Bienvenue dans l'ouest sauvage Invité, nous sommes en début d'année 1874
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Elisabeth Chesterfield

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elisabeth Chesterfield

avatar

Messages : 35
Points XP : 15

MessageSujet: Elisabeth Chesterfield    Mer 4 Avr - 19:57




WANTED

    Nom: Chesterfield
    Prénom: Elisabeth
    Age: 19 ans
    Taille: 1m 70
    Métier: Héritière (Notable)
    Signes particuliers:A un hoquet intempestif lorsqu'elle est gênée, notamment si elle essaye de mentir




Votre héros
Description physique:

Le sexe féminin possède une capacité surprenante à s'embellir. Ainsi, Elisabeth a toujours mis un point d'honneur à ce que son aspect extérieur ne soit pas négligé. Ses cheveux sont longs, châtains clairs, légèrement ondulés. Elle les entretient soigneusement, même si ce n'est pas toujours une chose aisée, notamment à cause de la poussière du ranch sans cesse soulevée par de nombreuses bourrasques de vent. Ses yeux sont noisettes et reflètent ce qu'elle est : une personne sincère. Plutôt souriante, Elisabeth n'est pas complexée. Plus grande que la moyenne, cette jeune femme arpente le monde d'un pas franc, cachée sous ses robes et jupes à multiples volants. Elle affectionne les corsets et les chapeaux, ne sortant jamais sans ces derniers. La peau plutôt claire, elle est sensible aux coups de soleil, d'où l'usage d'une ombrelle lorsque l'astre devient trop virulent. Néanmoins, sa nouvelle vie risque de faire évoluer ses pratiques vestimentaires...

Caractère:

Elisabeth est loin d'être une personne sans défaut. La première chose que l'on peut lui reprocher, c'est sa franchise. Pourtant, jamais la jeune femme n'a considéré ce trait de caractère comme un aspect négatif de sa personnalité. C'est une fille honnête, qui ne peut concevoir de mentir. Dans le monde d'où elle vient, Elisabeth a vu beaucoup trop de coup-bas et de paroles non respectées pour s'aventurer sur ce terrain glissant. Ainsi, elle met un point d'honneur à toujours dire la vérité... par principe. Cela ne l'empêche pas d'embellir la réalité lorsque le besoin s'en fait sentir, mais dans ce cas, c'est généralement son corps qui la trahit. La gêne que représente le mensonge est tellement importante qu'un hoquet bruyant peut faire irruption à tout moment pour la punir... Au premier coup d'œil, on ne peut deviner l'origine de cette étrange réaction, mais lorsque l'on commence à la connaitre, cela devient on ne peut plus gênant... C'est pour cela que, fidèle à elle-même, Elisabeth préfère l'honnêteté, même si cela peut lui nuire, notamment dans ses nouvelles affaires. C'est donc une femme de valeur, mais également de parole. Elle n'affirme jamais rien sans être certaine de pouvoir tenir sa promesse. Têtue, elle ne revient jamais sur ses décisions, ou très rarement. Cette jeune femme n'aime pas avoir tort ou admettre qu'elle s'est trompée. Ainsi, elle s'entêtera dans une mauvaise voie tout en étant parfaitement consciente qu'elle fait fausse route, persuadée qu'elle s'en sortira, plutôt que d'admettre son échec. Personne ne peut donc la faire changer d'avis lorsqu'elle a une idée en tête, aussi farfelue soit-elle... C'est peut-être ce qui lui manque dans la vie : une personne capable de contrebalancer cette détermination... Par conséquent, on peut penser qu'elle a mauvais caractère... Ce qui n'est pas entièrement faux ! La demoiselle peut très rapidement prendre la mouche si on essaye de lui dicter sa conduite ou si on tente d'abuser d'elle. Elle n'a pas sa langue dans sa poche et n'hésitera pas une seule seconde à expliquer aux personnes sans aucune éducation le fin fond de sa pensée. Mieux vaut donc ne pas la contrarier. Heureusement, la petite fille de Georges Chesterfiel est une personne généreuse, qui aidera toujours son prochain s'il est dans le besoin. Amoureuse de la nature, elle ne supporte pas le mal qui puisse être fait aux animaux... Bien évidemment, cela s'applique également aux êtres humains. Amicale, elle aime discuter, faire de nouvelles rencontres et n'a aucun préjugé concernant les conditions sociales des personnes : tout le monde sur terre à la même valeur... Seulement, certain ont eu plus de chance que d'autres. Baroudeuse, elle aime parfois se lancer à l'aventure sur le dos d'un cheval... Galoper dans les contrées sauvages a une telle saveur...

Défaut(s) choisi(s): Honnêteté maladive, elle est aussi têtue.

Votre histoire:

Je n'ai jamais manqué de rien.... Voilà comment résumer en une phrase ma vie en Angleterre. Née dans une famille noble et riche, j'ai toujours eu ce que j'ai voulu sans pour autant être une enfant gâtée. Mon père a mis un point d'honneur à ce que mon éducation soit parfaite, choisissant pour moi une gouvernante puis un précepteur qui feront de moi une femme du monde. Ainsi, lorsque je vis le jour en l'an 1861, j'étais destinée à faire de grandes choses. Néanmoins, j'ai dû me construire sans la présence et l'amour de mon géniteur. Ce dernier était un grand avocat, très occupé par ses affaires... Lors de mon enfance, il rentrait tard le soir lorsque j'étais déjà couchée et il partait tôt le matin avant même que je ne sois levée... Les seules fois où nous passions un moment ensemble, c'était lors du repas familial le dimanche midi... J'ai dû me contenter de cela. Ce fut donc ma mère et ma gouvernante qui m'ont élevé. De ma génitrice, je tiens ma franchise et ma droiture d'esprit. Elle m'a appris que le bien triomphait toujours à la fin et que l'honnêteté était la plus importante des vertus... Des fois, j'ai l'impression qu'elle m’a éduqué en s'opposant à l'image qu'elle avait de mon père... C'est étrange, mais je crois que mes parents ne se sont jamais aimés, victimes d'un mariage forcé... Si j'ai souffert de l'absence de mon père, je n'imagine même pas le vide dans la vie de ma mère...

En grandissant je m'intéressais à tout : l'Histoire, la littérature, la géographie... J'étais une petite fille curieuse qui aimait apprendre. La nature m'apportait également beaucoup... J'aimais me balader dans les jardins de notre résidence... Cela me vidait l'esprit qui, même lors de mon jeune âge, était bien rempli. Ma première passion restait néanmoins la lecture et la littérature. Je pouvais passer des heures assise dans le coin d'une pièce à dévorer des romans... C'est à cette même époque que mon grand-père mit sa touche personnelle dans mon éducation... Si je ne me sentais pas très proche de mon géniteur, il n'en allait pas de même avec ce vieil homme... Moderne malgré son âge, il aimait voyager et jouer à dada avec moi. C'était un rêveur et il me transmit cette passion des songes. Il fut l'un des pionniers à se lancer dans la grande aventure de l'autre côté de l'océan : le rêve américain. Il n'était donc pas souvent à Londres... Et plus les années passées, plus ses visites se faisaient rares. Heureusement pour moi, il y avait le courrier. De ses lettres j'en apprenais toujours plus sur cette contrée sauvage. Mon adolescence fut donc bercée par des histoires de chercheurs d'or, de bisons et de terres fertiles. Je voulais moi aussi découvrir ce monde, tellement différent du mien, tellement différent de ces soirées mondaines ennuyeuses et de la capitale londonienne vieillissante. J'avais envie de nouveautés, d'aventures, c'est pourquoi j'ai demandé à mon géniteur l'autorisation de rejoindre mon grand-père. Je voulais partir à l'aventure avec lui et vivre ma vie comme je l'entendais.

J'allais droit au casse-pipe ! Si je n'étais pas proche de mon père durant l'enfance, ce fut bien pire durant mon adolescence. Il ne prêta aucune attention à ma requête, me renvoyant à des occupations qui correspondaient bien plus, selon ses dires, à mon statut de femmes. Seule ma mère montra un peu d'intérêt concernant ce projet, même si elle ne le cautionnait pas... Elle pensait que c'était normal pour une jeune fille de rêver d'aventures et que cela disparaitrait avec le temps, avec l'âge, une fois que j'aurais rencontré le grand amour. Elle ne savait pas encore ô combien elle se trompait !

Je n'ai jamais rencontré le grand amour, car je ne l'ai jamais cherché. Même si mon père pensait qu'il était temps de me marier, je n'ai jamais voulu connaitre mes prétendants. J'avais dix-huit ans et je ne voulais songer à autre chose que cette magnifique terre. Je correspondais énormément avec mon grand-père, ce dernier continuant à me bercer par de douces illusions, mais je ne le savais pas encore. J'ai également beaucoup lu sur le sujet, dévorant des livres présentant cette nouvelle terre comme une oasis de prospérité... Je fis alors un serment dans la dernière lettre que Georges reçut : celui de venir le rejoindre, coûte que coûte.

Je tiens toujours mes promesses.... mais celle-ci fit exception à la règle. Il pleuvait ce jour-là, lorsque le facteur nous apporta de tristes nouvelles. Une lettre que mon père ne prit même pas le temps de lire. Il était mort... Alors que je lui avais promis de le rejoindre, alors que je rêvais de voyager avec lui à travers cet étrange continent... Il était mort, mon grand-père était mort, je ne le reverrais plus jamais. Mais il y avait bien pire que sa mort : les circonstances de cette dernière. L'ami de George qui avait pris soin de nous prévenir faisait référence à l'incendie de sa demeure... ainsi qu’à la découverte du cadavre calciné de mon grand-père au milieu de la maison dévastée. Était-ce un assassinat ? Je n'avais que peu d'informations... Toujours d'après la lettre de cet ami, la famille Baxter semblait incriminée... Un nom qui ne me disait rien et qui ne me dirait certainement jamais rien. Que pouvais-je faire, moi, pauvre petite sotte de l'autre côté de l'océan, alors que mon géniteur ne se souciait même pas de la mort de son propre père... ? Rien. J'étais horrifiée, désespérée, détruite par la tristesse et par mon impuissance... Je ne ressentais plus que le vide qu'il avait laissé en moi... Un trou béant que rien au monde ne pourrait combler... Ainsi, au lieu d'attendre chaque semaine ses précieuses missives, je passais mon temps à le pleurer et à le regretter... Jusqu'au jour où... je redécouvris son écriture.

Cette fois-ci, il faisait beau... C'était midi, le soleil était à son apogée lorsque je décachetais la lettre et que je revis l'écriture de mon grand-père... C'était son testament. Bouché bée, tétanisée, je ne croyais pas ce que j'étais en train de lire : il avait fait de moi son unique héritière, snobant mon père, témoignant ainsi de la mauvaise entente qui subsistait entre les deux hommes. En attendant, l'affaire de mon grand-père était prospère, je le savais bien. Mon aïeule m'ayant vanté les mérites de cette terre, je n'eus pas à réfléchir bien longtemps : j'allais réaliser mon rêve et continuer son œuvre. À cet instant, je ne me rendais pas encore compte de l'ampleur de la tâche, trop obsédée par cette terre nouvelle et la joie de pouvoir la découvrir. La douleur dans ma poitrine s'atténua ainsi un peu... Néanmoins, plus les jours passaient, plus je commençais à déchanter et cela pour deux raisons : serais-je à la hauteur ? J'avais peur de décevoir celui qui me surveillait maintenant depuis l'au-delà. Mais je le connaissais, je connaissais mon grand-père et je savais qu'il ne m'aurait jamais nommé comme héritière sans avoir pris un minimum de disposition pour m'aiguiller. Après, une chose plus grave me hantait : sa mort, si mystérieuse. Sur place je pourrais enfin enquêter sérieusement et tenter de comprendre ce qui s'est réellement passé et qui sont ces Baxter. Ma décision était prise et personne ne réussit à me retenir, que ce soit la colère de mon père ou les larmes de ma mère. Je lui ai néanmoins promis de lui écrire couramment et en échange elle accepta de venir me voir dès qu'elle en aurait l'occasion. J'étais têtue, il le savait tous et cela depuis longtemps.

La traversée fut longue et fatigante. Je n'ai jamais pris le bateau et ce voyage m'a on ne peut plus impressionné. Victime du mal de mer, je n'ai malheureusement pas pu profiter de la beauté de l'océan et le débarquement sonna comme une libération, faisant renaitre en moi une certaine excitation. Avant mon départ, j'avais contacté des notables de confiance, histoire d'être aiguillée dès mon arrivée. C'est mon père qui me les a recommandés, se rendant finalement compte que j'avais besoin de lui dans cette épreuve difficile... Seulement, il s'était réveillé trop tard, beaucoup trop tard : Je ne pensais maintenant plus à l'Angleterre, mais uniquement à mes nouvelles terres, à mes mines d'or et à mon enquête. Qu'est-ce que je fus déçue... Car même si je ne m'étais pas attendue à une terre moderne, je vécue très mal le changement... et surtout, je ne reconnus pas les descriptions majestueuses que mon grand-père faisait... En jetant un coup d'œil aux comptes, je compris rapidement qu'il y avait anguille sous roche et je ne m’étais pas trompée : les prolifiques mines d'or étaient à sec, détail que mon grand-père ne m'avait jamais précisé. Il s'était ainsi orienté vers l'élevage de chevaux sauvages... moi qui aimais la nature, cela devrait me convenir. Restait maintenant à faire tourner l'entreprise, mener l'enquête concernant la mort de mon grand-père et m'acclimater. Aventurière comme j'étais, j'allais bien finir par y arriver ! Qui vivra verra...




Quêtes et
concours...
Vos caractéristiques :
  • Force: 1
  • Dextérité: 2
  • Agilité: 3
  • Perception: 2


Vos talents : Riche, Chanceuse

Vos armes: Sa langue



Dernières
questions...


"Keira Knightley" ----> "Elisabeth Chesterfield"


Avez-vous des liens avec les personnages présents ? Petite fille de Georges Chesterfield

Classe de personnage désirée ? Notable

Avez-vous trouvé les mots de passe ?

Vitesse d'écriture ? Moyenne. Une réponse par semaine.

Premier compte ? : Wi^^

Qui vous a fait découvrir ce forum ? Un top-site x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alejandro Estevez

avatar

Messages : 149
Points XP : 12

MessageSujet: Re: Elisabeth Chesterfield    Jeu 5 Avr - 15:18

Bienvenue =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'esprit de l'Ouest
Conteur
avatar

Messages : 1067
Points XP : 73

MessageSujet: Re: Elisabeth Chesterfield    Jeu 5 Avr - 16:45

Bonjour et bienvenue ^^

La fiche est validée, rien à redire dessus.

Le personnage étant pris dans l'histoire de son grand-père, n'hésite pas à poser des questions si tu en as. A l'occasion, je pourrais t'aiguiller en incarnant le fidèle majordome de ton grand père Wink

Si tu cherches à rp, il y a une section "demande de sujet" dans la partie telegraphe.

Amuse toi bien ^^

(original les mots de passe mais c'est accepté ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth Chesterfield

avatar

Messages : 35
Points XP : 15

MessageSujet: Re: Elisabeth Chesterfield    Jeu 5 Avr - 17:21

Super ! Merci à vous deux !

Je vais donc me mettre en quête d'un partenaire rapidement ! =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elisabeth Chesterfield    

Revenir en haut Aller en bas
 
Elisabeth Chesterfield
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» l'arriver de john chesterfield
» Duchesse Elisabeth d'Alençon
» Elisabeth d'Alençon - mon histoire appartient à Dieu mais je tenterai de la raconter aux hommes[terminé]
» Le missel d'Elisabeth d'Alençon
» "Bien le bonjour~" || Elisabeth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Aux frontières de l'Arizona :: Le sanctuaire des héros :: Présentation de votre héros :: Personnages validés-
Sauter vers: