Bienvenue dans l'ouest sauvage Invité, nous sommes en début d'année 1874
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Autel Arizona [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L'innocente
Conteur
avatar

Messages : 281
Points XP : 50

MessageSujet: Autel Arizona [Terminé]   Mer 21 Mar - 19:41

- Sunset Hill ! Sunset Hill ! Vingt minutes d'arrêt ! Les passagers qui restent, merci d'vider vot'place pour les autres ! La compagnie vous remercie de vot'fidélité !

L'annonce du cocher et le freinage plus qu'intempestif de la voiture venaient de réveiller Lucius. Le jeune prêtre observait paisiblement le décor défiler par la fenêtre au rythme des secousses violentes de la diligence, quand il avait réussi l'exploit de s'assoupir, et ce, malgré le manque de confort de la cabine. Pendant son sommeil, sa mallette s'était ouverte déballant ses effets personnels entre ses bottes de cuir. La diligence ralentissait, arrêt complet, il était arrivé. Il se dressa, bailla discrètement et commença à rassembler ses affaires éparpillées.
Un cowboy bedonnant, fouet à la ceinture, se tenait devant la voiture et saluait de son stetson poussiéreux les passagers qui descendaient un à un. Il pria le jeune prêtre de libérer rapidement la cabine sans rien oublier. Lucius descendait de la diligence, balayant du regard le paysage à la recherche d'un point de repère, d'une architecture, d'un bout de nature ou même d'une odeur, enfin, n'importe quoi qui lui rappellerait son pays natal. Rien de tout cela... A la place, un vend chaud et poussiéreux lui agressait le visage et le forçait à plisser les yeux. Il faisait vraiment chaud. Des perles de sueur glissaient dans sa nuque, lui procurant une sensation désagréable de moiteur, mais il était heureux. Heureux d'être là ou la volonté de Dieu l'avait conduit.

*Sunset Hill !*

Un coup de manche pour sécher son front et un soupir de soulagement plus tard, le prêtre observait le décor planté devant lui. Rien ne ressemblait à ce qu'il avait connu : des bâtisses faites pour la plupart de bois, des pancartes parfois rédigées grossièrement à l'aide de goudron, des rues larges, composées de sable de poussière et de fumier laissé par les chevaux, et disséminé ça et là par paquets, attendant qu'un préposé ne les emporte pour en faire un plus gros tas à quelques mètres de là. Il l'avait finalement trouvé son point de repère : l'odeur de fiente mélangée à celle de la sueur ! Ces arômes se mélangeant sous la chaleur écrasante du soleil l'avaient transporté pendant un court instant dans les quartiers pauvres de Rome, quartiers dans lesquels il avait oeuvré au nom de son église. Il avançait d'un pas décidé dans la rue, bizarrement, ce souvenir l'avait apaisé. Sa main gauche serrait fermement l'anse de sa mallette alors que la droite supportait difficilement le poids de sa valise. Il croisait les autochtones qu'il saluait silencieusement d'un signe de tête discret : certains le dévisageaient, d'autres lui exprimaient une indifférence des plus totale. Un raclement de gorge, un crachat par terre...

*Sunset Hill...*

Il s'était arrêté au milieu de la rue et plongea la main dans sa mallette pour en sortir son petit carnet. Il tournait délicatement les pages, relisant ses notes. Il lui fallait pour le moment trouver l'église de la ville et rencontrer le prêtre qui y était en charge, il pourrait peut être lui permettre de se loger. Et puis, avec l'aide de Dieu, il lui serait même permis de guider vers la lumière les brebis égarées de Sunset Hill, cette ville damnée depuis le jour où le Seigneur décida d'y laisser entrer le Malin. Un étourdit bouscula le jeune prêtre qui reprit ses esprits aussitôt et reprit sa marche vers les quartiers de la ville, son carnet en main. Il pouvait distinguer la croix du Christ faite de bois s'élever au dessus des toits des autres maisons. Il suivait le chemin illuminé par le très haut... Après quelques rues l'église lui présentait enfin sa devanture divine, provoquant un soulagement si profond que le visage du prêtre, tiré par la fatigue, exprimait maintenant le bonheur. Il fit un signe de croix pendant qu'il entrait dans l'enceinte sacrée. Quelques pratiquants la peuplaient silencieusement, mais la rareté des icônes religieuses et la sobriété des lieux le surprenait. Il était évident que cela ne changeait rien en la foi des fidèles qui priaient en ce lieu, chacun rend grâce à Dieu à sa manière, même si cette vision du Christianisme paraissait moins "conventionnelle" selon Lucius. Il s'approchait de l'autel, fixant le Christ... Son regard était maintenant dirigé vers le sol, il rassembla ses mains pour commencer à prier dans un murmure incompréhensible en attendant le prêtre qui bénissait ce lieu...


Dernière édition par L'innocente le Lun 23 Avr - 16:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jesse Montana

avatar

Messages : 190
Points XP : 69

MessageSujet: Re: Autel Arizona [Terminé]   Lun 26 Mar - 19:20

Alors que le prêtre romain priait, le plancher de la petite église se mit à geindre sous le poids des solides gaillards qui venaient de pénétrer dans la maison de Dieu. Leur démarche lente et calculée était rythmée par le son de leurs éperons. Ils avançaient, se rapprochant toujours plus près de l'autel avant de stopper net derrière le cureton.

Si l'innocente s'était retourné pour jeter un oeil, voici ce qu'il aurait pu voir. Un homme, aux habits poussiéreux et au chapeau si large qu'il empêchait quiconque d'y croiser son regard,pénétrait dans le deuxième rang pour s'asseoir à côté d'un autre pratiquant. Ce dernier, reconnaissant l'homme au chapeau, se leva pour tenter de prendre congé de l'autre côté. Mais sa fuite fut stoppée net par un homme noir aux cheveux et aux favoris crépus, mesurant pas loin de deux mètres, qui s'avançait vers lui. Une main se posa sur l'épaule du croyant pour le faire doucement rasseoir. C'était un troisième larron, un blondinet costaud à qui il manquait une dent sur le devant.
Notre pratiquant se retrouvait ainsi bien entouré, assis au milieu de Jesse et de ses hommes. L'homme au chapeau qui ouvrit la conversation.

- C'est bien John de prendre les devants... Tu fais bien de te préoccuper de ton âme, parce qu'à ce train là, tu risques de retrouver rapidement ton seigneur.


Voilà bien longtemps que ce coyote de Jesse n'y croyait plus, depuis la mort de sa petite famille pour tout dire. L'homme sans foi ni loi, gratta une allumette pour rallumer un bout de cigare qu'il mordillait jusque là. Il tira dessus et un lourd nuage s'envola vers le toit de la chapelle...

- T'as oublié de payer ton loyer John et monsieur Baxter n'aime pas ça... Et du coup, c'est nous qu'il envoie pour être sûr que tu te rappelles bien qu'un bon chrétien doit toujours payer ce qu'il doit à temps...


Le dénommé John Murray était maintenant d'une peur panique, il se doutait bien que l'ange de la mort ne se déplaçait pas pour rien.

- Jesse, fait pas ça... Le mois a été mauvais, c'était la sortie de l'hiver, ça va s'arranger, je te promets, je rembourserais promis... Me flingue pas Jesse, j'ai une famille...




L'homme au chapeau venait de sortir une montre à gousset de sa poche intérieure. il l'avait ouvert et une douce mélodie s'échappait de sa cage dorée.


- Dommage que tu aies en toi le démon du jeu et que tu aies perdu ton loyer au poker John... Mais ne t'inquiète pas, moi, je sais comment l'extirper de ton corps. Tu vas nous suivre dehors et là on va te guérir. On trouvera aussi un moyen de se faire payer et tu verras que lorsqu'on en aura fini avec toi, tu seras incapable de jouer à nouveau...


Jesse tira une nouvelle bouffée sur son cigare. Peut-être que John allait faire quelque chose de fou à cet instant, poussé par la panique, mais ses gars veillait au grain...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'innocente
Conteur
avatar

Messages : 281
Points XP : 50

MessageSujet: Re: Autel Arizona [Terminé]   Mar 27 Mar - 17:54

Rien ne pouvait troubler la concentration du prêtre lorsqu'il communiait avec le seigneur, c'était une sorte d'atmosphère protectrice et impénétrable qui se créait autour de lui, capturant chaque son pour finir par l'étouffer, ne lui laissant aucune chance de perturber ce pieux moment. Ses yeux fermés lui procuraient un isolement supplémentaire vis à vis de l'environnement, si bien que les ombres s'agitant derrière lui ne l'atteignaient d'aucune manière. Lucius était plongé au plus profond de sa foi, coupé du monde, la paix qui parcourait son âme le reposait. Et puis il y eut cette voix... Pas celle du seigneur non, mais plutôt le genre de voix qui ne donne pas envie d'en connaître le propriétaire. Jusque là, le saint homme était resté face à dieu, et continuait de prier silencieusement, ne prêtant pas attention aux fauteurs de troubles. Mais l'homme qui se trouvait dans son dos n'avait décidément pas l'air décidé à respecter ce lieu sacré, et avait poussé le vice jusqu'à allumer son cigare dans la petite église, qui commençait à cracher une odeur pestilentielle aux alentours. Cette fois, Lucius ne pouvait plus se concentrer sur ses prières, et n'entendait plus que la discussion qui se déroulait sans gêne derrière lui, ne pouvant plus s'en décrocher. Il avait, pendant les dernières années passées en Italie avec son père, appris suffisamment la langue pour pouvoir tenir des conversations et mener son enquête auprès des locaux. Il lui restait tout de même un fort accent qui révélerait à coup sûr à son interlocuteur qu'il n'était pas de la région. Le jeune prêtre s'était redressé et se tenait maintenant debout face au christ. Il retenait presque sa respiration pour mieux capter chaque mot de la conversation et essayer d'en comprendre le sens ainsi que l'origine du problème. Il sentait le pauvre homme apparemment denomé John, paniquer au fur et à mesure que l'autre lui parlait, et pouvait presque palper la tension qui s'installait entre les différents acteurs. Il commençait à être temps de calmer le jeu. Il ne fallait pas que cette bande de malotrus amènent leur victime à réagir sous la pression, et à craquer. Mais qui était Lucius pour s'interposer au milieu de cette affaire ? Lui, un parfait inconnu qui venait a peine d'arriver en ville avec son accent à couper au couteau ? Il avait baissé la tête et se frottait les yeux avec son pouce et son index, pensif. Après ce petit moment de réflexion tout était plus clair : il était homme de dieu, il se trouvait dans la maison de dieu, c'était donc évident qu'il s'agissait là d'une épreuve de dieu. Il fit volte face et d'un pas léger mais décidé, il se rapprochait du petit attroupement, joignant ses mains devant lui. Il avait attendu que l'homme au chapeau, qui semblait être le chef du groupe, finisse de proférer ses menaces à l'égard du pauvre homme encerclé pour prendre la parole sur un ton monocorde:

- Je vous en prie mes enfants, j'ai peur que vous ne soyez dans l'erreur par ce que vous faites actuellement. Ce n'est pas un lieu d'accusations, mais plutôt un lieu de pardon. Ne m'en veuillez pas d'intervenir de cette façon, mais je ne peux que vous demander de laisser ce pauvre homme en paix. Peu importe son passif, dieu est amour, et lui absout ses péchés.

Il marqua un temps d'arrêt devant ses quatre interlocuteurs, laissant le tic tac singulier de la petite montre ouverte combler le silence pesant. Il se demandait s'il avait réussi à se faire entendre, avant de reprendre, s'adressant cette fois directement à l'homme au chapeau :

- Mon fils, vous n'êtes peut être pas homme de dieu, mais vous êtes sûrement un homme...censé. Vous avez sûrement vos raisons de réprimander ce malheureux, mais la bible ne dit elle pas de pardonner son prochain ? Même si vous ne suivez pas ces préceptes, vous devez comprendre que vous n'êtes pas au bon endroit, aussi, je vous en prie, pouvez vous reprendre cette conversation dans un endroit plus approprié ?

Ses commanditaires l'avaient mis en garde concernant la sauvagerie des habitants de la région, mais il espérait que tout ceci n'était que des rumeurs étoffées pour le préparer mentalement. Il s'en remettait maintenant à la seule force qu'il pensait capable de dénouer cette situation : la bonté de leurs âmes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jesse Montana

avatar

Messages : 190
Points XP : 69

MessageSujet: Re: Autel Arizona [Terminé]   Jeu 29 Mar - 22:23

Alors que le petit groupe commençait à lever leurs culs des bancs, un prêtre arriva à leur rencontre. Il les toisait et sur un ton monocorde s'adressa à eux. L'homme au chapeau leva lentement les yeux vers lui et répondit calmement...

- Si quelqu'un a fait une erreur ici...

Il extirpa une nouvelle bouffée chaude de son cigarillo avant d'en jeter le reliquat au visage de l'homme de Dieu.

- "C'est John Murray" fit-il en se tournant à moitié vers leur "prisonnier". Puis faisant volte-face. "Cet homme a volé Mr Baxter, ce qui est péché. Alors Dieu est p't-être amour, mais c'est pas ça qui va nourrir ces bêtes et qui va donner à manger aux gars qui sont à son service. Mais vous inquiétez pas mon père, on va pas mettre le boxon dans vot'église et on va remettre cet homme dans le droit chemin dehors... Hein les gars ?"


Le cow-boy se retint de ne pas cracher par terre et son regard clair tentait de lire dans l'âme du prêcheur. Alors que Julius et Bill semblaient ravis à l'idée de faire parler leurs poings, le pauvre John tremblait comme une feuille en serrant son chapeau rond de fermier.. Avec son aspect rachitique, il risquait de s'envoler dès le premier coup sous les rires gras de ses assaillants. La violence n'était pas forcément le meilleur moyen pour vivre en société, mais c'était le plus sûr pour se faire respecter dans le coin. Néanmoins, Jesse était au fond un bon gars, aussi une idée aussi subite que saugrenue lui arriva à l'esprit. Après tout pourquoi pas...

- Mais si vous voulez réellement sauver cet homme de l'enfer qui l'attend mon père, peut-être auriez-vous l'obligeance de lui prêter 24 dollars, c'est la somme qu'il doit. Dans ce cas, nous serions enclins à lui pardonner tous ses péchés. Dans le cas contraire, on lui fera vomir son sang dans la cour, p'têt même qu'on lui attachera une jolie cravate autour du cou pour l'exemple...


Derrière lui, Bill ferma les yeux en tirant la langue, la tête légèrement pencher sur le côté. Sa main flottant au-dessus de son singeait une potence. Julius se mit à rire de façon éphémère avant de reprendre son sérieux. Après tout, il était dans la maison de Dieu. Jesse fixait le gardien du temple, attendant sa réponse sans se faire trop d'illusions. les hommes de Dieu étaient pareils aux autres et dès qu'on touchait à leurs billes, il rangeait leurs beaux principes et laissait faire... On avait jamais vu le père Jacob se plaindre publiquement des agissements de Jesse, malgré les suspicions à son encontre sur la disparition prématurée du shérif de la ville...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'innocente
Conteur
avatar

Messages : 281
Points XP : 50

MessageSujet: Re: Autel Arizona [Terminé]   Dim 1 Avr - 18:06

Plus rien ne bougeait. Le temps aurait pu sembler figé si le tic tac lancinant de la montre de Jesse n'avait pas été là pour leur rappeler que l'heure tournait. Elle tournait, mais elle ne sonnerait pas pour ce pauvre John, pas encore. Il fallait que Lucius prenne une décision, et ce, avant que les trois mercenaires ne le fassent pour lui. Deux options, une seule acceptable selon l'homme de dieu. Vingt quatre dollars pour une vie n'étaient pas cher payés après tout. Le prêtre regardait autour de lui, dans l'espoir qu'un honnête citoyen intervienne, un fidèle prêt à donner pour aider son prochain et ne pas laisser une fois de plus un enfant de dieu sacrifié au nom de l'orgueil. Personne. Les quelques pratiquants avaient déserté, afin de ne pas être témoins de la confrontation opposant la foi à l'appât du gain. Il lui restait de l'argent de son voyage, mais en tant qu'homme de Dieu, il ne pouvait acheter la vie d'un homme. Il allait falloir discuter, et leur faire entendre raison.

Le décompte de la petite montre devenait vraiment oppressant dans cette église vidée par la crainte, et le faible éclairage de la salle en rajoutait à l'ambiance pesante qui enveloppait les alentours. La fumée dégagée par le cigare du pistolero se regroupait en de petites vagues, dans lesquelles les rayons du soleil se métamorphosaient en une lumière quasi divine. Seulement quelques secondes s'écoulèrent alors que Lucius restait pensif, mais chacune d'elle paraissait une minute. Les hommes de main de Baxter attendaient que le prêtre leur réponde, afin de finir leur besogne. Lucius redressa la tête et s'adressa à Jesse alors qu'il fixait John sans expression.

- Mon fils, je vous remercie d'épargner ce lieu sacré et j'entends bien votre point de vue. La vie de cet homme vaut donc vingt quatre dollars si je comprends bien. Ce Monsieur Baxter est il dur au point de faire tuer pour cette somme ? Ne gagnerait il pas plus en gardant ces mains habiles et aptes à travailler pour lui ?

Le prêtre regardait de nouveau Jesse.

- Je suis sur que John est prêt à travailler sans solde pour régler cette dette, Monsieur Baxter y trouverait forcement un intérêt, ainsi que John, tout le monde y serait donc comblé. Il doit bien y avoir des travaux à effectuer dans la propriété de votre employeur qui valent cette sommes. Si vous le blessez, voire pire, vous faites affront à Dieu, et diminuez un homme qui peut vous être utile. Sans oublier que Monsieur Baxter entacherait sa réputation vis à vis des citoyens de cette ville. Au lieu de ça, il serait vu comme un homme bon, qui laisse une chance à ses employés de se racheter, et d'autres voudront donc travailler pour lui. Je suis persuadé que M. Baxter est un homme de bon sens, et accepterait cette option. Pourriez vous lui en parler je vous prie ?

Il levait la main droite en arrosant la petite assemblée de ces mots :

- Alors un de ceux qui étaient avec Jésus, portant la main à son épée, la tira, en frappa un des gens du grand prêtre et lui coupa l'oreille. Mais Jésus lui dit : remettez l'épée au fourreau, car tout ceux qui se serviront de l'épée périront par l'épée.

Le prêtre dessina une croix de sa main avant de reprendre :

- Allez en paix mes enfants...

Lucius espérait au moins faire réfléchir les mercenaires, après tout, cette proposition tenait la route et Murray y conservait son intégrité physique, ce qui convenait parfaitement aux yeux du prêcheur. Il comptait sur le sens des affaires de Baxter, espérant que cet homme préférerait le profit à la violence gratuite dans le but d'inculquer une pseudo leçon dont les gens ne se souviendront qu'un temps, avant qu'un autre petit malin ne tente sa chance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jesse Montana

avatar

Messages : 190
Points XP : 69

MessageSujet: Re: Autel Arizona [Terminé]   Mar 10 Avr - 20:37

Le pistoleros cracha entre ses dents serrées quelques mots:

- Mr Baxter a déjà assez de personnel mon père...

Le cerveau en ébullition, il tentait de trouver une solution acceptable pour Mr Baxter car au final, seul Jesse connaissait le notable comme l'homme cruel qui l'était.

- Cependant, on pourrait p'têt proposer quelque chose à Mr Baxter... Où finalement tu travaillerais pour son compte. C'est ton jour de chance John... Afin de payer ta faute et t'apprendre les bonnes manières, tu pourrais donner 20% de tes recettes à Mr Baxter pendant 6 mois... En plus du loyer, bien sûr... Qu'est ce t'en pense Murray ?


Difficile de dire non quand vous êtes entre deux montagnes de muscles et devant la plus fine gâchette de la région... Les dents serrées, il dit:

- J'imagine que ça serait offenser Mr Baxter que de refuser une offre aussi généreuse...

- Et au moins, ça fera réfléchir à deux fois les types avant de truander son prochain...

C'était du vol, il n'y avait pas d'autres mots, néanmoins, John gardait la vie, une vie bien miséreuse certes, mais une vie quand même. Restait plus qu'à convaincre le rancher du bienfondé de l'idée. Mais avec une calculette à la place du coeur, Mr Baxter comprendrait rapidement le gain qu'il pourrait en tirer. L'homme au chapeau sombre héla les deux brutes:

- Allez, mettez moi ça sur votre cheval, on va en parler au boss...

Les deux colosses regardèrent méchamment le prêtre qui venait leur ôter un de leurs hobbies préférés, à savoir tabasser les innocents.

Jesse se décala pour laisser le trio passer et s'avança vers la padre.

- Voilà mon père, vous venez de sauver une de vos ouailles peut-être... Z'êtes nouveau dans le coin, nan ? Savez pas si les Red Bull traîne dans le coin par hasard ? Par une confession ou autre ?


Alors que les costauds sortaient, Jesse était figé droit comme un I devant l'homme de Dieu, le jaugeant à moitié. Après tout, par ici, il était rare qu'un homme en défende un autre uniquement par miséricorde. Les hommes, les vrais, n'étaient pas vraiment dans ce coin où se cachaient les pires raclures de l'Europe...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'innocente
Conteur
avatar

Messages : 281
Points XP : 50

MessageSujet: Re: Autel Arizona [Terminé]   Sam 14 Avr - 15:25

- Allez, mettez moi ça sur votre cheval, on va en parler au boss...

Cette phrase annonçait un semblant de victoire pour Lucius. Dans tout les cas, il avait évité un lynchage public devant la maison de Dieu et gagné un sursis pour Murray jusqu'à son prochain dérapage qui lui serait sûrement fatal. Il remerciait intérieurement Jesse d'avoir envisagé sa proposition, mais il remerciait surtout le Seigneur pour son intervention divine. Alors que les hommes de mains obéissaient aux ordres comme des chiens dressés, Jesse s'était avancé vers le prêtre :

- Voilà mon père, vous venez de sauver une de vos ouailles peut-être... Z'êtes nouveau dans le coin, nan ? Savez pas si les Red Bull traînent dans le coin par hasard ? Par une confession ou autre ?

L'homme de Dieu n'avait jamais entendu parler des "Red bull" mentionnés par le pistolero, son arrivée récente n'arrangerait pas les affaires de l'homme au chapeau. Il était gêné, Jesse venait en quelques sortes de lui accorder une faveur, et Lucius n'avait rien à lui offrir en retour. Il fit mine de réfléchir en baissant son regard, avant de répondre quelques secondes plus tard :

- Non mon fils, et vous m'en voyez désolé, je ne connais même pas ce nom. Je viens d'arriver sur Sunset Hill et je n'ai donc pas eu la chance de faire leur connaissance. Il faudrait que vous m'en disiez un peu plus sur ces fameux Red Bull à l'occasion, je pourrais ainsi venir vous tenir informé si je les croise, dites moi où vous trouver et je vous contacterais...

Il eut une minute de réflexion. Le prêtre était parfaitement conscient qu'il venait de proposer son aide à un homme qui n'avait comme seule foi que son colt. De plus, Jesse ne cherchait certainement pas les Red Bull pour jouer aux cartes avec eux. Mais comme son père le lui avait enseigné, il valait mieux savoir d'où venait le danger afin de mieux l'appréhender. Il pensait maintenant à ajouter le Ranch de Baxter sur sa liste de lieux à repérer pour son enquête. L'innocente avait décidé de ne pas exclure la piste du rationel, tout en gardant à l'esprit qu'un homme puissant pourrait très aisément orchestrer des mise en scènes surnaturelles et faire courir des rumeurs sur le Diable afin de préserver une mine ou un trésor de quelques promeneurs trop curieux. Il devait essayer d'en savoir un peu plus sur cet homme et ses habitudes. Il fallait poser les bonnes questions...

- Dites moi mon fils, savez vous si cette église est occupée ? Qui l'a construite ? J'ai remarqué une arrière salle et je pensais m'y installer afin d'y oeuvrer pour le bien de la ville et de ses croyants. Peut être appartient elle à M. Baxter ? J'imagine que cet homme respecté doit bien avoir beaucoup de possessions sur ces terres. Vient-il en ville de temps à autres ? Est ce un bon pratiquant ?

Peut être était ce là trop de questions pour son interlocuteur, mais c'était en toute innocence. Lucius ne suspectait pas les gens sur une intuition, il avait mieux que cela, on lui avait apprit à faire parler les objets... Pour le moment, il s'établissait une sorte de carte des environs dans sont rapport qui lui permettrait de mieux organiser ses marches de repérage.

Plongé dans ses pensées, il en avait presque oublié qu'il n'était pas seul. Jesse allait peut être lui donner quelques informations précieuses, après tout, qui ne tente rien n'a rien. Lucius était confiant quant aux réponses de Jesse, car dans ce genre de situation le prêtre ne comptait pas sur la chance, mais sur l'aide de Dieu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jesse Montana

avatar

Messages : 190
Points XP : 69

MessageSujet: Re: Autel Arizona [Terminé]   Sam 21 Avr - 19:18


- Non mon fils, et vous m'en voyez désolé, je ne connais même pas ce nom. Je viens d'arriver sur Sunset Hill et je n'ai donc pas eu la chance de faire leur connaissance. Il faudrait que vous m'en disiez un peu plus sur ces fameux Red Bull à l'occasion, je pourrais ainsi venir vous tenir informé si je les croise, dites moi où vous trouver et je vous contacterais...


A cette question, la réponse était toujours décevante. Etrange que le groupe n'est pas encore eu vent du trésor des Bundy... Ou alors, peut-être là joue-t-il discret sur le coup...
Jesse se racla la gorge avant de répondre à l'homme de Dieu:

- Les Red Bull sont des héros de guerre discrets, leur action a été décisive pendant la guerre de Sécession. Ce sont de vieilles connaissances. Si vous les voyez, faîtes passer un message au ranch de Baxter, c'est là où j'crèche.


Pas la peine d'entrer dans les détails. Moins de personnes seront impliquées dans son désir de vengeance et mieux ce sera. Le cow-boy ne s'étendit pas sur le sujet, ses hommes l'attendaient à l'extérieur et son ouïe fine lui signalait que quelqu'un venait de frapper Murray. Sans doute pour le motiver à accélérer le mouvement. Le père lui posa d'autres questions:

- J'imagine que Baxter et Chesterfield ont aidé à sa construction, ce sont les premiers à être arrivés dans le coin. Pour le reste, cette maison est à Dieu. Le père Lowe s'occupait de ses lieux, mais voilà un bout de temps qu'on l'a pas vu. L'a dû se faire bouffer par les ombres, comme les autres... J'imagine que vous pouvez donc vous y installer. il y a aussi un monastère aux alentours de la ville, vous trouverez là-bas d'autres hommes de foi. Les choses bizarres qui se passent dans la région attirent pas mal de monde.


Jesse entendit un autre coup sourd dehors. Il inclina respectueusement son chapeau:

- Vous m'excuserez Padre, c'est pas que je m'ennuie, mais si je me dépêche pas, j'crois j'aurais pas le loisir de livrer Murray à Baxter vivant... Quand à savoir s'il est croyant, vous pourrez lui poser la question lors du prochain concours pour devenir Shérif, c'est lui qui l'organise, il y sera... A la revoyure !


Sans plus de salamalek, le cow-boy solitaire se retourna en balançant d'un geste nonchalant sa main vers le ciel. Sa démarche lascive se fit un peu plus rapide pour un oeil observateur. il savait que dehors, ses hommes "brutalisait" le pauvre John, malgré les ordres de Jesse. il laissa derrière lui une volupte de fumée et une odeur de cigarillo qui remplaçait l'encens de l'église...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'innocente
Conteur
avatar

Messages : 281
Points XP : 50

MessageSujet: Re: Autel Arizona [Terminé]   Lun 23 Avr - 16:24

Le cow boy avait tourné les talons et laissa derrière lui une dernière bouffée opaque de cigarillo, collant une expression de dégoût sur le visage du prêtre, qui dégagea son nez du petit nuage nauséabond avec un aller retour vif de sa main. La porte de l'église claqua, marquant un terme à la conversation entre les deux hommes. L'innocente avait récolté quelques informations utiles à noter dans son rapport suite à cette rencontre. L'église n'était à priori plus occupée, il pourrait donc s'y installer pour dormir et réfléchir à son enquête. Baxter serait bientôt en ville à l'occasion du concours pour élire un nouveau Shérif, qui, soit dit en passant, finira sûrement comme ses prédécesseurs. Cet événement sera une belle occasion de rencontrer la population de Sunset Hill, et de glaner quelques renseignements supplémentaires. Jesse avait également fait allusion à des événements étranges qui se produisaient dans la région, était ce par souhait d'intimider Lucius, ou parce qu'il se passait réellement des choses anormales dans le coin ? Peu importe pour l'instant, il fallait se concentrer sur des éléments concrets. D'après les dires du pistolero, un monastère se trouverait dans les environs, il serait bon d'y faire une visite de courtoisie.

Des idées plein la tête, Lucius saisi un réceptacle à encens qui fumait sur l'autel, et fit le tour des bancs pour couvrir l'odeur de tabac froid laissée par Jesse. Il était satisfait d'avoir sauvé une âme plus ou moins innocente des griffes d'un homme qui se croyait plus puissant, parce qu'entouré de colosses à la gâchette facile et entretenue. Personne n'est totalement innocent, Lucius le savait bien. Après avoir parfumé du mieux qu'il pouvait la salle principale, Lucius se dirigea vers la petite pièce au fond de l'église afin d'y aménager ses quartiers. Il lui tardait de finir de s'installer, car il n'avait qu'une idée en tête : lire les archives du Daily Star...

Bien plus tard dans la soirée,

La petite salle au fond de l'église était éclairée par la faible lueur d'une seule lampe à pétrole. Il est tard. On aurait pu penser que plus rien ne bougeait, un silence profond s'était emparé des lieux, figeant presque les ombres dansantes créées par l'éclairage. C'était l'un de ces instants ou le terme silence religieux prenait tout son sens. Pourtant, de temps en temps, si l'on tendait l'oreille, il était possible de percevoir le son du papier que l'on froisse. Du papier, il y en avait dans la pièce : plusieurs piles s'enchevêtraient dans le chaos le plus complet constitué de pages déchirées, froissées et d'autres encore, en boules. Certaines pages avaient eu la chance d'être soigneusement empilées sur le petit meuble en frêne du fond. De plus près, elles avaient même été annotées et classées, quel traitement de faveur... Sur un des restes, on pouvait lire "Daily Star".

Un autre froissement, une nouvelle boule traverse la pièce pour finir son voyage en roulant sur le sol, au pied du mur.

Derrière ces entassements hasardeux était assis Lucius, studieux comme à son premier examen de conscience. Il lisait chaque article publié depuis l'ouverture du journal officiel de Sunset Hill, à la recherche de mots clés, d'indices qui pourrait l'amener à découvrir une piste sérieuse.

"Le train passera par Sunset Hill!", "La banque dévalisée", "Les voleurs retrouvés morts"

Lucius restait immobile, sans même cligner des yeux devant l'article. Ce qui le choquait n'était pas la mort des desperados, qui devaient bien s'attendre à finir ainsi, mais plus précisément la cause. Quelle en était la cause ? Apparemment, aucune explication rationnelle n'avait été fournie par les autorités locales. La cause animale était évoquée, mais a priori les corps n'avaient pas été dévorés, or, pourquoi des animaux les auraient tués si ce n'était pour se nourrir ? Les animaux se différencient de l'homme sur ce point : ils ne tuent pas par plaisir. À moins d'être habités par une force bien plus sombre... Un cercle d'encre autour de l'article en question et la feuille gagnait le privilège de siéger sur la pile "traitement de faveur".
Le capharnaüm dont la pièce était emplie devenait bien trop important pour travailler correctement. Lucius pris donc le temps de ramasser les archives dont il n'avait plus besoin afin de les tasser dans une caisse en bois. Ses paupières commençaient à devenir lourdes, mais il était trop intéressé pour y prêter attention. Après quelques pages de futilité, un autre titre réveilla sa curiosité :

"Un corps humain retrouvé démembré"

Encore une fois l'article mentionnait des blessures de provenance animale, mais il suggérait également la piste des indiens. Les indiens, le prêtre en avait entendu parler durant son périple vers Sunset Hill, mais il n'en avait jamais vu. D'après les descriptions qu'on lui en avait fait, ils avaient la peau rouge et des cheveux sombres, leur religion se pratiquait dans une langue qu'eux seuls parlaient, et leur dieu au plusieurs visages était vénéré en dansant autour d'un feu allumé en son honneur. Tout cela n'était que des bribes de récits rassemblés, mais la description d'un indien collait étrangement à celle d'un démon...

Plongé dans ses reflexions, Lucius sentait sa tête inexorablement attirée vers le plan de travail et il lui était quasiment impossible de maintenir ses paupières ouvertes plus de quelques secondes. Il était temps de se reposer. Le prêtre n'avait pas envie, il voulait encore lire, découvrir, et réfléchir à ces phénomènes. Son bras lourd de fatigue fit tomber l'encrier posé sur le bureau, qui se mit à vomir son contenu réveillant aussi sec le prêtre qui s'était dressé d'un bon. Il était vraiment temps. Lucius se dirigea vers lampe à pétrole qui faiblissait progressivement, il alluma un cierge qu'il avait ôté d'un chandelier d'acier et souffla la flamme de la lampe. On n'apercevait désormais plus qu'une petite aura de lumière qui se déplaçait doucement dans l'église de Sunset Hill, avant de définitivement laisser place aux ténèbres dans cette nuit jusque là paisible.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Autel Arizona [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Autel Arizona [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Sunset Hill :: Quartiers sud :: L'église-
Sauter vers: