Que pouvait-elle faire ici sans raison pécuniaire ? Cherchait-elle un moyen de rejoindre la chaleur de son Mexique natal? Ou était-ce simplement l'inactivité et le manque d'entraînement qui l'avait fait sortir de la bande de Leroy ?

En tout les cas plus d'un homme se demandait bien en quoi une pisseuse enrhumée pouvait leur être utile et lorsqu'elle vit Butch lui barrer la route, elle comprit rapidement qu'elle devait montrer patte blanche.
On ne répétera jamais assez qu'un grand sourire et un joli minois pouvait vous sauver la vie. En plus de ses minauderies habituelles, elle montra son fusil.

- Yé souis pas trop maladroite avec ça entre les mains, ça peut aider non ?

Le capitaine de l'expédition grogna avant de laisser la belle rejoindre la caravane. Elle posa son sac sur l'un des chariots et ses yeux cherchèrent du regard un visage ami. Elle pensait revoir Tom, son ami trappeur. Ca pourrait être amusant d'apprendre la chasse avec lui, plus amusant en tout cas que les bagarres autour des tables de poker...

Mais ce n'est pas sur lui que son regard se posa. Ses sourcils s'arquèrent en deux S parfait lorsqu'elle vit le curé du coin dans l'expédition.

On peut voler son prochain tout en étant une fervente croyante, aussi Joanna entre deux arnaques ne manquait jamais la messe du dimanche. Bien qu'étonnée au départ, sa présence la rassura. Avec toutes ces maudites ombres traînant autour de la ville, la présence d'un homme de Dieu pouvait être déterminante. Elle s'approcha donc de cet homme aux sermons si sages. Sa masse de vêtement l'empêchait de faire une révérence aussi se contenta-t-elle d'un hochement de tête:

- Bonjour mon père. Yé souis étonné de vous voir ici. Allez-vous nous accompagnez où êtes vous venus simplement nous donner votre bénédiction... ou les derniers sacrements ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francis Jefferson

avatar

Messages : 160
Points XP : 22

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Mar 29 Jan - 15:07

Lentement, une caricature d'ours sortant d'hibernation approcha du groupe de téméraires. Son pas semblait aussi lourd que précautionneux, sans doute afin d'éviter une bête chute sur la neige tassée qui commençait à devenir aussi glissante qu'un lac gelé.

Pourquoi une caricature d'ours me direz vous ? Pour la simple et bonne raison que la peau de bête portée par dessus son fin manteau de cuir ne sembla pas de toute première jeunesse. Ça et là, le poils semblait coupé à ras ou brulé, ne laissant que la peau tannée à nue pour protéger son porteur du froid.

Sans cela, il n'était que l'homme de tout les jours, Francis Jefferson, son chapeau rapiécé, sa sacoche et ses artifices, son holster de fusil et sa fidèle carabine reposant dedans. Un pauvre gosse qui devais s'imaginer qu'il aurait plus chaud en travaillant dehors qu'en s'ennuyant dans son lit.

Bien que certaines personnes lui soient familières, à commencer par le bon dirigeant de la paroisse, puis ensuite par l'odieuse mexicaine qui l'avait fait tourner en bourrique, il ne dit mot. Tout au plus un signe de tête au massif dirigeant de l’expédition avant de remonter sa vilaine fourrure sur son nez et d'abaisser la tête pour que le vent du nord ne lui vole aucune larme, stoppé par son couvre-chef bien vissé sur son crâne.

Ainsi le jeune homme chemina jusqu'au centre du groupe. Sa main droite tenant la fourrure en place tout en enserrant un petit paquet d'allumettes tandis que sa main gauche "caressait" la crosse de son fusil... Il n'était pas assez fort pour manier une hache et sans doute même pas assez pour tirer ou pousser un chariot convenablement, mais au fond, même un gringalet comme lui pouvait servir, quitte à se transformer en appât humain pour détourner les dangers à venir... Voila pourquoi il s'imaginait avoir le droit d'en être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'esprit de l'Ouest
Conteur
avatar

Messages : 1067
Points XP : 73

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Lun 4 Fév - 20:40

- Allez, c'est parti bandes de moules !

Voilà, c'était fait, Butch avait donné le départ et bientôt la caravane de tête commença son long périple vers la prochaine forêt. Les autres citoyens donnaient leurs dernières acolades aux êtres aimés tandis que les curieux saluaient nos vaillants amis d'un signe de main.
Il fallait maintenant pour tequila et Lucius arrêter les bavardages et trouver leur place dans le cortège. Toujours sérieux, Francis semblait déjà avoir vu la sienne...


Les kilomètres allaient être nombreux, le froid pénible et sans doute la conversation, le seul moyen pour les hommes de se réchauffer au moins l'âme...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'innocente
Conteur
avatar

Messages : 281
Points XP : 50

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Mar 12 Fév - 18:55

Dans le semi brouhaha ambiant, Lucius se concentrait, fixant un point quelconque à l'horizon. Il tentait de réguler le rythme de sa respiration de manière à réchauffer son écharpe avec son souffle. Respirer par le nez, expirer par la bouche. La voix d'une jeune femme le fit sortir de ses songes dans un léger sursaut. C'était une pratiquante régulière qu'il voyait à la plupart des offices dominicales et de ce qu'il se souvenait pour avoir un peu discuté avec elle, elle se prénommait Joanna. La demoiselle se tenait devant lui armée d'un fusil, mais ce détail n'avait pas choqué le moins du monde le prêtre qui en avait vu de belles depuis son arrivée. De plus, la présence d'une personne armée dans ce genre d'expédition était plutôt rassurante. La question de Joanna était piquée d'une pointe d'humour noir, aussi, il s'efforça de sourire gentiment malgré le froid qui lui tirait la peau, avant de répondre posément.

- Et bien, comme vous pouvez le voir mon enfant, je me suis dit que montrer l'exemple et aider directement la communauté par les temps qui courent était la seule chose que je puisse faire d'utile. Après avoir expiré un nouveau nuage de condensation il repris. Et en y regardant bien, les fidèles ne viennent plus dans mon église étant donné que la grande salle n'est pas chauffée...

Le signal du départ retentit alors que Lucius essayait de terminer sa phrase avec une touche positive, mais la caravane se mit en marche obligeant le jeune prêtre à se mettre en route. Il observa la jeune femme avec un sourire discret et l'invita à le suivre silencieusement le temps de l'expédition jusqu'à la forêt, pensant qu'elle accepterait sa compagnie pour le trajet.

Le groupement quittait la ville comme un dernier soupir s'échapperait de l'enveloppe corporelle. Chacun savait pertinemment que cette expédition ne serait pas une partie de plaisir et tous surveillaient les abords de la route, prêt à faire feu au moindre craquement de branche. Ils étaient tendus non pas à cause des bandits -ces derniers avaient énormément calmé leurs activités illégales suite au climat- mais ils se méfiaient du reste... Le reste, les "choses" dont on osait à peine parler sans être pris d'un mal intérieur qui tordait les boyaux. L'innocente avançait en observant le sol, mais il semblait aux aguets. Il avançait en tenant son crucifix fermement dans sa main droite comme s'il priait intérieurement. Il fini par chercher Joanna du regard avant de se rapprocher d'elle, pour éventuellement parler et faire passer le temps, car après réflexion, une personne armée était un meilleur allié qu'un cheval apeuré.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tequila Jo

avatar

Messages : 302
Points XP : 14

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Dim 17 Fév - 19:43

- Et bien, comme vous pouvez le voir mon enfant, je me suis dit que montrer l'exemple et aider directement la communauté par les temps qui courent était la seule chose que je puisse faire d'utile. Après avoir expiré un nouveau nuage de condensation il repris. Et en y regardant bien, les fidèles ne viennent plus dans mon église étant donné que la grande salle n'est pas chauffée...

- "C'est pas faux. L'église est si froide en ce moment, qu'on a toujours prêt d'aller rejoindre nos aïeux plus tôt que prévou dourant vos sermons...
" répondit-elle avec un grand sourire angélique.


A peine eut-elle terminée sa phrase que le guide du groupe lança la caravane vers le sud. Le prêtre lui emboîta le pas, elle le suivit un temps avant de poser son packtage et ses petites fesses rebondies dans une carriole encore vide. Si elle pouvait éviter de faire l'aller à pied, elle ne se gênerait pas. Après tout, c'était au retour que les bêtes allaient peiner. Et puis ça lui permettait de regarder un peu qui avait pris part à l'aventure. Elle ne vit personne de sa connaissance dans un premier temps. La caravane avait déjà fait un bon bout de chemin lorsque le père Lucius se rapprocha d'elle. C'est toujours bien d'avoir un ange gardien lorsque l'on connaît les menaces qui entourent la ville. Tequila en frémit rien qu'à l'idée. Comme pour se rassurer, elle demanda au prêtre:

- Vous croyez qué l'on va en rencontrer ?

Inutile de rajouter quelque chose sur ce en. La seule chose qui pouvait faire peur à une vingtaine de fiers bons hommes n'étaient en rien des dangers communs.

Son regard se figea dans le lointain, enfin non, pas si loin, disons plutôt sur le type qui avait pris les mêmes précautions vestimentaires qu'elle. Une sorte d'ours mal léché et associable... C'est vrai qu'elle n'avait pas pu voir sa tête à celui-là avec la tonne de fourrures qu'il se trimbalait.
Tiens une connaissance, le marchand du Drug store, qu'est-ce qu'il foutait là lui ? Il ne faudrait pas qu'il en profite pour décliner sa véritable identité; après tout, il s'était retrouvé deux fois dans un camp différent, notamment à la banque.
La belle pris congé du vénérable curé:

- Excousez-moi senor, yé oune envie pressante, l'appel de la natoure, tout ça...

Hop, elle se laissa tomber de la charrette pour se diriger vers l'homme ours et s'adresser à lui en ces termes.

- Yé dois aller pisser, toi tou viens m'escorter !

Son ton était plutôt autoritaire, c'est qu'elle préférait prendre les devants avant que ça finisse peut-être en eau de boudin. Elle avait besoin d'une entrevue privé pour le sommer de ne pas faire de vagues, en tout cas, c'est ce que l'on pouvait lire dans son regard de braise...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francis Jefferson

avatar

Messages : 160
Points XP : 22

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Lun 18 Fév - 14:59

Enfin, ils s'étaient tous mis en marche, et c'était franchement pas malheureux de pouvoir enfin bouger tant la peur de geler dans l'immobilisme devait mouvoir tout ceux qui préféraient la marche à la glandouille sur un canasson ou une remorque. Et même en se remuant bien, le froid perdurait, flottant dans l'air, prêt à profiter de la moindre bourrasque pour paralyser leurs corps dans son étreinte glacée.

Toujours courbé et bien protégé par sa fourrure au rabais, le jeune homme plongeait ses bottes dans la neige, parfois si profond qu'il s'en fallait de peu qu'il n'en emporte un peu avec lui. Ainsi, son pas se faisait lent, cependant, moins lent que ceux des gros bras qui peinaient à se dépêtrer de la bouillasse avec leurs gros pieds d'ours.

A cette heure-ci, Francis se dit que, pour sur, les Indiens devaient bien se moquer d'eux. A se voir patauger comme ça avec de grosses bottes, on croirait presque possible de rester à la surface de la neige avec ces foutus mocassins... Cela devait aider bien des peaux rouges à plier bagage vers le Sud et de revenir avant la fin de l'hiver pour que la moindre bête en hibernation n'ait pas le temps de s'apercevoir de leur absence... Ou tout du moins, c'est comme ça que cela se déroulait dans la tête de ce grand gamin, un gamin tel qu'il n'a jamais vraiment parlé à un vrai natif, hormis par le feu et la poudre, à des rares reprises...

Dans ses pensées, le jeune homme se permis de vérifier si le vent s'était un peu calmé, en profitant pour observer quelques peu les alentours, aussi bien la nature environnante que le contenu du groupe hétéroclite. Bien mal lui en pris puisque, brièvement, son regard croisa celui de la mexicaine, ce qui le démasqua sans aucun doute, ce dont il s'aperçut fort rapidement lorsque cette dernière quitta le prêtre.

Assez prestement, Francis troqua ses allumettes contre sa carabine, et ce sans même ouvrir sa fourrure. Quel ne fut pas sa surprise de la voir s'adresser à lui comme à un inconnu qui ne se poserait même pas de question à l'idée d'avoir l'opportunité de mater un petit cul nu, ce qui aurait le fort avantage de réchauffer un peu cette putain d'ambiance glacée...

Quoi qu'il en soit, bien décidé à ne pas se laisser surprendre, le gamin chargea ostensiblement sa carabine et suivit la jeune femme du mieux qu'il put, daignant enfin ouvrir sa fourrure pour plus de facilité de tir, et même à lever le nez, quitte à se faire balayer sa fausse barbe de trois jours (sans doute une barbe d'une semaine et demi vu son âge...) par les vents glacés, pourvu qu'il puisse observer chaque fait et geste de cette femme en laquelle il n'avait nullement confiance à cet instant.

Hum ? Bien sur qu'il resta silencieux ! Pas envie d'être celui qui se déconcentrera et qui prendra une balle dès qu'il ouvrira la bouche ! Ha oui, mais vraiment vraiment pas confiance là hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'esprit de l'Ouest
Conteur
avatar

Messages : 1067
Points XP : 73

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Lun 18 Fév - 15:28

Le départ de la jeune femme ne passa pas inaperçu chez les mâles et beaucoup poussèrent un râle fataliste à l'idée qu'elle parte dans un coin reculé avec un autre homme.

Un des bûcherons à la barbe rousse se rapprocha du prêtre laissé en plan. l'homme était costaud et portait une couche épaisse de fourrure surmonté d'une tête d'ours comme capuche. Le froid n'avait pas encore piégé sa mâchoire et il s'adressa au prêtre avec un fort accent rural:

- Ha, la salope ! Jamais vu une chaudasse pareille... Sûr qu'y vont s'décongeler tous les deux derrière l'rocher d'à côté.


Il ponctua sa répartie d'un crachat bien senti et reniffla sans grace:

- Moi je dis, si elle est si forte au fusil, elle a pas besoin d'escorte... Juste une excuse tout ça. 'Fin si c'est vrai ça lui évitera les voyeurs... Ca va mon père ? Pas trop fatigué ? Un p'tit coup gnole pour te requinquer ?

Le bûcheron lui offrit son sourire moins quelques dents perdus lors de rixe au saloon...

Même si la caravane se traînait lentement, il ne faudrait pas que le couple s'attarde trop longtemps. A Sunset Hill le danger rôde toujours quelque part...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'innocente
Conteur
avatar

Messages : 281
Points XP : 50

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Mar 19 Fév - 18:56

Joanna venait de poser une question qui dérouta le jeune prêtre. Qu'avait elle voulu laisser entendre ? Que pouvait bien signifier ce "en" qui se voulait peu rassurant ? Lucius le savait bien : à vrai dire, l'Innocente espérait réellement "en" voir, et ce, pour deux raisons. Premièrement, l'enquête qu'il devait mener pour le compte de ses commanditaires anonymes piétinait, aussi, un peu de faits agrémenteraient ses rapports quasi vierges jusqu'à maintenant et paradoxalement, le fait de voir de ses propres yeux ces "choses" qui faisaient trembler même le coeur des plus braves, le rassurerait. Il pourrait alors se mettre en quête de l'endroit où ils se terraient. Lucius était plus qu'enthousiaste à l'idée de reprendre du service et de dégripper un peu ses réflexes. La vie de prêtre au sein de Sunset n'était pas non plus de tout repos, mais s'entraîner sans cible mouvante devenait lassant.

Le jeune prêtre était tellement plongé dans ses pensées qu'il n'avait pas remarqué le départ de la Mexicaine qui s'était éclipsée afin de parler à un individu dissimulé sous une masse incalculable de fourrure. Avant que les deux ne disparaissent dans la forêt longeant la route, l'homme ours avait rechargé son fusil comme pour faire comprendre aux rôdeurs alentours que toutes tentative serait vaine. Lucius expira une grosse bouffée de condensation et se frotta les mains pour tenter de les réchauffer, lorsque son exercice fut perturbé par un homme à l'allure gaillarde, avec un air plutôt jovial en cette journée dont la gaieté n'était pas à l'honneur. L'homme lui adressa la parole en regardant en direction de Joanna et de son nouveau compagnon, tout en jurant fortement, laissant entendre une pointe de jalousie dans sa voix. Le prêtre lui sourit sympathiquement en haussant les épaules et repoussa d'un geste poli la fiole qu'il lui tendait. Il regarda le bougre ne pouvant s'empêcher d'imaginer que cet homme faisait cela pour protéger sa famille, et ne put s'empêcher d'afficher un air triste. Il répondit à l'homme tout en continuant d'avancer péniblement dans la neige.

- Racontez moi un peu votre vie pendant que nous avançons, mon fils. Pourquoi êtes vous venus ici ? Que faisiez vous au sein de notre communauté ?

Lucius n'avait pas l'esprit a reprendre et sermonner un fidèle qui venait de jurer devant lui, aujourd'hui il allait falloir être plus ouvert d'esprit, d'autant plus si les forces du mal décidaient de se montrer enfin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tequila Jo

avatar

Messages : 302
Points XP : 14

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Jeu 21 Fév - 21:58

Francis la laissa passer devant... Elle attendit qu'il rechargeait son arme en la suivant et tout ça sans dire un mot. Bonjour l'ambiance ! Soit le gamin avait la trouille soit il se préparait à faire éclater la tête de la belle brune...

Une fois qu'ils furent rendus assez loin du groupe, elle essaya de réchauffer l'atmosphère...

- Pour oune fois qu'on se retrouve dans le même camp, tu pourrais me dire des trucs sympas genre "Ta voix chantent l'espoir et tes yeux l'avenir"... ha non, c'est vrai, à tes yeux, yé souis un être méprisable, de la "racaille", c'est bien ça que tou disais la dernière fois... Alors forcément tou né daignes pas me parler... Ok, y assume. Par contre, donne ma véritable identité et ma première balle sera pour toi. Hormis ça, puisqu'on fait équipe, tou n'as rien à craindre, y é té protègerait. Mais y'imagine que ça tou le crois pas... Bon, c'est pas tout ça mais...


La main de la mexicaine s'envole vers sa carabine qu'elle laisse au pied de Jefferson. elle fouille encore dans sa fourrure et mets également son colt à ses pieds, puis commence à enlever nonchalamment les pelures qui sont au-dessus de son pantalon...

- Ca c'est mes armes, alors maintenant qué tou n'as plus rien à craindre, y'aimerais bien qué tou te retournes pour qué y é pouisses faire mes besoins.


Qu'il se retourne ou pas, Joanna, finira par enlever son pantalon pour faire pipi, continuant à parler dans le vent.

- C'est triste à dire, mais à part toi et le prêtre, yé crois qu'il n'y a personne d'autres à qué yé peut faire confiance... Sans du moins risquer ma vertu...


Accroupie au-dessus de la neige, on entend un filet d'eau chaude faire fondre la neige...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clive Simpleton Palmer

avatar

Messages : 59
Points XP : 45

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Jeu 21 Fév - 22:15

On ne l'avait pas vu, on ne l'avait pas encore entendu, mais certains pouvaient dire qu'ils l'avaient déjà senti depuis le départ... Le vieux Clive était également de la partie, pestant et peinant comme un ivrogne englué dans de la mélasse, mélangé à la foule tel un vrai caméléon, sous une épaisse couche de fourrure animale. Certains pensaient que l'odeur provenait de la fourrure, mais ceux là étaient dans l'erreur. Le vieux pistolero ne sortait plus beaucoup de sa chambre du triple $ à cause du climat. Il passait donc son temps à se réchauffer comme il le pouvait et comme tout bon alcoolique trop vieux pour l'exercice le ferait. Malgré le fait que l'ingéniosité de soit pas son fort, il avait tout de même réussi à remarquer que sa crasse naturelle lui conférait une protection confortable contre l'agression du froid. Voilà quelles étaient les raisons de l'état du mercenaire passé, de celui qui tirait les bouteilles plus vite que son colt du holster, mais qui mine de rien, visait aussi bien une puce sur le dos d'un chien que sa bouche dans une pièce totalement noire.

Clive avançait en peinant comme une bête dans les centimètres de neige qui lui glaçaient presque les bijoux de famille. Il crachait par la bouche tout ce que son nez aspirait ne laissant presque pas le temps à l'air d'oxygéner ses poumons. Bon dieu, mais qu'est ce qu'il foutait là ? Pourquoi avait il tenu à prouver à cette vieille canaille de Flint qu'il était encore bon à quelque chose ? Il n'y a bien que lui même qui y croyait encore. Pendant la marche, Simpleton aperçu une donzelle s'éclipser avec un animal dans les bois, mais il n'avait pas la force d'alerter qui que ce soit. Ce n'est que quelques minutes après qu'il comprit enfin que c'était une expédition pour je ne sais quoi, je ne sais où. "Comprendre" n'était peut être pas le mot, mais il avait cessé de s'inquiéter pour la demoiselle.

C'est alors qu'un bruit parvint à ses oreilles, un bruit reconnaissable entre mille : Celui d'un liquide spiritueux qui léchait délicatement les parois métalliques d'une fiole à gnôle. Clive n'avait plus qu'un objectif en tête, retrouver le possesseur de cet artéfact sacré qui lui donnerait la force supplémentaire nécessaire pour mener à bien la mission du jour, à savoir... En fait il ne savait plus pourquoi il était là, il ne pensait plus qu'à retrouver la provenance du son.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francis Jefferson

avatar

Messages : 160
Points XP : 22

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Ven 22 Fév - 2:53

Lorsque enfin, le duo fut assez à l'écart du groupe, la mexicaine se stoppa, interruption immédiatement suivis par le jeune homme. Non, il ne pensa pas à la braquer, sans doute qu'il ne se montra pas encore assez méfiant ou, qu'au fond, il était juste un peu con ou lent...

Serrant et desserrant sa carabine entre ses mains, Francis tenta tant bien que mal de réchauffer ses doigts nus. Eh oui nus, qui peut prétendre tirer convenablement avec une carabine avec des foutus bouts de cuirs entre l'index et la gâchette ? Quoi qu'il en soit, pour l'instant, le gamin douillait, aussi n'eut-il pas tant à redire sur les arguments de sa comparse du jour. Il se contentera de grommeler quelque chose en voyant les armes s'enfoncer dans la neige fraiche, son regard ne montrant pas une grande empathie.

Mais, malgré cela, il s’exécuta, bien que lentement, lorsque Joanna lui demanda de lui tourner le dos. C'était pas la joie, mais Francis n'était pas homme à croire qu'on put désirer sa mort en se donnant autant de mal à se délester de son matériel.

Et puis voila quelle commence à lui parler de confiance... Et en fait, quelle continue à parler alors qu'il entend distinctement que ce n'est pas le moment. L'on passera rapidement sur le fait que Francis est un homme, et qu'à se titre, bosser dans le chemin de fer ne l'a pas amené à fréquenter le genre de femmes aussi pieuses que lui... Bref, ça lui tournera un peu dans les méninges, mais cela demeurera succinct, quelques pensées impures qu'il se promettra de confesser dès que possible.

Néanmoins, ce bref émoi ne le gênera pas pour répliquer, quoi que, encore une fois, cela ne lui paraisse pas être le bon moment :


- Je doute quelques peu de votre confiance. Autant il me parait stupide que je choisisse le pire moment pour jouer au délateur, autant ne comptez pas vous attirer ma sympathie par ce que je la boucle. Contentez vous de faire votre travail et de me laisser faire le mien en toute quiétude. Si il nous arrive malheur, le peu de vertu qu'il vous reste sera le dernier de vos soucis... Il restera bien notre prêtre pour tenter de racheter votre âme au diable.

Immobile, le gamin se sentit trembler, endoloris par le froid. Il lâcha alors le canon de sa carabine pour serrer et desserrer le poing, soufflant dessus avant de risquer un regard par dessus son épaule, et surtout balancer une question plus claire et plus directe.

- Vous ne pouviez pas prendre vos précautions avant de partir ? C'est vraiment pas le moment de prendre racine, encore moins à l'écart de tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'esprit de l'Ouest
Conteur
avatar

Messages : 1067
Points XP : 73

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Ven 22 Fév - 11:02

- Comme tu veux...

Le bûcheron prit une nouvelle lampée d'alcool tout en écoutant les questionnements de Lucius. A vrai dire, il ne s'était jamais posé trop de questions, en tout cas, il ne les avait pas creusé plus que ça... Un esprit aguerri aurait sans doute répondu; pour la liberté d'être un homme, de se confronter à la nature, d'errer dans des espaces immenses invitant à la rêverie et à la méditation sur soi-même, la découverte des mystères de l'Ouest, l'échange avec de nouvelles cultures indigènes ou encore la simple joie d'être le pionnier d'un univers inexploré. Pour sa part, il répondit:

- Pour le fric. Là où y a de l'or, y a du pognon à se faire quand on sait couper un arbre. L'exploitation des filons demandent du bois, beaucoup de bois... Et comme mon père était bûcheron, ben quand y m'a foutu d'hior, j'ai continué dans c'qui m'a apprit...


Il ponctua son discours d'un nouveau crachat sur le sol. Et pendant qu'il devisait tout en marchant sur les corrections paternels et le système éducatif des familles pauvres du 19ème siècle, dans le bois qui commençait à fondre à mesure de l'avancée de la caravane, se tramait des choses inquiétantes...

Je ne parle pas de la conversation entre Francis et Tequila, mais d'une menace à quatres pattes et aux dents acérées...

Ha les femmes, toujours prêtes à nous mettre dans des situations compliquées...

Si d'ordinaire les loups évitaient les humains, les conditions hivernales étaient telles que la faim les poussaient à attaquer tout ce qui était fait de chair fraîche... Aussi, alors que la demoiselle se rhabillait, le couple pu entre un grognement sinistre et inquiétant.

Ils découvriront bientôt que 5 loups les entoure, crocs au vent et bave aux lèvres. 2 des plus courageux lanceront la charge, l'un sur Francis et l'autre sur Tequila...

___________________________________
[Toucher/blesser un loup faire 6 et au moins 8 pour le tuer directement. Tequila à un malus de 1 (pas de protection des mains, armes dans la neige et pas à dans ses mains...)
Les gens de la caravane ne peuvent pas entendre les grognements, par contre, un coup de feu il ne le louperont pas...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tequila Jo

avatar

Messages : 302
Points XP : 14

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Dim 3 Mar - 19:21

Bon, déjà il ne voulait pas la dénoncer. C'était déjà un bon point, même si le tout avait été prononcé avec tout l'amourqu'il pouvait y avoir entre un vendeur d'esclave et sa marchandise. Qu'est-ce qu'il pouvait être désagréable celui-là... Juste parce qu'elle l'avait braqué une fois. Elle lui avait rendu son fusil en plus... Trop bonne, trop conne comme disait le proverbe. Cet homme était un véritable ours ronchon et rancunier.


- Vous ne pouviez pas prendre vos précautions avant de partir ? C'est vraiment pas le moment de prendre racine, encore moins à l'écart de tout le monde.


Allez, c'était reparti... Il fallait vraiment lui expliquer la vie à celui-là:

- C'est que... y'avait déya pris mes précautions avant de partir... Mais yé souis une fille et les filles ça fait pipi souvent ! Vous croyez qué ça m'amouse de me mettre le cul dans la neige ? Yé parie que vous n'avez pas eu de soeur vous...


Elle se leva pour se rhabiller. Alors qu'elle rattachait son pantalon, elle entendit un grognement sinistre. Mais quel plaie franchement ce type, elle le rabroua:

- Ma, vous savez faire quelque chose à part râler et grogner tout le temps ? Qu'est ce que vous pouvez être pénible à touyours faire la gueule!


Non, mais quel connard ce type ! Et en plus il recommence...
Quoique cette fois la belle pu nettement entendre que ça venait de derrière. Elle se retourna avant de comprendre l'horrible vérité: Ils étaient encerclés par des loups affamés. D'ailleurs, l'un d'eux fondait sur elle.

Avec ce froid, ces mains étaient engourdis, elle n'aurait sans doute pas le temps de viser. Il allait falloir improviser. Tequila se jette sur la carabine, empoigne le canon du fusil et va tenter de l'utiliser comme une batte de base-ball pour frapper le loup lorsque ce dernier lui sautera à la gorge...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La main du destin

avatar

Messages : 227
Points XP : 99

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Dim 3 Mar - 19:21

Le membre 'Tequila Jo' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francis Jefferson

avatar

Messages : 160
Points XP : 22

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Dim 3 Mar - 20:23

Bien évidemment, il aurait fallut rêver pour que la mexicaine se contente de prendre sur elle les remontrances. Cependant, la remarque sur sa famille eut un effet quelques peu immédiats. Et cela tombait bien, il avait toujours la tête tournée par dessus son épaule, même si sa fourrure lui bouchait la vue :

- Sachez que j'ai eu des sœurs... Je me rappelle aussi très bien de ma propre mère allant sans arrêt se soulager... Quand elle était enceinte de mon dernier frère !

Une petite pique lancée comme ça, le jeune homme douta fort qu'une femme comme elle puisse être assez maladroite pour laisser un mâle jouer avec elle pendant son cycle... Déjà qu'il lui sembla douteux qu'un homme puisse seulement partager sa couche avec elle.

Mais alors qu'il continuait à penser à ce genre de trucs franchement pas glop dans son esprit de jeune adulte, une odeur musquée, suivis d'un faiblement grognement eveilla son attention. Il regarda alors devant lui, quelques peu pétrifié devant la surprise de voir des bêtes sauvages si prêt d'eux alors qu'il pensait faire le guet convenablement.

De ce fait, les quelques mots de Joanna se perdirent dans l'air avant que elle même ne comprennent. Juste le temps pour Francis d'épauler son arme, faisant dans le même temps chuter sa fourrure sur le sol. Bien sur qu'il allait tirer sur ce satané loup enhardi !

Et nous dirions même plus que, coup au but ou pas, il ne se laisserait pas aller. Quitte à devoir sauver ses miches, autant faire les pires expériences, comme se souvenir de comment on se fait respecter d'un chien sauvage. Un chien sauvage, s'pas loin d'un loup !

Du coup, cela le poussera, en oubliant le ridicule qui puisse en découler, à se mettre à montrer les dents et à grogner lui même en se forçant à rompre le contact entre sa peur lui tenaillant l'estomac et son regard qu'il fit aussi dur que possible. Le but était là de faire comprendre aux autres bêtes qu'il valaient mieux pour eux de s'enfuir... Un peu désespéré vu qu'elles étaient déjà là car totalement affamées, mais cela se tentait... Au moins le temps de charger une nouvelle cartouche et d'épauler pour faire sa fête à la menace la plus proche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La main du destin

avatar

Messages : 227
Points XP : 99

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Dim 3 Mar - 20:23

Le membre 'Francis Jefferson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'esprit de l'Ouest
Conteur
avatar

Messages : 1067
Points XP : 73

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Lun 4 Mar - 11:38

Dans les bois...

Deux loups attaquent...

Le premier fond sur une jeune femme frêle et fragile. Une proie facile, voilà ce qu'il dû penser avant de se prendre la crosse d'une carabine en pleine face. La force du désespoir donnait à Tequila une violence de bourrin et s'il n'y eut pas ce malus de -1, sans doute la bête serait-elle morte sur le coup.

En attendant la bête fut projetée loin de la belle et tomba dans les limbes de l'inconscience. Knock Out, un joueur de sorti, Tequila:1 - Loup :0

Mais déjà, comme pour venger son frère un nouveau lupius chargea sur la demoiselle.

De son côté, la mise en garde buccale de Francis freina légèrement le loup, juste le temps de charger son fusil et de tirer. Mais la peur ou le simple fait que le loup bouge trop lui fit rater son coup. La détonation résonna au loin et le loup sauta sur le bras du cow-boy, ses crocs déchirants les pelures jusqu'à atteindre le sang du vendeur de quincaillerie.

Le coup de feu avait légèrement apeuré les deux autres loups restés en retrait. Néanmoins, l'un d'eux, boosté par le courage de son frère commença à contourner Jefferson pour plus tard l'attaquer courageusement par derrière... Le dernier loup lui commençait à lécher le museau de son compatriote tombé au combat. Peut-être pour s'assurer que ce dernier n'était pas mort...


La caravane

Les membres de la caravane entendent distinctement un coup de fusil. Cela provient du coin où Tequila et Francis sont partis, sûr ça aucun doute possible. Si la caravane s'arrête, que les chevaux hennissent de frayeur, la plupart des colons restent sur place en essayant de calmer les chevaux. les héros ne vivent pas vieux et ils le savent tous...

Si néanmoins une poignée d'individus chevronnés part à leur secours, ils n'arriveront pas tout de suite à portée de révolver. Au mieux pourront ils voir de loin le début du deuxième round. Ceux munis d'une carabine pourront tenter leur chance et peut-être atteindre un loup [même condition que les autres, 6 pour blesser, 8 pour tuer]. Les tireurs d'élite pourront essayer leur révolver. Néanmoins, à cette distance, il leur sera beaucoup plus difficile d'avoir leur objectif [malus de 2].
Pour les autres, il leur faudra faire preuve d'imagination pour aider leurs camarades à cette distance, mais rien ne vous empêche de continuer à courir pour être à portée au prochain tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clive Simpleton Palmer

avatar

Messages : 59
Points XP : 45

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Lun 11 Mar - 20:32

Une détonation retentit comme un coup de tonnerre, alors que le cortège avançait prudemment, guettant le moindre danger. C'était comme si le temps s'était arrêté l'espace de quelques secondes, quelques un sursautèrent, d'autre fermèrent les yeux et restèrent figés de terreur alors que les derniers avaient dégainé leur arme, déterminés à en faire usage sur la première silhouette menaçante qu'ils croiseraient. Clive ne faisait parti d'aucun de ses groupes. De sûr, il ne comptait pas se ruer tête baissée vers l'origine du coup de feu, d'autres bien plus jeunes et bien plus vaillants le feraient pour lui. Non, Clive restait focalisé sur son premier objectif, trouver la personne en possession du flacon de gnôle et lui taxer une gorgée. Alors que quelques courageux se dirigèrent vers l'endroit où la jeune femme et le grossiste s'étaient éclipsés quelques minutes auparavant, Clive en profita pour scruter alentours, à la recherche de son sauveur parmi la foule quelques peu amoindrie. C'est alors qu'une étincelle de joie vint illuminer son regard. Il ne s'agissait en fait que du reflet de la petite fiole métallique que tenait un gaillard à l'allure de bûcheron qui venait frapper la rétine du vieux pistolero, mais ce dernier souriait tout de même, il venait de trouver le trésor qu'il cherchait.

D'un pas décidé, il se faufila en jouant des coudes à travers la petite foule afin de se rapprocher du gros bûcheron qui cherchait encore la provenance du coup de feu un peu hébété. Il se tenait à côté du prêtre de Sunset, un homme que Clive fréquentait rarement, préférant les lieux de jeux et de débauche aux lieux de culte. Le vieux pistolero s'approchait rapidement du solide gaillard avant de lui tapoter l'épaule franchement afin d'être sûr que ce dernier sente quelque chose. Lorsque le bûcheron se retourna étonné, Clive fit mine d'être affaibli et un peu paniqué.

- Vite mon vieux, le coup de feu venait de la petite clairière plus loin là bas. J'irais bien moi même, mais je suis bien trop vieux et trop faible pour affronter le danger. Tu m'as l'air solide toi, tu peux sûrement en découdre facilement, mais tu devrais te débarrasser de ce qui pourrait te gêner pendant l'action. Il fit mine de scruter le bonhomme en face de lui. File moi ta fiole je vais te la tenir le temps que t'ailles secourir la veuve et l'orphelin, ce serait trop bête que tu la paumes...

Simpleton attendait la main tendue vers son interlocuteur. Il simula une petite quinte de toux pour ajouter de la crédibilité à son jeu d'acteur, digne d'une mauvaise pièce de théâtre. Pour sa défense, Clive n'avait jamais vu une seul pièce, étant allergique à la culture...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tequila Jo

avatar

Messages : 302
Points XP : 14

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Dim 17 Mar - 15:20

BLAM !


Voilà ce que l'on pu entendre à côté de la jeune femme suivi d'un "kaï" déchirant de la par du pauvre loup. Enfin pauvre, elle l'a quand même bien cherché la sale bête.
Joanna savait qu'elle n'aurait sans doute pas autant de chance la prochaine fois et rapidement, ses mains glissèrent le long du canon pour retrouver le côté crosse du fusil.

De l'autre côté, elle voyait que Jefferson avait plus de mal à se défaire de son loup. Franchement qu'est-ce qu'un vendeur de clous faisait dans une expédition aussi dangereuse ? Les mots qu'elle venait de prononcer tournait en boucle dans sa tête: "Yé te protègerais !"...

Le dilemme étant qu'un autre loup fonçait sur elle. Mais le frêle jouvenceau risquait bien de se faire ouvrir la gorge rapidement, il n'avait pas un physique de guerrier.

Tequila Jo ronchonna et commença à viser. Mieux valait ne pas rater son coup, sinon, on pouvait dire Adieu au vendeur de clous... Elle ferma un oeil, prit le temps de viser et tira.

Elle ferma ensuite les yeux. Son épaule protégeait sa gorge de l'attaque frontale de l'autre loup. Elle avait beau être une dure à cuire, ça allait sans doute piquer là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La main du destin

avatar

Messages : 227
Points XP : 99

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Dim 17 Mar - 15:20

Le membre 'Tequila Jo' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francis Jefferson

avatar

Messages : 160
Points XP : 22

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Jeu 21 Mar - 14:05

Hélas, visiblement les bêtes semblaient si affamées quelle ne craignaient même plus de s'attaquer à fort parti. La malchance voulut qu'il manque également son tir, un mauvais coup du destin, l'adrénaline, son manque d'exercice, qu'importe.

Avant-même d'avoir put recharger en vitesse, la bête se jeta sur lui et le fit chuter mollement dans la neige pour s'agripper à son bras. Secoué violemment, son fin manteau de cuir, puis sa chemise en dessous, se déchirèrent rapidement pour que son bras subissent les outrages de la nature. A cet instant, perdant toute notion d'espace et de temps, le gamin se sentit un peu paniquer. Son visage se tordit sous une peur bien réelle alors qu'il tentait d'ôter son bras meurtrie de la gueule de la bête, allant jusqu'à rapprocher dangereusement son bras de son visage pour cela et oublier qu'ainsi, il facilitait le travail de l'animal, aussi bien pour son bras que pour son décès.


- Francis, eh Francis ! Lève toi, c'est ton tour.

En cette lointaine nuit, il n'avait même pas eu le temps d'entre-ouvrir les yeux qu'il s'était sentis redressé par le col puis mis debout en un rien de temps. A 13 ans, il n'était pas bien lourd, mais son père n'en était pas moins costaud. Puis, manquant de retomber sur sa paillasse, on lui colla une carabine dans les bras avant de le laisser se saisir de lampe à huile qui dansait devant ses paupières fermées.

- Papa, ça ne sert à rien. Je ne sais pas faire, tirer sur un volatile dans un champs... Mais pas me confronter à des chiens ou des loups...

A moitié ensommeillé, il s'était sentit saisis par les épaules avant de ramasser une petite claque bien sentie sur la joue gauche. Le visage qui lui faisait face était sévère, mais le gamin savait cela indispensable pour lui faire comprendre qu'il n'était plus temps de rigoler.

- Tu as un fusil, une voix et des bras. Qu'importe que tu loupe ton coup, si tu voit une bête, tu tire. Et si elle est trop affamée et quelle t'attaque, tu lui grogne dessus et tu protège ton cou. Francis ! Debout !

Un revers bien amené mais peu violent vint claquer à sa joue droite afin de le maintenir éveillé, même si pour cela, il fallait lui faire monter les larmes aux yeux... Petite claque d'un costaud, sur un gamin un peu maigrelet, ça fait bobo quand même.

- Si tu protège ton cou, il se rabattra sur un membre, une fois que c'est fait, tu ne panique pas et tu enchaine coup sur coup sur son museau, au poing. Et si ils sont deux à te saisir les bras... Tu mord ! Tu en fait de la charpie, c'est compris ? J'ai dis, c'est compris ?!

Encore en proie à sa peur, le jeune homme croisa le regard du loup affamé. Il lâcha alors sa carabine, serra le poing et les dents, et pris autant d'élan que possible pour frapper l'animal droit sur le museau. Et si un coup ne devait pas suffire ? Il frapperait encore, encore et encore, annihilant sa peur à chaque coup porté qui était un regain d'espoir pour sa misérable vie.

Si il devait mourir, qu'on empaille au moins une de ces saloperies pour la renvoyer chez lui avec son cercueil ! En revanche, il ne vaut pas penser à ce qui va advenir du défunt loup si le bonhomme parvenait à le terrasser sans y laisser sa propre peau...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La main du destin

avatar

Messages : 227
Points XP : 99

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Jeu 21 Mar - 14:05

Le membre 'Francis Jefferson' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jarosław Koslowski
Conteur
avatar

Messages : 148
Points XP : 38

MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   Jeu 21 Mar - 20:41

La nouvelle s'était propagée plus rapidement qu'un feu de paille. Sunset Hill voyait ses réserves de bois s'épuiser; n'y en avait-il à peine plus que pour réchauffer encore quelques poignées de pauvres âmes frigorifiées. La ville se glaçait. L'hiver semblait, plus que jamais, étreindre la ville de son souffle froid, la recouvrant d'un linceul blanc. Mêmes les cœurs les plus ardents des hommes les plus vaillants se givraient lentement. Ainsi, c'était dans un dernier sursaut d'espoir et de courage, qu'une vingtaine de volontaires s'étaient rassemblée près des écuries, autour du bûcheron Butch, imposant colosse qui dominait la frileuse assemblée. À entendre ses cris, ses ordres crachés violemment, on comprenait que le temps de partir était finalement arrivé.

Les derniers arrivants venus, les dernières embrassades faites, les derniers adieux dits et les dernières larmes versées, l'expédition se mit douloureusement en route, s'engouffrant dans le froid et l'incertain, telle une colonne pénitentiaire piétinant péniblement son chemin vers les galères. Parmi eux, dans la dernière des carrioles – la moins occupée-, le dernier arrivant. Il avait rejoint l'expédition au moment même où l'ordre de départ avait été donnée. Il était venu seul, sans personne à qui dire ses adieux. Assis dans son coin, il n'était qu'une ombre, une pauvre silhouette emmitouflée, arborant tristement tête baissée un petit chapeau de paille usé. Couvert de fourrures hasardeusement recousue entre-elle, l'individu ressemblait davantage à un vagabond surpris par l'hiver, qu'à un un homme prêt à se battre. Bien qu'inspirant toujours un certain respect, gardant toujours une certaine aura et autorité auprès des rares personnes qui le reconnaissaient, l'homme avait dans cette marée blanche qui s'était abattue sur la ville perdu de sa superbe.

Relevant faiblement la tête pour voir lentement le paysage défiler, la place vis-à-vis de lui étant aussi vide que son regard bleu, l'homme dévoilait une barbe blonde d'européen de l'est, bien que correctement entretenue, moins parfaite qu'elle avait l'habitude de l'être. Expirant une légère buée gelée, il affichait un visage plus pâle que d'ordinaire, faiblement recouvert de givre. Qui aurait cru que quelqu'un ayant vécu des hivers plus froids et mordants encore, en Pologne, aurait pu être dans un tel état maintenant. Mais la rudesse de l'hiver l'avait pris lui, Jarosław Koslowksi, par surprise. La nature américaine était comme les américains eux-mêmes, impitoyable. Et pire encore. Ce froid, au-delà d'avoir affaibli et menacé tous les villageois, avait aussi emporté la santé de Warszawa, fidèle jument qui avait du rester dans les écuries de Sunset Hill; l'emmener l'aurait menée à sa perte. Ainsi dépossédé de son meilleur et plus fidèle allié, le Polak se retrouvait dans cette pauvre et frileuse expédition, dans l'espoir que celle-ci une fois accomplie, remède au moins partiellement au froid qui s'abattait sur la ville et ses habitants.


Puis, une détonation déchira la frêle tranquillité. Les chevaux s'agitèrent. Des exclamations se firent entendre. Des hennissements chevalins arrachèrent toute sérénité. Puis, tout s'apaisa... Des murmures se firent entendre. Des paroles jetés en l'air. Des gens se seraient écartés de l'expédition un instant. Ils se seraient peut-être fait attaqués par des indiens, des ours, des ombres? De vaines fantaisies parcoururent l'ensemble des hommes, dont aucun ne semblait encore près à agir. Au milieu de l'incompréhension et de la spéculation, Jaro' se leva, s'écarta de la foule, sans rien dire, ni rien prévenir, avançant d'un pas déterminé vers la source de la déflagration. Il ne se précipitait pas exagérément, ne se déplaçant qu'à une vitesse modérée dans la neige glissante, n'avait-il aucune envie de mettre sa vie en jeu pour de quelconques personnages. Prudent, il s’avança, distingua lentement une scène de bataille agitée. Il y avait des formes noires et agressives.. Agiles... et en meute... Des loups, sans aucun doute. Il reconnaissait aussi deux silhouettes humaines, dont l'une semblait davantage ressembler à un ours, qui ne lui paraissait pas si inconnu, finalement. Se réchauffant une dernière fois les mains, il prit son Peacemaker d'un geste vif et bref.

Deux loups s’apprêtaient à attaquer... La situation semblait s'empirer. Il pouvait essayer de tirer de loin. Les grognements étaient déjà faiblement audibles. L'un des canidés se retrouva face à la peau d'ours, l'autre face à l'autre individu. Jaro', fit rapidement deux pas de côté. Il distinguait désormais clairement les hommes des animaux. Un autre tir siffla. La seconde personne sembla avoir déchargé son arme sur la créature menaçant le vendeur de la quincaillerie. Mais il y avait toujours l'autre loup, qui s’apprêtait à sauter... Jaro', légèrement accroupi, le fixa, l'arme à la main... Il n'avait pas le droit à l'erreur... son regard se posa derrière le métal brillant... Sa trajectoire visuelle ne pouvait apercevoir plus que le canidé sur le point de bondir... Le Polak s'arrêta... devint immobile... Sa main se figea... Sa respiration cessa... Il plissa les yeux... Un cliquetis. Une déflagration.

_________________


Dernière édition par Jarosław Koslowski le Jeu 21 Mar - 21:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une expédition périlleuse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une expédition périlleuse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Expédition vers le Harad.
» Numenor et l'Atlantide
» Première expédition, longue route à endurer ...
» Les coulisses de l'expédition
» L'expédition naugrim

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Sunset Hill :: Quartiers sud :: Les écuries-
Sauter vers: