Bienvenue dans l'ouest sauvage Invité, nous sommes en début d'année 1874
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 GRANDE OUVERTURE (libre!)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Billy Jewel



Messages : 47
Points XP : 30

MessageSujet: GRANDE OUVERTURE (libre!)   Sam 30 Juin - 20:03

Un esprit de nostalgie s’imprégnait dans mon esprit alors que j’étais dans l’entrepôt, faisant ainsi le ménage de cette grange dont mon défunt père avait transformé en établi avant de trépasser. Chaque outil, chaque plan et chaque poussière ne pouvait m’empêcher de penser à lui. Cependant, tout en balayant, je ne pouvais m’empêcher de me questionner sur les motivations qui avaient pu lui traverser afin de venir s’tablir ici, à Sunset hill. Pour moi, cette ville n’avait rien d’extraordinaire. Il ne s’agissait qu’une autre ville du Far West éloigné de toute civilisation, là ou la plupart des habitants semblait ignorer la juste définition d’un savon et du mot « hygiène ».

Et que dire de cette mort suspecte? Bien que l’installation d’un commerce dans un trou perdu m’interrogeait, voilà que le peu d’informations sur sa mort venait s’ajouter au lot. Qui, dans cette ville, avait osé commettre un tel acte? Comment? Pourquoi? Oh lala! Papa! Quand allais-tu arrêter d’être aussi énigmatique?


Toutefois, ce que le testament du vieux Stanislas mentionnait restait des plus clairs. Son fils (c’est moi ça!) devait, jusqu’à nouvel ordre, s’occuper de l’entreprise familliale, et ce, à partir de ce même entrepôt situé à Sunset Hill. Oh mince! Sacré papa! Je veux bien croire que tu tenais à ce que ton fils prenne la relève… MAIS POURQUOI DONC M’ENVOYER DANS UN TEL TROU PERDU?!?

C’était à n’y rien comprendre! Loin de New York! Loin de mère et de tous ses bons petits plats. Que me réservais-tu réellement en m’emmenant ici? Tant de réponses demeuraient inconnues et devaient être trouvées. Il était donc de mon devoir d’être patient pour la suite.

Bref, voilà que grâce à moi, Jewel Productions était de nouveau ouvert au publique. Totalement remis à neuf pour la venue de nouveaux clients, je me tenais là prêt à partager mon savoir et ma créativité auprès des âmes perdues. Rien n’allait m’arrêter pour autant! J’étais certifié d’avoir réponse à tout!

C’est donc, poussant la grande porte de la grange que je sortis dehors, sur la rue principale, armé d’un marteau que je m’installa devant le terrain, plantant cet immense panneau au sol annoncant la réouverture du commerce familial. Certains passants curieux ne purent s’empêcher de lire cet écriteau qui ne pouvait être des plus clairs : « RÉOUVERTURE DE JEWEL PRODUCTIONS!!! LÀ OU VOS IDÉES LES PLUS FOLLES PEUVENT DEVENIR RÉALITÉ!!! ».

Me dépêchant un peu, je retourna dans la grange, y déposant mon marteau afin de l’échanger contre un porte-voix, création de mon propre père. De là, je retourna devant le commerce afin d’attirer l’attention de tous. Je devais annoncer cette bonne nouvelle à tous : Jewel Productions était de retour!


-Mesdames et messieurs! Approchez! Jewel Productions ouvre de nouveau ses portes! Venez faciliter votre vie et demandez-nous de réaliser vos plus grands rêves! Vous saurez que la technologie n’a pas de limite pour nous! Elle peut changer à jamais votre vie!

Voyant que les passants ne semblaient pas trop intéressés par cette annonce, j’opta plutôt pour la seconde méthode : l’approche personnelle auprès des gens. Balayant la foule du regard, je tentai de cibler les personnes les plus à risque de demander de mes services.

-Vous monsieur à la chaise roulante! Ne seriez-vous pas intéressés par la création d’une chaise roulante à moteur? Vous iriez beaucoup plus vite! Ou alors, peut-être vous mademoiselle! À en voir l’absence de votre poitrine, j’en déduis que votre mari ne doit pas vous sortir très souvent pour vous montrer. Que diriez-vous d’un soutien-gorge à pression pouvant se gonfler lorsque vous en ressentez le besoin?

Mis à part le fait d’offusquer certaines personnes, cette petite approche ne semblait pas très enrichissante. Cependant, le terme « abandon » n’existait pas dans le vocabulaire de la famille Jewel. Bien au contraire, travailler sans relâche amenait à long termes de magnifiques fruits. Si je désirais obtenir une bonne clientèle, il était de mon devoir de continuer encore et encore.

Je continua donc, armé de mon porte voix, annonçant l’ouverture du commerce. C’est alors que je vis un homme se démarquant du lot.


-Oh et que dire de vous, monsieur? N’en avez-vous pas marre de vous promener avec un seul œil? Pourquoi ne pas demander un œil de verre? Ça tombe bien! Je suis réputé pour faire des merveilles au niveau artisanale! C’est la chance de votre vie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/luduc
Samuel T. Jefferson



Messages : 14
Points XP : 7

MessageSujet: Re: GRANDE OUVERTURE (libre!)   Dim 1 Juil - 10:34

    Sunset Hill, six cavaliers aux couleurs de l'Union avançaient lentement sur leur montures sous un soleil de plomb. Ils avaient fait un long voyage, réalisant une traversée de ce grand Etat d'Est en Ouest. Ce périple venait de s'achever alors qu'une toute nouvelle aventure pouvait commencer pour l'amour de l'or. D'ailleurs, leur apparences contrastaient fortement avec leur statut de militaire. Les hommes avaient ouvert leur tuniques bleues laissant voir des chemises blanches attaquées par la sueur. Tous étaient mal rasés alors que certaines des coupes de cheveux étaient pires qu'hirsutes. Où était la discipline? Où était l'image qu'ils devaient véhiculer? Certainement là où ils avaient laisser leur honnêteté.

    Jefferson menait les cavaliers, lentement, vers le saloon. Ils devaient trouver un logement en ville, le mensonge était déjà prêt à être appliquer pour expliquer leur présence. Bien que visiblement à six, ils étaient en réalité seuls dans ce nouveau monde. Pour arriver à leur but, ils leur faudrait trouver des alliés et ensuite éliminer les indésirables. Plus on est de fous, moins il y a d'or. Samuel sourit, sans raison, en envisageant l'avenir, confiant.

    La petite troupe s'approchait d'une grange où un individu placardait une affiche. Les soldats de l'Union continuaient leur route de leur air non-chalant. Ils prêtaient quelques regards à leur environnement mais sans plus. Jefferson guettait, avec ses hommes, une opportunité, arrivistes qu'ils étaient. L'homme de la grange après être sortit revint avec un bien étrange accessoire, la troupe était suffisamment proche pour l'entendre.

    - Mesdames et messieurs! Approchez! Jewel Productions ouvre de nouveau ses portes! Venez faciliter votre vie et demandez-nous de réaliser vos plus grands rêves! Vous saurez que la technologie n’a pas de limite pour nous! Elle peut changer à jamais votre vie!

    Et voilà l'introduction de ce commerce. Venait-il de parler de technologie? Qu'entendait-il seulement par là? Y'aurai t'il un lien avec cet accessoire? Le tout intrigua Jefferson, Jewel Productions pourrait s'avérer intéressante. La foule, aux alentours, continuait sa route peu intéressée à l'inverse du Sergent de l'Union.

    - Vous monsieur à la chaise roulante! Ne seriez-vous pas intéressés par la création d’une chaise roulante à moteur? Vous iriez beaucoup plus vite! Ou alors, peut-être vous mademoiselle! À en voir l’absence de votre poitrine, j’en déduis que votre mari ne doit pas vous sortir très souvent pour vous montrer. Que diriez-vous d’un soutien-gorge à pression pouvant se gonfler lorsque vous en ressentez le besoin?

    Samuel n'était pas un commerçant mais cette approche ne lui semblait guère bonne. Attaquer les gens sur leur défauts afin de proposer des solutions est quelque peu naïf. C'était déjà une information sur la personnalité de l'individu. Dans un monde où la vie est courte, il faut jauger son éventuel adversaire rapidement. Cette fois, il avait cité une autre invention. Jefferson fit mine de continuer sa route sans regarder alors que le commerçant le héla, cette fois.

    - Oh et que dire de vous, monsieur? N’en avez-vous pas marre de vous promener avec un seul œil? Pourquoi ne pas demander un œil de verre? Ça tombe bien! Je suis réputé pour faire des merveilles au niveau artisanale! C’est la chance de votre vie!

    Samuel s'arrêta, suivit de ses gars. C'était provocant et tout le monde ne pouvait supporter cela. Du moins, les compagnons de Jefferson n'étaient guère du type à se laisser parler ainsi. Néanmoins, ce qui faisait de lui leur meneur était sa capacité à réfléchir et trouver des manières détournées de répondre à une provocation, volontaire ou non. Le Sergent tourna la tête vers l'individu, le regardant de haut en bas. Un homme classieux dans ce monde de poussières et de sang. Sa naissance devait certainement le mettre sur un pied d'estal par rapport aux autres individus pour se permettre de telles impolitesses. Samuel appréciait.

    - Bonjour, monsieur. Disons que votre offre est intéressante, me permettriez vous d'entrer afin de voir vos marchandises ? dit il avec un sourire.

    Ses compagnons suivirent sa mimique. Ils avaient bien sûr compris, connaissant parfaitement leur meneur. Cet excès de politesse était en réalité malsain. Jefferson avait une idée en tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billy Jewel



Messages : 47
Points XP : 30

MessageSujet: Re: GRANDE OUVERTURE (libre!)   Dim 1 Juil - 15:26

La campagne publicitaire dédié aux passants semblait battre son plein. Alors que j'étais là, vantant les mérites de mon entreprise, voilà que je fus fort surpris d'une réponse aussi rapide venant du public. Certes, de nombreux candidats potentiels semblèrent ignorer mon invitation à les aider à obtenir une vie plus heureuse. Cependant, ce dernier candidat, dont la prestance faciale semblait se comparer facilement à celle d'un pirate des mers comme l'on pouvait très bien l'imagé dans les livres d'histoires, sembla me montrer un intérêt particulier, ce qui l'incita à s'approcher de moi.

*Oh ciel! Un premier client! Vite Billy! Faisons bonne impression! Souviens-toi de ce que ton père t'a toujours dit : "Le client est toujours roi!"*

Ne pouvant m'empêcher de cacher ma grande motivation face à la venue d'un tout nouveau client, mon pire défaut prit aussitôt le dessus: celui de lécher constamment les pieds du clients. Certes, cette méthode pouvait sans doute être un couteau à double tranchant, car, comme certains marchands le savent, certains clients pouvaient malheureusement profiter de cette mentalité, voire à même profiter du vendeur afin de lui faire sortir les vers du nez pour ainsi y trouver le meilleur deal possible. Je m'assura donc une retenue des plus maladroites.


- Bonjour monsieur! Bienvenue chez Jewel Productions, là ou tous vos rêves peuvent devenir réalité!

Aussitôt, le client démontra son intérêt à entrer dans le commerce. Je ne fis aucun cas. Après tout, sans doute celui-ci avait-il une bonne idée de ce qu'il avait en tête? Sans doute voulait-il me demander la création d'un plan sur un engin? Ou peut-être même voir ce dont la famille Jewel était capable?

- Mais je vous en prie, monsieur! Entrez! Ici, le client reste roi! Vous remarquerez par vos yeux ébahis que la technologie n,a pas de limites chez nous! Nous pouvons réaliser vos plus grands fantasmes à l'aide de la machine de vos rêves!

Lui pointant la porte de la grange, je l'invita à me suivre, lui et ses collègues. Après tout, plus il y avait de gens, plus il y avait de chances d'avoir de nouveaux clients. Donnant un grand élan horizontal sur la porte principale, je la fis glisser afin d'y dévoiler l'intérieur de l'entrepôt : un tas de machines éparpillés ici et là, accompagnés de tables tapissés des derniers croquis sortant du plus creux de mon imagination.

Leur pointant de petites boites ainsi que quelques bancs, je les invita à s'asseoir alors que j'étais en train de mettre en marche l'une de mes nouvelles inventions.


- Mettez-vous à l'aise, messieurs! Permettez-moi de vous faire part d'une de mes dernières inventions. Je l'ai surnommé "le mouleur de graines de café qui se mélange ensuite à de l'eau chaude pour ainsi créer un liquide qui se rapproche le plus à du café". Bon.. je sais! Je cherches un nom un peu plus court… mais bon… c'est toujours en brainstorming"! Voulez-vous un nuage de lait avec votre café? Du sucre? De la cassonade pour les plus gouteux? Ou peut-être du miel pour les dents sucrés?


Cherchant à attirer l'intérêt de cette petite foule, je faisais tout ce qui était en mon pouvoir pour offrir une bonne première impression.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/luduc
Samuel T. Jefferson



Messages : 14
Points XP : 7

MessageSujet: Re: GRANDE OUVERTURE (libre!)   Dim 1 Juil - 15:58

    - Mais je vous en prie, monsieur! Entrez! Ici, le client reste roi! Vous remarquerez par vos yeux ébahis que la technologie n,a pas de limites chez nous! Nous pouvons réaliser vos plus grands fantasmes à l'aide de la machine de vos rêves!

    Suite à la réponse, bien entendu positive, Jefferson mit pied à terre avant de tendre les rênes de sa baie de Cleveland à un de ses comparses, descendu à son tour. Les six montures furent récupérés par trois des soldats se dirigeant vers des barres d'attelage afin de les y attacher.

    Pendant ce temps, Samuel et les deux autres obéissaient à l'homme d'affaires, le suivant jusque dans sa grange. Ils tombèrent sur une vraie caverne d'Ali Baba remplie de machines incompréhensibles et autres bricoles révolutionnaires. Le borgne ne put que laisser un sifflement en guise de réponse face à cet étrange spectacle.

    - Mettez-vous à l'aise, messieurs! Permettez-moi de vous faire part d'une de mes dernières inventions. Je l'ai surnommé "le mouleur de graines de café qui se mélange ensuite à de l'eau chaude pour ainsi créer un liquide qui se rapproche le plus à du café". Bon.. je sais! Je cherches un nom un peu plus court… mais bon… c'est toujours en brainstorming"! Voulez-vous un nuage de lait avec votre café? Du sucre? De la cassonade pour les plus gouteux? Ou peut-être du miel pour les dents sucrés?

    Jefferson ne put retenir ses deux compères, se précipitant pour s'asseoir et se mettre à l'aise. Après tout, ils le méritaient bien après plusieurs jours et nuits de traversée dans le désert. Un peu plus en retrait, Samuel mit plus de temps à s'installer contemplant les différents appareils dans ce bric-à-brac. Bien que ne les comprenant pas, il était tout simplement fasciné. Cela dit, l'homme d'affaires dans sa publicité se vantait de pouvoir améliorer la vie des autres ... Le Sergent de l'Union imaginait une autre utilisation du principe d'invention. Pour lui, un inventeur doit être tel Alfred Nobel créant des armes de destruction comme la dynamite. Néanmoins, une invention commercialisée n'a aucun avantage personnel.

    Cet inventeur semblait capable de réaliser beaucoup de chose, ce serai intéressant de juger jusqu'où vont ses machines.

    - Monsieur Jewel, je présume?

    Il était courant, en ces temps, qu'une entreprise porte le nom familial. Cette information, aussi petite soit elle, pouvait trouver toute son importance. Et puis, Jefferson préférait nommer ses interlocuteurs. Le Sergent s'installa ensuite sur un banc.

    - Nous sommes tout à vous, dit il avec un sourire cachant ses véritables pensées.

    Les trois autres compères, après leur tâche effectuée, vinrent se poser contre un mur, à l'entrée de la grange pour observer de loin. Un loup venait de rentrer dans la bergerie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billy Jewel



Messages : 47
Points XP : 30

MessageSujet: Re: GRANDE OUVERTURE (libre!)   Dim 1 Juil - 23:38

L'invitation avait été lancé. Alors que mes nouveaux invités prenaient place sur de confortables bancs, attendant que je ne leur en mettes plein la vue, je m'occupa de faire fonctionner ma machine à café afin de leur servir une boisson chaude. C'est en donc en tournant une manivelle ici et en laissant échapper la vapeur d'un autre tuyau que la machine se mit en marche, générant en elle seule un horrible vacarme. Certes, malgré le fait que cette machine pouvait faire des merveilles, le nombre de décibels qu'elle offrait pouvait ne pas plaire à tout le monde. Pour ma part, j'étais sans doute la personne la plus habitué par un tel raffut. Après de nombreuses utilisations, mon oreille semblait s'être habitué à long terme.

Sortant des tasses de mon armoire se situant tout près de l'imposante machine, je partagea le contenu du liquide brunâtre sortant du bec verseur ayant de l'engin. Servant ainsi les breuvages, l'un d'eux, le type à l'oeil de pirate, fit une déduction sur mon nom de famille. Était-ce réellement Jewel?


- En chair et en os, cher ami! Nous sommes inventeurs de pères en fils dans ma famille. Mon arrière grand-père a parti le bal, donnant ainsi la piqure au reste des générations. Nous sommes très débrouillards et très créatifs dans la famille.

Me servant aussi une tasse de café, ajoutant ainsi un peu de lait fraichement trait d'un fermier non loin d'ici, je sentis que le groupe de mercenaires attendaient impatiemment un petit discours de ma part, à savoir si oui ou non j'étais digne de faire partie de l'ordre des grands inventeurs des Amériques. Débutant tout cela par une bonne gorgée de café, je me plaça devant eux, tel un vendeur de remèdes miracles afin de leur montrer mes grandes oeuvres.

- Tel que dit précédemment, chers amis, je suis sans doute la réponse à vos prière. Moi, Billy Jewel, fils de Stanislas Jewel, je possèdes le savoir idéal afin de vous créer tout ce que vous souhaiteriez avoir. N'avez-vous jamais eu envie d'une machine afin de vous gratter le dos? De vous amener d'un point A à un point B en peu de temps, d'avoir le pouvoir de dominer quiconque dans cette ville à l'aide d'un simple bouton? Eh bien, ne cherchez plus! Cette réponse se trouve ici! J'ai passé le plus clair de mon temps à confectionner des prototypes afin de simplifier la vie de l'être humain.

Tout excité de montrer certains de mes joujoux, je m'empressa de sortir l'une des machines sur laquelle je travaillais depuis quelques temps.

- Justement, parlant de machines révolutionnaires, je suis en train de travailler sur un boitier de commande pouvant contrôler l'esprit humain. Elle n'est pas complètement opérationnelle encore mais plus tard, lorsque nous appuierons sur ce bouton, il sera possible de charmer la fille de votre choix en l'espace d'un clic. C'EST L'AVENIR QUI S'OFFRE À NOUS!!!!

Fixant du regard la foule qui ne se résuma qu'à siroter leur café tout en m'écoutant, j'eus un peu de difficulté à les cerner. Le défi d'attirer leur attention semblait des plus périlleuses tout en sachant que malgré tout, je ne connais personne du groupe. Je tenta donc d'allumer le foule en y posant une question fondamentale :

- Et vous? Qu'aimeriez-vous avoir dans la vie? De la richesse? De la prestance? Du charisme? De la rapidité? De l'endurance? De l'intelligence? Mon savoir reste à votre disposition!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/luduc
Samuel T. Jefferson



Messages : 14
Points XP : 7

MessageSujet: Re: GRANDE OUVERTURE (libre!)   Lun 2 Juil - 10:52

    Un tintamarre envahit la pièce pour qu'ensuite le gentleman-inventeur amène leur boisson aux éventuels clients. Jefferson eut alors la réponse à sa question. Cet étrange vacarme eut le mérite d'attirer l'attention des autres soldats. Le Sergent ne fut plus le seul intéressé par ce Jewel et ses productions. Impatients, ils virent leur attentes répondues par un discours mêlant aussi bien la parole à l'acte.

    - Tel que dit précédemment, chers amis, je suis sans doute la réponse à vos prière. Moi, Billy Jewel, fils de Stanislas Jewel, je possèdes le savoir idéal afin de vous créer tout ce que vous souhaiteriez avoir. N'avez-vous jamais eu envie d'une machine afin de vous gratter le dos? De vous amener d'un point A à un point B en peu de temps, d'avoir le pouvoir de dominer quiconque dans cette ville à l'aide d'un simple bouton? Eh bien, ne cherchez plus! Cette réponse se trouve ici! J'ai passé le plus clair de mon temps à confectionner des prototypes afin de simplifier la vie de l'être humain.

    Jefferson pensa aux vendeurs de miracles, prétendant avoir des remèdes tout droit sortit d'Orient. Certes, il avait déjà goûté à ces drogues néanmoins quelques-uns - si ce n'est tous - se révélaient de véritables charlatans. Mauvais perdant qu'il est, Samuel ne leur laissa plus l'occasion de plumer un autre individu. Jewel ne semblait plus tenir en place et amena cette fois une autre machine, plus petite et donc portative.

    - Justement, parlant de machines révolutionnaires, je suis en train de travailler sur un boitier de commande pouvant contrôler l'esprit humain. Elle n'est pas complètement opérationnelle encore mais plus tard, lorsque nous appuierons sur ce bouton, il sera possible de charmer la fille de votre choix en l'espace d'un clic. C'EST L'AVENIR QUI S'OFFRE À NOUS!!!!

    Les compères de Jefferson eurent du mal à avaler leur café, certains plus crédules que d'autres. Néanmoins, le meneur ne savait pas quoi en penser. Était-ce vraiment possible? L'esprit humain se simplifiait il à une simple commande? Ces machinations étaient bien inquiétantes mais tout autant intéressantes pour l'opportuniste.

    - Et vous? Qu'aimeriez-vous avoir dans la vie? De la richesse? De la prestance? Du charisme? De la rapidité? De l'endurance? De l'intelligence? Mon savoir reste à votre disposition!

    Vint la question fatidique. Jefferson se gratta la barbe en réfléchissant à sa réponse. Puis, il se décida : il détournerai la question. Jewel voulait savoir ce que cette troupe de soldats voulait, Samuel jaugerait sa psychologie et ses limites.

    - Vous dites, Monsieur Jewel, vouloir oeuvrer pour faciliter la vie humaine ... Or, le contrôle de l'esprit humain n'est pas tellement un acte de bonté. Alors, ce que je veux? Disons plutôt, jusqu'où êtes-vous prêt à aller dans vos inventions?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billy Jewel



Messages : 47
Points XP : 30

MessageSujet: Re: GRANDE OUVERTURE (libre!)   Lun 2 Juil - 22:01

Je fus quelque peu surpris par cette remarque que venait de faire l'homme à l'oeil solitaire. Contrôler les esprits, un acte peu honnête? Mais pour qui se prenait-il celui-là?

- Oh mais ne vous inquiétez pas! La science existe afin de pousser les limites parfois. Jamais je n'ai dit que je prévoyais m'en servir à d'obscures fins. Bien au contraire, tout ceci n'est qu'un défi pour moi. Je m'amuses parfois à pousser les limites afin de voir si mon imagination sera capable de résoudre certaines énigmes. Pour ce cas bien particulier, ce n'est qu'un simple jeu pour moi. Cependant, si jamais cela venait à fonctionner, croyez-moi que je ne resterais pas célibataire bien longtemps, dis-je en rigolant.

En effet, le sexe opposé restait parfois un sujet de pensées. À quoi aurait pu ressembler ma famille si celle-ci avait été partagée par une femme? Un bonheur total? Un triste enfer? Certes, les prières de ma pauvre mère seraient enfin exaucées afin d'assurer une descendance de la famille.

Malheureusement, Jefferson ne se contenta pas que de mettre en doute ma bonté, mais bien aussi mes aptitudes. Ou pouvais-je aller au niveau de la création? Étais-je aussi doué que je le mentionnais? Étais-je digne d'être désigné comme étant le maitre de la révolution technologique? Certes, je me réserva une petite gêne, omettant mes nombreux échecs en matière d'inventions. Par contre, tel un brillant marchand de bonheur, je misai gros sur les nombreux avantages.


- Oh ciel! Ma curiosité n'a pas de limites! Vous me prenez pour qui? Un blanc bec? Vous saurez que tout ce que la race humaine a inventé à jour, je peux l'améliorer au centuple, voire même au millième. Ce petit truc rose qui se loge dans ma tête ne chôme pas. À chaque secondes qui s'écoulent, une énigme est résolue et s'ajoute à mes nombreuses connaissances.


Cette preuve d'égo démesuré m'inquiétait quelque peu. Après tout, ceux-ci ne s'attendaient pas à rencontrer un homme aux grandes paroles mais bien du concret. Je décida donc de frapper fort, leur faisant part de quelques unes de mes inventions toujours sur papier.

Exécutant un petit sprint en direction de la table ou se situait une pile de plans, je me dépêchai de fouiner afin de trouver l'argument béton, ce qui pourrait m'assurer un contrat assuré.


- Un canon portatif? Nah… Un explosif surpuisant? Nah… attendez! Je dois bien avoir un truc pratique à vous suggérer…. OH! VOILÀ! J'AI TROUVÉ! Un gratte-fesse extensible! Pour tous ceux qui ont la fâcheuse habitude d'avoir les fesses irritées! Qu'en dites-vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/luduc
Samuel T. Jefferson



Messages : 14
Points XP : 7

MessageSujet: Re: GRANDE OUVERTURE (libre!)   Mer 4 Juil - 10:06

    - Oh mais ne vous inquiétez pas! La science existe afin de pousser les limites parfois. Jamais je n'ai dit que je prévoyais m'en servir à d'obscures fins. Bien au contraire, tout ceci n'est qu'un défi pour moi. Je m'amuses parfois à pousser les limites afin de voir si mon imagination sera capable de résoudre certaines énigmes. Pour ce cas bien particulier, ce n'est qu'un simple jeu pour moi. Cependant, si jamais cela venait à fonctionner, croyez-moi que je ne resterais pas célibataire bien longtemps, dis-je en rigolant.

    Son stratagème commençait à marcher, Jewel se disait capable de tout. Cet inventeur était intéressant et pourrait représenter un avantage considérable pour la petite troupe. Certes, leur objectif principal était de retrouver un certains trésor, néanmoins, il y a toujours des objectifs secondaires ou supérieurs à celui énoncé. Jefferson ne désirait que sa propre fortune, si ce n'est pouvoir.

    - Oh ciel! Ma curiosité n'a pas de limites! Vous me prenez pour qui? Un blanc bec? Vous saurez que tout ce que la race humaine a inventé à jour, je peux l'améliorer au centuple, voire même au millième. Ce petit truc rose qui se loge dans ma tête ne chôme pas. À chaque secondes qui s'écoulent, une énigme est résolue et s'ajoute à mes nombreuses connaissances.

    Le borgne sourit, la provocation avait marcher à merveille et le Sergent de l'Union ne pouvait que s'en féliciter. Cette nouvelle prise de parole venait confirmer ses espérances en ce Billy Jewel. En entrant, il pensait devoir le plumer en bonne et due forme, partant avec quelconque machines mais sa position venait de changer, c'était indéniable.

    - Un canon portatif? Nah… Un explosif surpuisant? Nah… attendez! Je dois bien avoir un truc pratique à vous suggérer…. OH! VOILÀ! J'AI TROUVÉ! Un gratte-fesse extensible! Pour tous ceux qui ont la fâcheuse habitude d'avoir les fesses irritées! Qu'en dites-vous?

    Quelques-uns des prétendus soldats s'étaient penchés en avant, au début de la prise de parole. Puis Jefferson ria face à la chute inattendue. C'était plaisant.

    - Tom pourrait en avoir besoin, se risqua un des soldats.

    Le rire reprit de plus belle, dans toute la troupe. Cependant, après le divertissement il faut toujours arriver aux choses sérieuses. Jefferson allait devoir arranger son discours mais rustre qu'il était, il avait de nombreux désavantages.

    - Je n'ai jamais vu un tel moulin à paroles, Monsieur Jewel. Cela dit, vous et vos inventions me plaisez et je ne saurai refuser de vous en acheter quelques-unes. Néanmoins, je ne remet pas en doute votre honnêteté mais je recherche quelque chose qui puisse me faciliter la vie au détriment de celle des autres. Vous comprendrez cependant qu'il n'y a pas d'intentions malsaines dans mes dires, en tant que soldats de l'Union nous avons à coeur de défendre les intérêts des citoyens.

    Un de ses compagnons cacha un sourire, il n'y avait que de mensonge dans les paroles du borgne qui était d'ailleurs devenu un maître en la matière. A voir si cela plaira à Jewel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billy Jewel



Messages : 47
Points XP : 30

MessageSujet: Re: GRANDE OUVERTURE (libre!)   Ven 6 Juil - 0:33

Moi, un moulin à paroles? Certes, il pouvait m’arriver de parler constamment, disant tout haut ce qu’il m’arrivait de dire tout bas. Malgré tout, être un grand parleur n’avait rien de mal lorsqu’il était question de vendre un produit. Auriez-vous vu un homme renfermé et timide à ma place? Oh mince! Le commerce aurait tombé à sa perte. Ma philosophie restait toutefois de toujours d’en dire davantage que de garder tout cela pour moi-même. Après tout, n’étais-je pas ici pour vendre mes services? Au diable les remarques liés à mon sens de la communication! Que ces types me laissent faire mon travail comme je croyais bon le faire!

Mais cet inconnu, ce type à l’œil de pirate qui semblait se démarquer des autres pour sa prestance ou son pouvoir sur le groupe qui l’accompagnait resta quelque peu sceptique sur mon ouverture d’esprit à l’idée de travailler sur certains projets. À l’entendre parler, il s’agissait de créer un truc au détriment de certaines personnes… mais qui ne servira jamais à nuir quiconque en ce monde. Était-ce bien le cas? Avais-je bien compris le sens de son raisonnement? Venait-il de me demander en d’autres mots « Eh! Peux-tu me créer un pistolet crachant des arc-en-ciel… mais ne t’inquiètes pas! Il ne servira jamais »?

Toutefois, l’argument qui suivit me ramena en confiance. Me dévoilant que ceux-ci travaillaient pour la protection du territoire me remit dans une des plus grande confiance. Ces types sauvaient des vies. Qui donc étais-je pour ne pas répodre à leur demande?


-Oh mince! Mes premiers clients sont de graves justiciers. J’ignore ce qui vous amène ici. Cette ville est pourtant si calme.

Me dépêchant de retourner à mon point d’origine, d’où avait débuté la conversation, je me colla les mains, prêt à écouter leur demande.

-Je suis reconnu pour avoir créé de nombreuses armes. Certes, elles ne sont pas accesibles aux clients qui n’ont pas ma confiance… mais pour vous, je peux bien vous offrir la clé de ma chambre des secrets!

Souriant à pleine dents vers mon auditoire, je me déplaçai vers mon bureau, ou se cachait la plupart de mes plans secrets, tirroir toujours fermé à clef. Cependant, alors que je m’apprêtai à ouvrir ce tiroir, je me tourna vers les mercenaires, les avisant d’un seul petit détail :

-Vous savez… ces services que je suis prêts à vous rendre ne sont pas gratuits… je fais toujours payer mes clients dès la première rencontre, histoire de m’assurer que mes services ne seront pas gratuits… mais pour vous, puisque vous passez votre vie à sauver des vies, je suis prêt à vous laisser cette invention en échange d’un petit service…

Ma bonté restait des plus charitables. Il pouvait m’arriver d’offrir mes services en échange de certains services. Je gardais à l’esprit que ces hommes avaient mieux à faire de leur argent. Qui sait? Peut-être était-ce pour acheter du pain aux orphelins affamés?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/luduc
Samuel T. Jefferson



Messages : 14
Points XP : 7

MessageSujet: Re: GRANDE OUVERTURE (libre!)   Sam 7 Juil - 14:56

    Jefferson avait écouté avec attention l'inventeur. Décidément, il y avait de nombreux avantages a être un militaire. Qui plus est, Samuel et sa bande de malfrats était spécial. Ils étaient la honte cachée de l'Union mais tout autant un de ses plus grands avantages. Un jeu de pression s'était mit en place. La hiérarchie ne pouvait les sacrifier puisqu'elle avait, elle-même, donnée les ordres de commettre des atrocités mais disposait de personnes capable d'aller au bout des choses, Jefferson et ses gars pouvaient aussi camoufler leur méfaits sous prétexte d'être de l'armée. Ils étaient les rouages dans un système corrompu, après tout leur ordres n'étaient ils pas de trouver pour le gouvernement le trésor des Bundy?

    Cet atout était considérable dans la manche du borgne. La population leur faisait confiance si ce n'est les admirait. Or, il en était tout autre. Le loup montrait patte blanche pour rentrer dans la bergerie.

    - Je vous comprend parfaitement, Monsieur Jewel. Tout le monde n'est pas altruiste...

    Le Sergent marque une pause pour regarder ses compagnons en souriant alors qu'ils lui rendent. C'était parfaitement ironique mais bien dissimulé. Pour le moment, ils étaient des soldats bien attentionnés au service de la population. Le fait est qu'encore une fois, la dissimulation de la vérité venait de triompher. L'inventeur - peut-être miraculeux - venait d'accepter la demande, plus ou moins implicite à la base. Et voilà qu'ils n'auraient peut-être pas à payer. Jefferson ne l'aurai peut-être pas fait, de toute manière.

    - Un service vous dites? Nous vous sommes tout ouïe.

    Les choses devenaient intéressantes. Le borgne venait de se voir offrir une nouvelle opportunité, qui bien sûr la saisirait. La quête de la fortune dans l'extrême Ouest pouvait commencer pour les militaires. Jefferson ne put cacher son intérêt avec un sourire malsain en répondant à Jewel.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Billy Jewel



Messages : 47
Points XP : 30

MessageSujet: Re: GRANDE OUVERTURE (libre!)   Sam 14 Juil - 12:31

Une franche collaboration semblait sur le point de naitre. Alors que les deux parties voyaient en l’autre un certain potentiel afin de faire avancer leurs ambitions, voilà que j’avais attiré l’attention de mon interlocuteur sur un certain concept d’échange de services. Celui-ci se porta volontaire, sans même en connaitre la demande. Voyant une certaine opportunité, je ne me fis pas attendre plus longtemps :

-Eh bien… voyez-vous! En tant qu’inventeur, il peut m’arriver de chercher certains cobayes afin de tester des inventions qui pourraient révolutionner le monde entier. Vous vous souvenez de cette télécommande dont je vous parlais précédemment? J’aimerais bien avancer l’éllaboration de celle-ci. Cependant, il me faut une personne consentante. Une femme si vous voyez ce que je veux dire.

Je me déplaça en direction de la machine à café afin de me servir un café à mon tour. Tout en versant le liquide dans l’une de mes nombreuses tasses non nettoyées, je continua de discuter à propos d’un certain marché.

-Si vous êtes capables de me trouver cette personne, je serai prêt à vous offrir l’une de mes inventions les plus puissantes. Qu’en dites-vous? Vous sentez-vous à la hauteur de rendre ce petit service là pour moi?

L’enjeu était lancé! Si Jefferson acceptait cet échange de services, celui-ci devait trouver un moyen afin de trouver la candidate parfaite afin de tester quelques inventions. Au final, celui-ci y gagnerait l’acquisition d’une arme qui pouvait lui permettre de faire régner l’ordre à tout jamais.

-Je vous le rappelles! Je veux une fille consentante. Alors? Marché conclu?

Sur ces douces paroles, je leva ma main en direction de Jefferson en signe de poignée de main, attendant toute réaction de sa part. La suite ne dépendait que de lui et de ses hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/luduc
Samuel T. Jefferson



Messages : 14
Points XP : 7

MessageSujet: Re: GRANDE OUVERTURE (libre!)   Dim 15 Juil - 12:23

    Le borgne sourit aux dires de Jewel. Ce service serait bien vite réglé. Certes, l'inventeur avait insisté sur l'adjectif "consentante" comme si il avait lu une fraction de seconde dans l'esprit de tout les malfrats présents dans la grange. Le meneur prit une gorgée de son café avant de se lever.

    - Marché conclu, Monsieur Jewel, dit il en lui serrant la main avec un petit sourire en coin.

    Un petit tour en ville suffirait certainement à satisfaire leur envies.

    - Nous allons vous laisser pour nous atteler à la tâche.

    A ses mots, les malfrats finirent leur tasses avant de se lever. Ceux vers les portes se redressèrent mettant leur mains à la ceinture pour attendre la sortie de leur chef.

    - Bonne journée, Monsieur Jewel et à bientôt ! lâcha Jefferson tout en sortant de cette caverne d'Ali Baba.

    Une collaboration naissait et pourrait peut-être s'étendre dans l'avenir. Un inventeur est un atout considérable dans le jeu d'un tricheur. A quelques mètres de la grange, la troupe se réunit pour écouter le borgne et ses directives.

    - On va se séparer, n'oubliez pas : pas d'enlèvements cette fois. Francky je ne veux pas te retrouver dans un bordel !

    Le rire les gagna mais bien vite il se dissipa. La petite troupe devait se mettre à la tâche. Un autre avantage est que ce service allait amener à des rencontres diverses et donc d'autres opportunités alléchantes. C'était un bon jour pour Jefferson.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: GRANDE OUVERTURE (libre!)   Aujourd'hui à 10:54

Revenir en haut Aller en bas
 
GRANDE OUVERTURE (libre!)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Balade à grande vitesse [Libre]
» Une grande balade (LIBRE)
» (M) Jared Gilmore ✣ l'héritier d'une grande famille [LIBRE]
» [F] Arianna Grande ∞ LIBRE
» [RP Club] La grande ouverture de Pause Sport

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Sunset Hill :: La grande rue :: Les commerces-
Sauter vers: